KIEFER ANSELM (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Allemagne contemporaine, comme en témoigne la collection du Bundestag de Berlin où figure Le Vent, le temps et le son (1997), la grande toile dédiée à Ingeborg Bachmann (1926-1973), doit à ses artistes, parmi lesquels Anselm Kiefer tient une place reconnue, une part importante de son statut international. En effet, ces derniers n'ont pas seulement conquis une renommée individuelle, ils ont affirmé à partir des années 1960 une idée de l'art allemand qui n'était acceptée à l'époque de la reconstruction et de la division entre R.F.A. et R.D.A. que sous certaines conditions. La première d'entre elles, l'adhésion aux modèles extérieurs, signifiait à l'Ouest le choix de l'abstraction, du minimalisme ou du pop art. C'est avec ceux-ci que, délibérément, Anselm Kiefer va rompre.

Dès ses débuts, après des études de droit, de littérature et de linguistique à Fribourg-en-Brisgau et Karlsruhe, il conçoit son activité comme une exploration du passé national-socialiste dépassant le filtre d'une mémoire officielle. Il recourt pour cela à des images photographiques ou à des modèles picturaux qui affirment la virulence de certaines images considérées comme taboues ou annexées aux valeurs nationalistes. La peinture en tant que médium, notamment dans ses grands formats de peinture d'histoire et dans sa fonction figurative, possédait par elle-même une mémoire dont l'artiste voulait affirmer une dimension plus complète faite de complexité, de douleur, de hantise, sans postuler le jugement comme un principe de base dispensant de toute expérience personnelle. Depuis lors, cette démarche s'est développée de manière cohérente par reprises et variations de certains thèmes mythologiques, par associations de formes et de matières, qui font de Kiefer le concepteur d'installations et d'expositions qui lient étroitement la peinture et le relief sculptural, comme si son art devait être avant tout un vecteur de méditation.

Un pein [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  KIEFER ANSELM (1945- )  » est également traité dans :

DE L'ALLEMAGNE (exposition)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 129 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une identité problématique »  : […] Le directeur du Louvre, Henri Loyrette, a demandé à l’artiste allemand Anselm Kiefer une œuvre appelée à figurer au seuil de cette exposition. Pourquoi Kiefer ? En 2008, il a reçu, avec Christian Boltanski, le prix Charles de Gaulle-Konrad Adenauer, destiné à récompenser des personnalités ayant contribué à une meilleure compréhension réciproque entre la France et l’Allemagne. Voici donc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-allemagne-exposition/#i_94109

Pour citer l’article

Éric DARRAGON, « KIEFER ANSELM (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anselm-kiefer/