GHOSH AMITAV (1956- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Bengale s'est toujours distingué par sa contribution notable à l'aventure artistique et scientifique de l'humanité. Qui n'a entendu parler du poète Rabindranath Tagore, du mathématicien et physicien Satyendranath Bose, du cinéaste Satyajit Ray, ou encore de l'économiste Amartya Sen ? Plus récemment, des écrivains bengalis de langue anglaise tels que Bharati Mukherjee, Amitav Ghosh, Amit Chaudhuri et Upamanyu Chatterjee sont parvenus à s'imposer dans la république mondiale des lettres, malgré la présence des brillants chroniqueurs de Bombay dont Salman Rushdie est le chef de file. Parmi tous ces « enfants de minuit », Amitav Ghosh mérite une mention spéciale pour avoir donné voix aux aspirations et aux déceptions des peuples colonisés aux prises avec le processus de reterritorialisation. Il est aussi le premier écrivain indien à avoir été couronné par le prix Médicis étranger, pour son roman Les Feux du Bengale, en 1990.

Une réconciliation de la mémoire avec l'histoire

Né à Calcutta le 11 juillet 1956, Amitav Ghosh grandit au Bangladesh (alors Pakistan oriental), au Sri Lanka, en Iran et en Inde. Il poursuit ses études secondaires à la Doon School de Dehra Dun et prépare sa licence d'histoire au St. Stephen's College de Delhi, puis sa maîtrise de sociologie à la Delhi School of Economics. En 1976, en plein état d'urgence décrété par Indira Gandhi, il collabore au quotidien dissident Indian Express. L'octroi d'une bourse d'études l'amène à Oxford où il obtient un doctorat en anthropologie sociale en 1982. C'est aussi à Oxford qu'il rencontre les intellectuels indiens de tendance marxiste – très en vogue à l'époque – qui forment le groupe de Subaltern Studies. De retour en Inde, Amitav Ghosh travaille comme chercheur à la Delhi School of Economics et rédige son premier roman. Suivront d'autres livres [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GHOSH AMITAV (1956- )  » est également traité dans :

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La métafiction : Rushdie et les autres »  : […] G. V. Desani (1909-2000) occupe une place à part avec son roman inclassable All About H. Hatterr (1948), délire philosophico-joycien renvoyant dos à dos les clichés de la pensée orientale et occidentale. Un semblable jeu parodique caractérise l'œuvre de Salman Rushdie (né en 1947), le romancier indien le plus doué de sa génération. L'écriture de Rushdie vise à corriger une vision de l'Inde trop […] Lire la suite

POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 9 177 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diaspora et « Black Britons » »  : […] Nombre d'écrivains postcoloniaux reconnus appartiennent à une diaspora qui, installée au cœur de l'ancienne puissance coloniale, bénéficie d'un accès plus facile aux sources de publication. Certains, tels Anita Desai (née en 1937), Salman Rushdie, Amitav Ghosh (né en 1956), Jhumpa Lahiri (née en 1967) et Shashi Tharoor (né en 1956), originaires de l'Inde, et Jamaica Kincaid (née en 1949 aux Antil […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Geetha GANAPATHY DORÉ, « GHOSH AMITAV (1956- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amitav-ghosh/