ABRAHAMS PETER (1919-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier sud-africain de langue anglaise, Peter Henry Abrahams naît le 19 mars 1919 à Vrededorp, près de Johannesburg. Fils d’un Éthiopien et d’une métisse du Cap, il quitte l'Afrique du Sud à l'âge de vingt ans et s'installe d'abord en Grande-Bretagne puis à la Jamaïque. C'est néanmoins sa jeunesse sud-africaine qui inspire la plupart des romans et nouvelles d’Abrahams. Cet écrivain prolifique et engagé dénonce dans son œuvre les effets déshumanisants de l'apartheid. L'un de ses premiers romans, Mine Boy (1946 ; Rouge est le sang des Noirs), raconte le parcours d'un jeune homme de la brousse plongé dans le monde aliénant et oppressant d'une grande ville industrielle d'Afrique du Sud. Dans son récit semi-autobiographique Tell Freedom : Memories of Africa (1954 ; Je ne suis pas un homme libre), Abrahams évoque sa jeunesse difficile dans les bas quartiers de Johannesburg. The Path of Thunder (1948 ; Le Sentier du tonnerre) est l'histoire d'un couple « mixte » dont l'amour est menacé par la ségrégation imposée par le régime de l'apartheid. Abrahams retrace le Grand Trek, la migration des Boers vers le nord au xixe siècle, dans Wild Conquest (1950) et dénonce la condition des Indiens en Afrique du Sud dans A Night of Their Own (1965 ; Une nuit sans pareille). L'action du roman A Wreath for Udomo (1956 ; Une couronne pour Udomo) et du récit de voyage This Island Now (1966 ; Cette île entre autres) se situe respectivement en Afrique de l'Ouest et dans les Caraïbes.

À la fin des années 1950, Abrahams fait un séjour à la Jamaïque et décide de s'y établir avec sa famille. Il devient rédacteur en chef du West Indian Economist et s'occupe du service d'actualités radiophoniques West Indian News jusqu'en 1964. Il renonce alors à la plupart de ses occupations pour se consacrer entièrement à l'écriture (The View from Coyaba, 1985 ; The Black Experience in the 20th Century: An Autobiography and Meditation, 2000). La réédition et la traduction de ses premiers romans dans les années 1960 et au début des années 1970 le feront connaître auprès d’un large public.

Peter Abrahams meurt le 18 janvier 2017 à Kingston (Jamaïque).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ABRAHAMS PETER (1919-2017)  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 369 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La littérature des bidonvilles, jusqu'à Sharpeville (1960) »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la république connaît une urbanisation forcenée. Les Noirs s'entassent dans les faubourgs des centres industriels en plein essor. Dans les zones rurales, les bantoustans (enclaves indigènes) deviennent des réservoirs de main-d'œuvre bon marché. La législation de l'apartheid étend partout le filet de ses interdits. L'Africain se prolétarise. La littératur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_90393

Pour citer l’article

« ABRAHAMS PETER - (1919-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-abrahams/