ANNONE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'origine, le mot « annone » désignait l'approvisionnement de Rome, qui fut conçu sous la forme d'un impôt en nature versé par les provinciaux ; par la suite, il reçut un second sens et s'appliqua au service administratif chargé de collecter ce prélèvement et de le redistribuer à ses bénéficiaires.

Il faut chercher à l'époque républicaine l'origine de cette institution. Par tradition, l'État romain a pour fonction d'assurer un ordre public que peuvent troubler diverses circonstances, notamment la famine ; il assure donc la police des marchés et veille à ce que les étals soient garnis, tâche qui incombe aux édiles. Cette responsabilité, limitée à Rome au début, s'étendit avec la conquête à l'Italie puis aux provinces (les magistrats municipaux s'en chargèrent). La crise de ~ 133 à ~ 31 donna une nouvelle importance à ce rôle du pouvoir. En effet, de nombreux citoyens ruinés vinrent grossir les rangs des chômeurs de la capitale. D'autre part, les ambitieux cherchaient à se constituer des clientèles en pratiquant la générosité (évergétisme). C'est ainsi que des lois frumentaires organisèrent gratuitement ou à bas prix des distributions de blé. Pompée se fit confier pour cinq ans, à partir de ~ 57, une « mission d'approvisionnement » (cura annonae), et César fit dénombrer cent cinquante mille assistés ; en ~ 44, le sort de ces malheureux fut confié à deux « édiles du blé » (aediles ceriales).

Dans ce domaine, Auguste réalisa une œuvre considérable. Des difficultés, en ~ 22, lui firent prendre une première cura annonae : il se chargea de faire acheter, transporter et distribuer du blé à bas prix. Ces mesures n'empêchèrent pas une nouvelle crise en 6 après J.-C. Mais des « préfets pour la distribution des céréales » sont attestés dès son époque, et les plus anciens « préfets de l'annone » connus datent de 14 (la création de ce poste remonte sans doute à 8 apr. J.-C.). L'attitude de l'empereur s'explique vraisemblablement par des motifs politiques : une famine risque toujours de provoquer des troubles qui le renverseront ; le peuple de Rome, jouisseur et conscient de cette situation, n'exige plus que « du pain et des jeux » (Juvénal).

L'État fournit donc des céréales puis d'autres denrées, qu'il prélève à titre d'impôt (dîme sicilienne), qu'il réquisitionne ou achète. Le grenier de Rome se trouva d'abord en Sicile, puis en Égypte à partir de ~ 31, et enfin au Maghreb dès le milieu du ier siècle de notre ère ; à partir du iie siècle, de l'huile fut importée de Bétique. La collecte fut effectuée sous l'autorité du préfet d'Égypte et du proconsul d'Afrique, assistés par des services installés à Alexandrie, en Numidie et, à partir de 315, à Carthage. Le transport incombe au premier chef au préfet de l'annone qui s'appuie sur les naviculaires (armateurs) et dispose d'un nombreux personnel de dockers, mesureurs, etc. Le déchargement se fit d'abord à Pouzzoles, puis surtout à Ostie quand Claude puis Trajan y eurent fait creuser des ports. Les produits étaient entreposés sur les lieux de débarquement et à Rome. À chacun de ces points se trouvaient des employés de l'administration. La distribution était le fait de praefecti frumenti dandi ; eux et leurs employés tenaient leurs assises au forum boarium puis sans doute dans les « marchés de Trajan ».

Le préfet de l'annone occupe un des postes les plus importants de l'État : à partir des environs de 80, sa charge vient au troisième rang des grandes préfectures (après le prétoire et l'Égypte) ; il est secondé par un autre chevalier et dispose de nombreux esclaves et affranchis impériaux qui l'aident dans sa tâche.

L'institution évolua. Septime Sévère créa l'« annone militaire », mesure qui affecta sans doute plus l'administration que les habitants de l'Empire, car il semble bien que cette expression ne désignait pas un nouvel impôt, mais la part du prélèvement traditionnel qui était dorénavant directement versée aux soldats. Puis, dans la tourmente du milieu du iiie siècle disparurent le sous-préfet et le procurateur d'Ostie. Les Tétrarques, ensuite, apportèrent des modifications : ils créèrent à Carthage une préfecture de l'annone d'Afrique, responsable des naviculaires et soumise aux préfets du prétoire ; le service central n'eut plus autorité que sur Rome et Ostie. Sous Constantin, l'ordre équestre ayant disparu, le préfet de l'annone fut donc pris parmi les clarissimes (sénateurs) ; il fut ensuite subordonné au préfet de la Ville (331). Le dernier titulaire de cette fonction est attesté entre 534 et 538.

Le destin de l'annone fut plus lié à l'histoire de la ville de Rome qu'à celle de l'Empire : une cité, devenue capitale du monde méditerranéen, et qui fut déchue de sa domination.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANNONE  » est également traité dans :

ÉGYPTE - L'Égypte arabe

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 8 896 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les préfets du califat »  : […] L'Égypte devint un protectorat arabe géré par des préfets dépendant du califat : la substitution de la dynastie omeyyade de Damas (661) au régime électif de Médine, puis l'avènement des Abbassides de Bagdad (749) ne changèrent rien au gouvernement du territoire pendant plus de deux siècles. Virtuellement conquise en 641, en vertu du traité qui suivit la prise de Babylone, l'Égypte eut donc à sa t […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 202 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Septime Sévère »  : […] La mort de Commode ouvrit, comme autrefois celle de Néron, une crise grave. Les armées de province ne supportèrent pas la comédie que jouaient à Rome les prétoriens, qui après trois mois de règne tuèrent l'excellent Pertinax et donnèrent la pourpre à Didius Julianus, qui leur promettait davantage. L'armée du Danube marcha sur Rome et imposa son chef, Septime Sévère. Il dut se débarrasser de deux r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yann LE BOHEC, « ANNONE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/annone/