ANTIGONE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issue de l'union maudite, parce qu'incestueuse, d'Œdipe et de Jocaste, elle porte bien son nom (du grec Antigonê), celle que sa piété familiale condamnera à une mort atroce sans époux ni descendance, au terme d'une courte vie toute de malheur, d'errance et de déréliction. Être intermédiaire, déraciné, abandonné de tous, être mort-vivant, c'est-à-dire aussi bien ni mort ni vivant, telle se présente Antigone, et d'abord au cours de son existence même : c'est elle, en effet, qui accompagne son père à Colone lorsque celui-ci, ayant découvert sa faute, se bannit lui-même de Thèbes après s'être crevé les yeux et décide de mendier son pain au hasard des chemins (Sophocle, Œdipe à Colone). Puis, après la mort d'Œdipe, elle regagne Thèbes, où elle vit avec sa sœur Ismène, mais c'est pour affronter de plus terribles malheurs encore. Dans la guerre des Sept Chefs, ses deux frères, Étéocle et Polynice, se trouvent le premier dans le camp thébain, le second dans l'armée adverse. Tous deux en viennent à s'affronter lors des combats livrés devant la ville et meurent de la main l'un de l'autre. Créon, le roi de Thèbes, ordonne des funérailles solennelles pour Étéocle mais interdit qu'on ensevelisse son autre neveu. Antigone refuse de se soumettre. Ce refus constitue le thème de la tragédie qui porte son nom. Pour sa désobéissance, Antigone est condamnée par Créon, et enfermée vivante dans le tombeau des Labdacides, dont elle descendait, symbole de son être profond :

Oui, c'est vous / Qui devrez témoigner comment, privée des pleurs / Des miens, selon quelle justice / Je dois descendre dans ce cachot creusé / Dans ce tombeau inouï / Io ! rejetée infortunée / Par les vivants et par les morts / Ni vivante ni cadavre (Sophocle, Antigone, v, 842 sqq).

Nulle tragédie n'a suscité plus de commentaires que celle d'Antigone. Depuis Hegel (notamment dans Esthétique, t. II, 2e sect., chap. i), on a voulu voir en elle la tragédie des oppositions : d'un côté le sang, le culte, l'amour sororal, l'impératif divin, la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : enseignant en littérature générale et comparée à l'université de Paris-VIII, poète et traducteur

Classification


Autres références

«  ANTIGONE  » est également traité dans :

ANOUILH JEAN (1910-1987)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ÉNARD
  •  • 1 472 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une vie toute de théâtre »  : […] Jean Anouilh est né à Bordeaux en 1910, d'un père tailleur et d'une mère violoniste. Tout en poursuivant ses études, il se passionne pour le théâtre. Adolescent, il écrit ses premières pièces sous l'influence d'Henri Bataille, auteur alors à la mode. Mais c'est à dix-huit ans qu'il reçoit le choc théâtral qui déterminera toute sa création. Il assis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-anouilh/#i_33824

LES ANTIGONES (TG STAN)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 971 mots

Le nom de TG STAN a valeur de manifeste. Les initiales TG renvoient en flamand à Toneelspelersgezelshap (Compagnie d'acteurs) ; quant au sigle STAN, il signifie Stop Thinking about Names (« Cessez de penser aux noms »). Voilà qui définit le programme de ce collectif théâtral né il y a une douzaine d'années et regroupant des comédiens formés au Co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-antigones/#i_33824

ANTIGONE, Sophocle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 042 mots

Dans le chapitre « L'individu contre la cité »  : […] Sophocle situe le point de départ de sa pièce au moment où Antigone informe sa sœur Ismène du décret promulgué par leur oncle, le tyran Créon : il a interdit d'enterrer leur frère Polynice alors qu'il s'apprête à célébrer dignement les funérailles de leur autre frère, Étéocle. Tous deux se sont entre-tués au cours d'une guerre civile où Étéocle déf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigone-sophocle/#i_33824

SOPHOCLE (-495--406)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 3 397 mots

Plus jeune qu'Eschyle, dont l'œuvre garde une majesté un peu archaïque, mais plus âgé qu'Euripide, qui tente déjà des innovations parfois à la limite du tragique, Sophocle représente, au v e  siècle avant J.-C., l'équilibre et comme la perfection du genre tragique. Par là, il continue toujours à rayonner, d'un éclat pur et comme intemporel. Ses tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophocle/#i_33824

Pour citer l’article

Robert DAVREU, « ANTIGONE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigone/