RUSHDIE SALMAN (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Bombay en 1947 dans une famille musulmane laïque de la bourgeoisie, Salman Rushdie poursuit ses études dans la prestigieuse Public School de Rugby avant d'être admis à l'université de Cambridge pour étudier l'histoire. Lecteur éclectique, il dévore avec autant d'avidité Jorge Luis Borges, Günter Grass, García Márquez que Les Mille et Une Nuits. Rushdie est également passionné par le cinéma de Godard, de Buñuel, de Bergman et de Kurosawa.

Salman Rushdie, 2010

Photographie : Salman Rushdie, 2010

Familière de l'outrance, l'œuvre de Salman Rushdie jongle aves les cultures et les genres littéraires. 

Crédits : Billy Farrell/ Patrick McMullan/ Getty Images

Afficher

Un art de l'excès

D'abord publicitaire par nécessité économique, l'auteur parvient à vivre de sa plume après la publication de Midnight's Children (1981, Les Enfants de minuit). Dans son premier roman, Grimus (1975), fantaisie parodique alliant la science-fiction au thème du voyage soufi à la découverte du moi, les calembours de carabin voisinent avec les anagrammes et les références.

En 1981, le Booker Prize propulse Salman Rushdie sur le devant de la scène littéraire. Inspiré par le réalisme magique et la grande tradition épique indienne du Mahābhārata, Midnight's Children va à l'encontre des visions nostalgiques de l'Inde fournies par les récits de Paul Scott ou le film Gandhi. Le roman renverse les rapports traditionnels qui unissent fiction et réalité : ici, c'est la logique romanesque qui détermine et légitime l'histoire. Autour de Saleem, enfant miraculeux né à la minute même de l'indépendance de son pays, se déroule une fresque historico-parodique qui couvre un demi-siècle de l'évolution de l'Inde en bousculant au passage quelques personnages tabous tels que le Mahatma et Indira Gandhi. Rushdie prend à la lettre les prédictions de Nehru annonçant, à l'aube de l'indépendance, une génération magique : dans le roman, tous les enfants nés lors de la date fatidique communiquent entre eux par télépathie et constituent une sorte de réseau radiophonique merveilleux. Saleem, le protagoniste, rappelle Oskar, le jeune héros du Tambour de Günter Grass, et possède des talents extraordinaires, comme celui, parfois gênant, de lire dans les pensées de son père lorsque ce dernier imagine ses secrétaires en petite tenue... Mais le bel optimisme tourne bientôt au cauchemar, et le pays sombre dans la dictature et les déchirements ethnico-religieux.

Rabelaisienne à l'envi, cette œuvre est un roman de la profusion et de l'outrance. Elle regorge de personnages, de situations, d'intrigues et de sous-intrigues. Cette surabondance menace parfois de noyer un récit structuré cependant par l'étonnante virtuosité d'un auteur qui jongle avec les références littéraires occidentales aussi bien qu'avec Shiva, Parvati et Ganesh, le dieu éléphant. Jouant avec les conventions de la métafiction, faisant écho au Tristram Shandy de Laurence Sterne, Rushdie recrée dans l'écrit des effets d'oralité rappelant l'art des conteurs itinérants qui ravissent les auditoires indiens toujours avides d'entendre les épisodes du Rāmāyana ou l'épopée de Vyasa.

Ganesha, Bali

Photographie : Ganesha, Bali

Statue de Ganesha, le dieu à tête d'éléphant, dans l'île de Bali. Le fils de Shiva et de sa parèdre Parvati reçoit un culte fervent dans tout le monde hindou. 

Crédits : John Elk III/ Getty Images

Afficher

Dans Shame (1983, La Honte), le récit se déplace vers le Pakistan contemporain. Ce roman associe les techniques utilisées dans Les Enfants de minuit et une narration où alternent un récit presque journalistique et une intrigue plus proprement romanesque. Cette double structure révèle les tendances presque schizoïdes qui parcourent l'œuvre de Rushdie : le romancier doit, selon lui, revisiter l'histoire. Mais il a également le devoir d'amuser, d'intéresser et de donner sens aux événements bruts en les réarrangeant, en créant de nouveaux liens entre eux. Shame débute avec une fable échevelée narrant la naissance d'Omar Khayyam Shakil (on pense évidemment aux fameuses Rubaiyat du poète persan) affublé de trois mères, enfermé avec elles dans une forteresse qui ne communique avec l'extérieur que par un ascenseur de service. Dehors règnent la violence, l'intolérance et le fanatisme musulman. L'intrigue rappelle étrangement l'histoire du Pakistan moderne avec la rivalité politique entre Zia Ul Haq et Zulfikar Ali Bhutto.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Salman Rushdie, 2010

