GAUDÍ ANTONIO (1852-1926)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une architecture-vérité

La Sagrada Familia est assurément la création la plus importante, la plus grandiose, la plus complexe aussi de Gaudí ; en effet, il travailla à sa construction pendant toute sa vie, il dut composer avec des plans préexistants, enfin il voulut imposer à cet édifice sa marque personnelle ; cette église est ainsi une sorte de résumé de son œuvre et des problèmes qu'il eut à résoudre, à tel point que N. Pevsner lit sur la façade principale l'évolution de tout son art. En 1884, Gaudí hérite d'un plan gothique et d'un chantier bien avancé. Parce que cet héritage correspond à ses préoccupations, surtout à celle d'améliorer les structures gothiques, en même temps qu'il excite sa curiosité d'architecte, il lui pose un certain nombre de problèmes, en particulier celui de la voûte d'une grande nef. Traditionnellement, les poussées d'une telle voûte dont la résultante est oblique étaient reprises par des arcs-boutants que Gaudí entreprend d'éliminer à cause des inconvénients qu'ils présentent : c'est ainsi que la coupe de la voûte et des piliers destinés à la recevoir sera une courbe funiculaire. En effet, Gaudí sait que cette courbe, obtenue en chargeant régulièrement de poids une corde attachée à ses deux extrémités, est celle qui supporte le mieux ces différentes tractions ; renversée, elle est celle qui résiste le plus parfaitement aux poussées des poids qui faisaient précédemment travailler la corde en traction. Gaudí entreprend la construction de très nombreuses maquettes de structures, sous forme de funiculaires, telles les maquettes de l'église de Santa Coloma de Cervello (1898-1914). Cette volonté « scientifique », à défaut d'une véritable démarche scientifique, fut mise en lumière par Le Corbusier. Certes, celui-ci fait ressortir cet aspect parce qu'il correspond à ses propres préoccupations, mais cette compréhension, même partielle, de l'œuvre de Gaudí permet de marquer toute la distance qui sépare l'architecte catalan de l'Art nouveau.

Gaudí : Sagrada Familia

Dessin : Gaudí : Sagrada Familia

Antonio Gaudí, Coupe transversale de la Sagrada Familia (1883-1926), Barcelone. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les résultats, bien qu'éloignés de toute généralisation, car ils restent dans les limites de l'empirisme, sont remarquables pour leur adéquation aux problèmes posés et formellement très intéressants. C'est une conception moderne de l'architecture, une sorte d'architecture-vérité, où la structure est l'exacte traduction des effets imposés par la construction. L'église de Santa Coloma, dont seule la crypte fut construite, en est l'exemple le plus parfait ; en un certain sens banc d'essai de la Sagrada Familia, elle est, pourrait-on dire, pure structure ; il n'y a aucune ornementation, chacune des charges est calculée, son report assuré en d'autres points de l'espace ; arcs, arcs-boutants, voûtes sont tour à tour utilisés à cette fin ; les matériaux changent selon leur fonction, leur possibilité de mise en œuvre. C'est une architecture dynamique dont chaque élément est nécessaire à l'ensemble. Curieusement, ces constructions où tout n'est qu'équilibre donnent une impression d'instabilité : piliers obliques, arcs qui n'ont pas la symétrie rassurante du plein cintre, voûtes aux surfaces nées de la nécessité de répondre à des poussées complexes. Cette impression d'instabilité est d'ailleurs formellement accentuée par l'éclatement de la pierre inférieure d'une colonne, par un chapiteau posé de guingois. On retrouve cet expressionnisme dans les colonnes du parc Güell.

Crypte de Santa Coloma de Cervelló

Photographie : Crypte de Santa Coloma de Cervelló

Crypte de Santa Coloma de Cervelló (environs de Barcelone), 1898-1915. Architecte : Antonio Gaudí. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Ainsi, l'exécution du projet initial de Gaudí, l'amélioration du système structural gothique, l'éloigne de ce système et le conduit à un autre projet : une architecture qu'il qualifie de « naturaliste ». En utilisant les matériaux à la limite de ce qui était alors possible, il propose des solutions absolument originales. Avec la même volonté scientifique de dominer sa production et contrairement à l'apparence qui laisserait croire au hasard des formes, Gaudí a souvent recours à la géométrie, c'est-à-dire à des formes qui sont le fruit de l'abstraction : parabole, hyperbole, hélicoïde, conoïde, surfaces réglées tel le paraboloïde hyperbolique, etc. De ce point de vue, la petite école construite près de la Sagrada Familia est tout à fait remarquable.

Les débats suscités par le système structural de Gaudí ont amené certains critiques à parler de première manifestation du « plan libre », notamment à propos de la Casa Milá. Certes le plan de cet édifice est d'une grande liberté, certes [...]

Gaudí : Casa Milá

Dessin : Gaudí : Casa Milá

Franscesco Paula del Villar et Antonio Gaudí, Plan de la Casa Milá (1905-1910), Barcelone. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Sagrada Familia à Barcelone

Sagrada Familia à Barcelone
Crédits : Ken Welsh, Bridgeman Images

photographie

Casa Batlló

Casa Batlló
Crédits : David James/ Getty Images

photographie

Gaudí : Sagrada Familia

Gaudí : Sagrada Familia
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Crypte de Santa Coloma de Cervelló

Crypte de Santa Coloma de Cervelló
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : architecte D.P.L.G., urbaniste de l'État, professeur d'architecture à l'université de Paris-Tolbiac

Classification

Autres références

«  GAUDÍ ANTONIO (1852-1926)  » est également traité dans :

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 797 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Barcelone »  : […] Comme dans la plupart des villes possédant un important patrimoine Art nouveau, l'explosion démographique de Barcelone fait craquer la ceinture des anciens remparts : un gigantesque quartier neuf, l'Eixemple, est planifié. Dès les années 1880, Gaudí témoigne de son tempérament original, transformant à sa manière des formes héritées des styles néo-mudéjar et gothique : les ferronneries de la Cas […] Lire la suite

BARCELONE

  • Écrit par 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 3 655 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Renaissance(s) »  : […] Moins de cinquante ans plus tard, la renaissance barcelonaise repose sur l'afflux des ruraux, main-d'œuvre pour les manufactures puis pour les industries qui se développèrent sous l'impulsion des élites capitalistes, jusqu'à faire de la région, en un siècle, le premier pôle industriel de l'Espagne. Cette renaissance sera également celle du catalanisme, d'abord littéraire puis politique, qui partic […] Lire la suite

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 415 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'architecture »  : […] Barcelone devint, vers 1900, une des capitales européennes du modern style, mouvement international en réaction contre les recherches éclectiques dans lesquelles s'épuisait l'art académique. À cette époque, la ville était un immense chantier et un creuset où se forgeaient les idées novatrices. Le nom d' Antonio Gaudí y Cornet symbolise ces recherches d'avant-garde. Ses premières constructions s'in […] Lire la suite

HUNDERTWASSER FRIEDRICH STOWASSER dit FRIEDENSREICH (1928-2000)

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 822 mots

Figure majeure de l'art autrichien de l'après-guerre, Friedrich Stowasser est né à Vienne le 15 décembre 1928. Issu d'une famille juive très pauvre, rien ne le prédestinait à la carrière artistique. Cependant, il témoigna très jeune d'un vif intérêt pour le dessin et d'un goût prononcé pour la nature. Si celle-ci fut d'abord le fruit de son imagination, il la découvrit après la guerre en travailla […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre GRANVEAUD, « GAUDÍ ANTONIO - (1852-1926) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-gaudi/