ARAMÉENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Culture et religion

Il est difficile de dégager des quelques fragments et objets d'art découverts par les archéologues les traits d'une culture spécifiquement araméenne. Les princes araméens, notamment ceux de Bīt-Bahiani et de Sam'al, encouragèrent une forme locale d'art syrien fortement influencée par les Hittites ou les Mitannéens. Les Araméens, sans aucun doute, portaient, suivant les lieux, le costume de ces peuples. Cependant les artistes assyriens nous présentent sur les fresques de Til Barsip des Araméens semblables à des Bédouins. Et sur leurs sculptures, ils montrent les Araméens de Mésopotamie portant une courte jupe, barbus, enturbannés. Les femmes sont drapées dans de longs vêtements.

Bien que leur panthéon abritât des dieux cananéens, babyloniens et assyriens, les Araméens adoraient leurs propres dieux. Le principal était Haddad ou Ramman (le Rimmon de l'Ancien Testament), assimilé au dieu des tempêtes des Horites, Techoub. Le grand temple qui lui était consacré se trouvait à Damas. La principale déesse était Atargati (Astarté), qui rassemblait en sa personne deux divinités phéniciennes, Astarté et Anath. Son sanctuaire le plus important se trouvait à Hiérapolis, en Syrie. Les Araméens adoraient encore Sin, dieu babylonien de la lune, Nabu, dieu de la sagesse. Chamach, le dieu-soleil, El, le Cananéen, père de tous les dieux, Rechef, dieu de la guerre et de la foudre et bien d'autres encore. Il y a tout lieu de penser que Yau, c'est-à-dire Yaveh, figurait parmi les dieux adorés à Hamath.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARAMÉENS  » est également traité dans :

ACHAB, roi d'Israël (874-853 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 485 mots

Fils et successeur d'Omri. Sous le règne d'Achab, le royaume d'Israël s'étendait aussi à l'est du Jourdain, non seulement sur Galaad, mais encore sur Moab. Le royaume de Juda lui-même était subordonné à son voisin, à la fois frère et rival, du Nord. Par ailleurs, le mariage d'Achab avec Jézabel, princesse phénicienne de Sidon, faisait revivre une alliance qui remontait à l'époque de Salomon. Tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/achab/#i_19565

AMMONITES, Orient ancien

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 246 mots

Tribu araméenne qui, au ~ xii e  siècle, s'installa en Transjordanie pour occuper un territoire mal défini au nord de Moab, près du cours supérieur du Yabboq. Le récit populaire de la Genèse ( xix , 30-38) confirme l'ascendance araméenne des Ammonites : ceux-ci descendraient de Ben Ammon, fils incestueux de la fille cadet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammonites-orient-ancien/#i_19565

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « Les Arabes dans le monde oriental ancien »  : […] Nous ignorons quand apparut en Arabie l'ethnie arabe, c'est-à-dire une population parlant la langue arabe. Cette population, sans doute peu nombreuse, peut-être celle-là même qui a introduit le nomadisme chamelier, dut assimiler des éléments plus anciennement établis. Les textes akkadiens et hébraïques, à partir du ix e siècle avant J.-C., situen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabie/#i_19565

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 702 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Assyrie assiégée par les nomades (XIIe-Xe s.) »  : […] Après le meurtre de Toukoulti-Ninourta, ce qui reste du royaume se divise entre deux branches de la famille royale, et c'est l'intervention babylonienne qui fait triompher celle qui descend du frère cadet d'Assour-ouballith I er . Ces difficultés intérieures sont sans doute liées à la double menace que font peser sur la province assyrienne du Hanigalbat (l'ancien Mitanni, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assyrie/#i_19565

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La poussée des Araméens, le déclin de la monarchie (XIe-VIIIe s.) »  : […] Comme les autres pays civilisés de l'Asie occidentale, la Babylonie subit des attaques des Araméens, pasteurs nomades sortis du désert de Syrie, qui pillent les campagnes et attaquent les caravanes, échappant aux armées régulières. Le prestige royal s'en ressent : le trône de Babylone est fréquemment usurpé, les dynasties ne durent guère. Incapables de défendre leurs cités, les souverains doivent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babylone/#i_19565

BURMARINA

  • Écrit par 
  • Luc BACHELOT
  •  • 3 115 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les archives assyro-araméennes »  : […] Parmi la centaine de tablettes d'argile mises au jour, dont certaines sont écrites exclusivement en caractères cunéiformes assyriens, d'autres uniquement en caractères araméens, d'autres encore utilisant les deux systèmes, trois tablettes en araméen portent la séquence des cinq lettres BRMRN. L'araméen, langue sémitique occidentale, se transcrit en caractères alphabétiques (proches de ceux de l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burmarina/#i_19565