Salman Rushdie, 2010
Crédits : Billy Farrell/ Patrick McMullan/ Getty Images

photographie

Ganesha, Bali

Ganesha, Bali
Crédits : John Elk III/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RUSHDIE SALMAN (1947- )  » est également traité dans :

DEUX ANS, HUIT MOIS ET VINGT-HUIT NUITS (S. Rushdie) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine PESSO-MIQUEL
  •  • 1 041 mots

Publié au Royaume-Uni en septembre 2015, Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits (traduit de l’anglais par Gérard Meudal, Actes Sud, 2016) est le dixième roman de Salman Rushdie. Son intrigue peut être perçue comme une version pour adultes de Luka et le feu […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le roman international »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, l'importance qu'on accorda à des écrivains venus des Caraïbes, tels V. S. Naipaul, Wilson Harris et Sam Selvon, d'Inde, comme R. K. Narayan, ou cumulant deux cultures, à l'exemple de J. G. Farrell et Ruth Prawer Jhabvala, était le signe avant-coureur du changement radical qui affecta la littérature anglaise dans les années 1980 et se confirme depuis les années 199 […] Lire la suite

MUSULMAN DROIT

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 4 411 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le rôle de l'Iran et de l'Arabie Saoudite »  : […] Le monde de la fin du xx e  siècle et du début du xxi e  siècle a été marqué par l'irruption d'un ensemble composite de revendications, de mouvements et d'actions se réclamant de l'islam. Bien avant les attentats du World Trade Center, le 11 septembre 2001, la fatwa promulguée par l' imam Khomeyni, en 1989, contre l'écrivain britannique Salman Rushdie, marque un tournant important dans l'évoluti […] Lire la suite

LES ENFANTS DE MINUIT, Salman Rushdie - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 844 mots
  •  • 1 média

Après l'échec cuisant de son premier roman, Grimus (1977), la parution des Enfants de minuit en 1981, couronnée par le Booker Prize, ouvre grandes à Salman Rushdie les portes de la renommée. […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La métafiction : Rushdie et les autres »  : […] G. V. Desani (1909-2000) occupe une place à part avec son roman inclassable All About H. Hatterr (1948), délire philosophico-joycien renvoyant dos à dos les clichés de la pensée orientale et occidentale. Un semblable jeu parodique caractérise l'œuvre de Salman Rushdie (né en 1947), le romancier indien le plus doué de sa génération. L'écriture de Rushdie vise à corriger une vision de l'Inde trop […] Lire la suite

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 385 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La présidence Khatami, un nouveau printemps iranien ? »  : […] Le mécontentement, les aspirations au déverrouillage de la société iranienne aboutirent, le 23 mai 1997, à l'élection à la présidence de la République de l' hojjat ol-eslām réformateur Mohamad Khatami, qui avait été évincé du ministère de la Culture et de l'orientation islamique pour excès de libéralisme en 1992. Khatami reçut le soutien de mouvements et de courants très disparates (déçus de l' […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « En Iran »  : […] En Iran, la grande surprise des années 1978-1979 a été constituée par l'ampleur et la rapidité du mouvement de contestation politique animé par les dirigeants religieux chiites à la tête desquels se trouve l'ayatollah Khomeyni , en exil en Irak, puis en France ; cette opposition, bien structurée, est effective à partir du moment où le gouvernement du chah a lancé une politique démesurée d'industri […] Lire la suite

POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 9 181 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Au carrefour du postcolonial et du postmodernisme »  : […] Une évolution notable de l'écriture postcoloniale est illustrée par le roman Midnight's Children (1981 ; Les Enfants de minuit , 1983) de Salman Rushdie, Indien né en 1947 à Bombay dans une famille laïque de tradition musulmane. Au carrefour du postmodernisme et du postcolonial, cette œuvre retrace sur un mode ludique l'histoire de l'Inde, du début du xx e  siècle jusqu'à la fin des années 1970. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre DURIX, « RUSHDIE SALMAN (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/salman-rushdie/