ĀLVĀR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le recueil poétique

L'ensemble des œuvres des Āḻvār est un recueil appelé Nālāyirativyappirapantam, la « Divine Composition en quatre mille », qui, en effet, contient environ 4 000 strophes, chacune de 4 à 8 vers, allant parfois jusqu'à 10 et 15 (sauf trois pièces, comptant chacune pour un numéro, et qui contiennent 46, 80 et 297 vers). Le plus grand nombre de ces textes est dû à Nammāḻvār (1 351) et à Tirumaṇkai (1 296).

Selon la légende, Tirumaṇkai, chef de bande au service d'un souverain, avait fait le vœu de nourrir mille fidèles de Viṣṇu chaque jour et volait pour y parvenir. Son vœu ne découlait pas, primitivement, de la dévotion, mais résultait d'un engagement pris pour pouvoir épouser une jeune fille, née par la grâce de Viṣṇu, et qui devait, graduellement, l'amener à une conversion sincère.

Nammāḻvār, « Notre āḻvār », nommé en sanskrit Śaṭhakopa, « Celui qu'enrage le mensonge », est le plus grand de tous. Il est né dans l'Extrême Sud à Āḻvārtirunakari. Enfant inerte et muet, il se serait tout à coup mis à parler et à composer ses poèmes lors d'une visite d'un autre Āḻvār, Maturakavi. Son œuvre principale est le Tiruvāymoḻi, la « Parole de la bouche fortunée ». On l'a appelée secondairement Dramiḍopaniṣad, l'« Upaniṣad tamoule », parce que les upaniṣad sont des textes sur l'exégèse desquels s'appuie la philosophie classique du vedānta, tandis que, de son côté, ce texte tamoul contient les principes de la philosophie du vedānta telle que l'a conçue et illustrée le philosophe Rāmānuja au xiie siècle. Nammāḻvār, comme devait le faire précisément Rāmānuja, voit Dieu, substrat de toute réalité, en toutes choses, alors que le vedānta de Śankara ne reconnaissait pas la réalité, mais seulement l'illusion de la représentation subjective du monde extérieur. Pour Nammāḻvār, le miracle de l'omniprésence de Dieu se double de celui de sa manifestation à l'homme sous des formes susceptibles d'éveiller en lui l'amour divin qui le sauvera de la condition humaine. Sous l'aspect de Kṛṣṇa, d'abord enfant qui attendrit toutes les mères, jeune homme, ensuite, qui ravit tous les cœ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

Classification

Autres références

«  ALVAR  » est également traité dans :

ADVAITA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 576 mots

Dans le chapitre « Rāmānuja et la réalité du monde »  : […] La deuxième des formes majeures de l' advaita est le viśiṣṭādvaita enseigné par Rāmānuja ( xii e  siècle), populaire chez les adorateurs de Viṣṇu, particulièrement chez les Śrīvaiṣṇava. L'Être suprême sans second n'existe pas seulement à part, isolé du monde illusoire, mais encore il est présent dans les choses particularisées ( viśiṣṭa ) du monde phénoménal, et notamment dans les manifestations d […] Lire la suite

BHAKTI

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 1 449 mots

Dans le chapitre « L'épanouissement de la bhakti »  : […] Au sud de l'Inde, la bhakti s'exprimera d'une manière caractéristique, entre le vi e et le ix e  siècle, dans les hymnes des āḷvār , poètes de langue tamoule, qui célèbrent tout particulièrement l' avatāra Kṛṣṇa. Cependant, vers la même époque – et déjà antérieurement – d'autres poètes tamouls, dévots de Śiva, ont célébré leur dieu dans des hymnes eux aussi brûlants d'un ardent amour. Dans l'un […] Lire la suite

TAMOULES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 3 326 mots

Dans le chapitre « La littérature dévotionnelle »  : […] L'opposition n'est pas absolue entre un Saṅgam « séculier » et la littérature dévotionnelle qui éclôt vers le vi e siècle. Le Paripāṭal faisait pressentir le lyrisme religieux qui va constituer du viii e au ix e siècle le second sommet de la littérature tamoule, expression poétique de la dévotion (   bhakti  ) à Śiva et Viṣṇu. Distincts des préoccupations moralisatrices bouddhistes ou jain, c […] Lire la suite

VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 8 942 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les aḷvar et les saṃhitā »  : […] En pays tamoul, un groupe de poètes mystiques, les aḷvar , qui composèrent leur hymnes entre le vi e et le ix e  siècle, ont chanté dans leur langue leur amour pour Viṣṇu sous sa forme de Kṛṣṇa. Le krishnaïsme se présente donc, une fois de plus, comme le climat dans lequel s'est épanouie le plus aisément la dévotion vichnouite. C'est aussi sur l'aire géographique où l'on parle tamoul qu'une ligné […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean FILLIOZAT, « ĀLVĀR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alvar/