AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Modalités de l'aménagement linguistique

De fait, la compréhension de la notion d'aménagement linguistique n'a cessé de se diversifier, et il est possible de l'articuler globalement aujourd'hui de la façon suivante :

— l'aménagement du statut des langues ; il inclut le type de statut, constitutionnel, législatif, juridique, réglementaire (usage de la ou des langues, présence de ces langues dans la vie publique et administrative, apprentissage dans l'enseignement, utilisation dans les examens, etc.) ;

— l'aménagement du corpus des langues (du point de vue graphique : création d'une écriture et d'un système de transcription, changement d'un type d'écriture à un autre, etc.), du point de vue orthographique (fixation de l'orthographe, création de grammaires, mise à jour, etc.) et du point de vue du lexique (création de lexiques, dictionnaires, terminologies spécialisées et de langue générale, harmonisation toponymique, etc.) ;

— l'aménagement de la circulation des langues dans les circuits de l'édition, des radios et télévisions, publicité, signalétique, etc.

En ce qui concerne le statut de la ou, le plus souvent, des langues, on constate qu'il est extrêmement varié : une langue peut avoir statut constitutionnel ou non, au niveau d'un État souverain, d'un État fédéré, d'une entité non souveraine, etc. Force est de remarquer que l'une des tendances actuelles est à l'inscription de dispositions linguistiques spécifiques dans les Constitutions en raison de plusieurs facteurs déstabilisateurs de langues, tels que les fortes migrations (États-Unis), l'intégration économique (A.L.E.N.A., Union européenne), l'expansion et la généralisation des modèles culturels. Le fait que la France, par exemple, ait décidé en 1992 d'indiquer dans sa Constitution que “la langue de la République est le français” n'est pas sans portée sur l'autorité des lois et des règlements linguistiques qui s'y rapportent. De plus, une langue peut être constitutionnelle, officielle (portée par une ou plusieurs lois), co-officielle d'une ou de plusieurs autres, nationale, voire bénéficier de plusieurs statuts : c'est le cas de la Suisse, par exemple, où allemand, français, italien et romanche sont langues nationales, les trois premières seulement étant langues officielles. Les problèmes complexes que posent les questions de droit linguistique ont ainsi conduit, dans un pays comme le Canada, à la création d'une spécialité nouvelle, celle de jurilinguiste.

Pour ce qui est du corpus de la langue, le choix de transposer en écriture une langue uniquement orale est lui-même une décision d'ordre politique, l'écriture retenue dépendant de multiples facteurs, tant culturels ou linguistiques qu'économiques, et qui peuvent être aussi élémentaires que la prise en compte du parc de machines à écrire disponibles dans le ou les pays concernés. Il s'agit aussi de créer et de fixer une orthographe (pour qu'il y ait ortho-graphe, il faut qu'il y ait norme, notamment grammaticale, d'où la création de grammaires), elle-même soumise à refontes, réformes, rectifications, comme ce fut le cas pour le français en 1990, ou pour le néerlandais en 1994. Le lexique peut être lui aussi un champ d'intervention important. L'une des grandes préoccupations contemporaines est celle du développement des vocabulaires de spécialité, dont il faut définir, traduire, harmoniser les termes aux fins de diffusion des produits et des savoirs, et de transferts de technologies. Il est nécessaire pour ce faire de développer la constitution de lexiques, dictionnaires, banques de données multilingues, etc. Le débat peut aussi porter sur la langue générale, avec le souci de sauvegarder l'identité de la langue, comme en Islande pour l'islandais, en Catalogne pour le catalan, ou au Québec pour le français.

En ce qui concerne les noms propres, la question des noms de lieux ou toponymes est particulièrement vive. Car nommer un lieu est un geste éminemment politique, la langue semblant rendre propriétaire de l'objet désigné. Il peut en résulter des conflits endémiques dans des pays ou des régions où cohabitent plusieurs communautés de langues différentes, par exemple dans les zones de populations de langue hongroise des pays limitrophes de la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : agrégé de grammaire, docteur en linguistique, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne

Classification

Autres références

«  AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE  » est également traité dans :

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une langue plurielle »  : […] L 'évolution de la langue française depuis l'origine est généralement dessinée comme une marche vers l'unité. À l'origine, selon l'expression proposée par Alain Rey dans L'Amour du français , on a affaire à une « langue métissée » de latin, savant et populaire, et de diverses langues germaniques. Son unité commence à se configurer dès le viii e - ix e  siècle, plus tardivement si on considère seu […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les langues régionales

  • Écrit par 
  • Jean SIBILLE
  •  • 3 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel statut juridique ? »  : […] Outre les textes cités plus haut, relatifs à l'enseignement, plusieurs textes juridiques contiennent des dispositions concernant les langues régionales en général, ou telle ou telle langue en particulier (loi 84-52 sur l'enseignement supérieur, cahiers des charges de Radio-France, France 3 et R.F.O., décrets concernant l'aide de l'État au secteur cinématographique, lois portant statut de la Corse, […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 10 045 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La politique linguistique »  : […] Enfin, le dernier secteur qui touche à la dimension sociale du langage est celui des politiques linguistiques, c'est-à-dire la détermination, par une autorité politique, des grands choix en matière de rapports entre langue(s) et société, ainsi que la mise en pratique de ces choix (appelée « planification linguistique », ou encore « aménagement linguistique »), qui peut avoir des incidences en mat […] Lire la suite

TERMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 6 205 mots

Dans le chapitre « Quelques écoles de pensée »  : […] Plusieurs écoles de pensée se sont constituées dans le prolongement de la réflexion engagée par Eugen Wüster. Ainsi de l'École de Vienne, qui situe la terminologie dans le champ de la philosophie analytique. L'École soviétique, de son côté, s'efforce de relier systèmes terminologiques et systèmes de connaissances. Dans le fil de ces idées se développent, à partir des années 1970, les écoles de pe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Loïc DEPECKER, « AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amenagement-linguistique/