ÉDOM

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 759 mots

Le terme géographique Édom apparaît pour la première fois dans le papyrus Anastasi VI, 54-56 (fin xiii e  s. av. J.-C.) où l'expression des « tribus des Shosou d'Édom » renvoie à des Bédouins d'un territoire situé à l'est du delta égyptien, peut-être plus précisément dans la région montagneuse à l'est de la vallée de l'Arava (Wādī al-'Arabah), au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edom/#i_19565

HITTITES

  • Écrit par 
  • Maurice VIEYRA
  •  • 7 199 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les royaumes néo-hittites »  : […] Toutefois, l'histoire des Hittites ne prend pas fin avec la disparition de l'empire et la destruction de Hattousas. Dans les provinces orientales et méridionales de ce qui avait été autrefois conquêtes impériales, la civilisation hittite se survivra, sous des formes quelque peu modifiées, pendant plus de cinq siècles. L'écriture hiéroglyphique, qui note un dialecte louwite, connaît une très large […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hittites/#i_19565

OSROÈNE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 648 mots

Nom que porte dans l'Antiquité un royaume situé dans le nord-ouest de la Mésopotamie, dans la région d'Édesse (Urfa ou Osroé). Bornée sur trois côtés par le Habbour et l'Euphrate, avec les monts Masios pour limite septentrionale, l'Osroène était l'ancien Bît-Adini, royaume fondé au début du x e  siècle avant l'ère chrétienne par les Araméens et qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osroene/#i_19565

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'époque monarchique (de la fin du xie siècle à 587 av. J.-C.) »  : […] Saül, devenu roi, s'établit à Gibéah (Tell el-Foul), située à 6 km au nord de Jérusalem, qu'il fortifia. Battu par les Philistins, il réussit à redresser la situation et décida, alors, de constituer un corps permanent de mercenaires grâce auquel il put éloigner la menace que les peuples voisins (Araméens au nord, Ammonites, Moabites et Édomites à l'est, Amalécites au sud) faisaient peser, de tous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_19565

PALMYRE

  • Écrit par 
  • André LARONDE
  • , Universalis
  •  • 2 976 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'ascension de Palmyre »  : […] Palmyre se trouve dans une situation géographique avantageuse, à égale distance des riches plaines du « Croissant fertile » : plaine du Hauran, oasis de Damas, vallée de l'Oronte, plaine d'Alep et vallée de l'Euphrate ; de plus, à travers la chaîne côtière, la trouée de Homs permet de passer de la vallée de l'Oronte au littoral. Palmyre se trouve en outre au pied d'un col qui franchit la longue cr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palmyre/#i_19565

SARGON II ou SHARROU-KEN, roi d'Assyrie (721-705 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jorgen LAESSOE
  • , Universalis
  •  • 924 mots

Sargon est la transcription hébraïque de l'assyrien Sharrou-ken, nom de règne signifiant « roi légitime » (Isaïe  xx , 1). Ce nom fut probablement choisi en mémoire de deux anciens rois d'Assyrie, en particulier Sargon d'Akkad dit l'Ancien. L'ascendance de Sargon II est partiellement entourée de mystère mais il est probablement l'un des plus jeunes fils de Téglath-Phalas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sargon-ii-sharrou-ken/#i_19565

SÉMITES

  • Écrit par 
  • André CAQUOT
  •  • 4 800 mots

Dans le chapitre « La Palestine, la Phénicie et la Syrie »  : […] Dans l'Ouest du Croissant fertile, les témoignages littéraires font entièrement défaut pour le III e  millénaire, ce qui laisse planer l'incertitude sur la date de l'établissement des Sémites dans cette région. On a cependant un indice indirect en faveur de l'antiquité du peuplement sémitique de la Palestine et de la Phénicie dans les toponymes dont un certain nombre sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semites/#i_19565

SÉNNACHÉRIB ou SIN-AHÉ-ÉRIBA, roi d'Assyrie (704-681 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Henry W. F. SAGGS
  • , Universalis
  •  • 816 mots

Roi d'Assyrie (704-681), mort en janvier 681 av. J.-C. à Ninive (auj. en Irak). Fils et successeur de Sargon II, Sénnachérib hérite d'un empire qui s'étend de la Babylonie au sud de la Palestine et jusqu'en Asie Mineure. Avant d'accéder au trône, il fait montre de ses talents d'administrateur et de diplomate dans le nord et le nord-est de l'empire. Dès son avènement, le désordre s'installe en Bab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sennacherib-sin-ahe-eriba/#i_19565

Pour citer l’article

R.D. BARNETT, « ARAMÉENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arameens/