MODIGLIANI AMEDEO (1884-1920)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La peinture ou la sculpture (1907-1914)

Modigliani arrive à Paris en 1906. Il admire alors les préraphaélites et Whistler. Cependant il changera vite de maîtres en découvrant Toulouse-Lautrec, Cézanne et Picasso. On connaît malheureusement très mal cette première période de l'activité picturale de Modigliani. En effet, ses premières œuvres ont été brûlées, dispersées ou perdues. Comme témoins importants de son évolution entre 1907 et 1913, il ne subsiste, selon Ambrogio Ceroni, que trente tableaux. Dans une première étape, de 1906 à 1908, on peut reconnaître certaines tendances expressionnistes, comme dans le Portrait de Maud Abrantes (1908), l'étude du Nu assis (1908) et le Portrait de la Juive (1908). Les traits sont accusés, la pâte épaisse, les couleurs sombres. Mais Modigliani abandonne vite ce style, pour s'imprégner beaucoup plus profondément de l'œuvre de Toulouse-Lautrec et de Cézanne. Cézanne lui apprend à simplifier les volumes, à mettre en page avec force et clarté et à alléger la matière, comme le montrent les superbes portraits d'Alexandre père et d'Alexandre fils (1909). Quant aux deux tableaux Le Joueur de violoncelle et le Mendiant (1909), ils sont purement cézanniens d'esprit et de technique, avec leurs fines modulations de bleu et la souplesse harmonieuse des plans. En ce qui concerne l'influence de Toulouse-Lautrec, du cubisme, de l'art nègre et de l'art italien, leur présence sera diffuse dans toute son œuvre, sans que l'un ou l'autre élément soit prépondérant. Ces styles différents ont en effet en commun le goût de la ligne et de la sobriété expressive.

Entre 1909 et 1914, Modigliani n'exécute plus que des dessins et des sculptures. Il a toujours beaucoup dessiné, tout ce qui lui tombait sous la main, et très vite. Il déchirait souvent ses dessins ou bien les distribuait à tous les vents, sans jamais revenir sur l'un d'eux ; aussi ont-ils un caractère nerveux, alerte, et expriment-ils en quelques traits l'individualité de chacun. Parmi eux on peut distinguer la série tr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Portrait de Max Jacob, A. Modigliani

Portrait de Max Jacob, A. Modigliani
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Portrait de Paul Guillaume, Novo Pilota, A. Modigliani

Portrait de Paul Guillaume, Novo Pilota, A. Modigliani
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Portrait de Moïse Kisling, A. Modigliani

Portrait de Moïse Kisling, A. Modigliani
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Nu, A. Modigliani

Nu, A. Modigliani
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : licenciée en art et archéologie, documentaliste au Centre national d'art contemporain, Paris

Classification

Autres références

«  MODIGLIANI AMEDEO (1884-1920)  » est également traité dans :

BIOGRAPHIES D'ARTISTES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 2 398 mots

La vie d'artiste est un genre littéraire d'une grande ancienneté, abondamment illustré depuis la Renaissance. On en fait remonter l'origine aux commentateurs de Dante qui ont élucidé et développé la mention lapidaire des noms de Cimabue et de Giotto insérée dans la Divine Comédie . C'est à Florence, en effet, qu'apparaissent chez les chroniqueurs, dès le début du xv e  siècle, les premières notice […] Lire la suite

PARIS ÉCOLES DE

  • Écrit par 
  • Claire MAINGON
  •  • 2 616 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première école de Paris »  : […] Utilisée pour la première fois par le critique André Warnod (1885-1960) dans le journal Comoedia en 1925, l'expression « école de Paris » désigne alors la vague d'artistes étrangers venus participer à la vie intellectuelle de la capitale dans les deux premières décennies du xx e  siècle. À cette époque, et notamment grâce aux expositions universelles qui l'ont consacrée Ville Lumière, Paris repr […] Lire la suite

PORTRAIT

  • Écrit par 
  • Galienne FRANCASTEL
  •  • 6 172 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La crise d'un genre »  : […] Romantiques ou réalistes, « idéalistes » (c'est comme cela que l'on désigne à l'époque l'académisme) ou révoltés, il est rare que, dans l'œuvre d'un artiste qui prend part aux affrontements de doctrine, le portrait apparaisse comme porteur de son credo artistique. C'est la preuve qu'une loi inhérente au genre limite les possibilités qu'il a de s'écarter de ses données fondamentales. Dans l'univers […] Lire la suite

RUCHE LA

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 817 mots
  •  • 1 média

La Ruche est à Montparnasse ce que le Bateau-Lavoir fut à Montmartre : un foyer d'artistes (souvent misérables) rassemblés pendant la première moitié du xx e siècle dans des ateliers improvisés. Le Bateau-Lavoir a été détruit par un incendie en 1972 alors qu'il venait d'être classé par les Monuments historiques. La Ruche continue à recevoir les artistes plasticiens au 2, passage de Dantzig. Étran […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude SCHWEISGUTH, « MODIGLIANI AMEDEO - (1884-1920) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amedeo-modigliani/