AULARD ALPHONSE (1849-1928)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le savant méthodique

Dans le domaine de la recherche, Aulard fait partie de ceux qui, autour de la Revue historique, veulent élever l’histoire au rang de science, résultant d’une véritable méthode. Comme ses collègues Gabriel Monod, Charles-Victor Langlois ou Charles Seignobos, Aulard pense que l’histoire doit se distinguer de l’histoire romantique, incarnée par Hippolyte Taine (Taine historien de la Révolution française, 1907), mais aussi des récits trop partisans, représentés par les historiographies contre-révolutionnaire ou socialiste. Convaincu que la publication et la diffusion des archives peuvent aider à combattre les mensonges et instrumentalisations de l’histoire, il édite de nombreux recueils de sources, comme le Recueil des actes du Comité de salut public (1889-1933), mais aussi La Société des Jacobins, recueil de documents pour l’histoire du Club des Jacobins de Paris (1889-1897) et Paris sous le Consulat, recueil de documents pour l'histoire de l'esprit public à Paris (1903-1913).

Cumulant les fonctions et les titres, membre et directeur de plusieurs commissions de publications d’archives, Aulard publie des recueils comme Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire (1902), Paris sous le Consulat (1903-1909) et Paris sous le premier Empire (1912-1913). À partir de 1915, il devient président de la Section d’histoire moderne et des sciences sociales du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS). Chargé depuis 1834 de « diriger les recherches et les publications de documents inédits à l’aide de fonds votés au budget de l’État », le CTHS doit aussi favoriser l’essor des sociétés savantes, en dehors de l’université : jouant pour le centenaire de 1889 le rôle que les historiens de la Révolution française Georges Lefebvre puis Michel Vovelle reprendront en 1939 et 1989, Aulard contribue ainsi à coor [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  AULARD ALPHONSE (1849-1928)  » est également traité dans :

GIRONDINS ET MONTAGNARDS

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 2 553 mots
  •  • 1 média

Il n'est pas facile de dégager nettement la ligne maîtresse d'un affrontement qui, sous la Révolution française, a duré plus de dix-huit mois et dont les enjeux se sont constamment déplacés. Gironde contre Montagne : pour la guerre extérieure contre la guerre intérieure, pour la saisie des ministères contre la chute de la royauté, pour le fédéralisme contre Paris, pour les possédants contre l'an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/girondins-et-montagnards/#i_56872

MATHIEZ ALBERT (1874-1932)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  •  • 694 mots

À l'École normale supérieure où il entre après son service militaire en 1894, Albert Mathiez se distingue par ses opinions « avancées » et il se proclame socialiste. C'est alors que se manifeste son caractère violent, accentué encore à la suite d'un accident survenu en 1896 où il perd l'œil gauche. C'est également à cette époque qu'il commence à se spécialiser dans l'histoire révolutionnaire. Il r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-mathiez/#i_56872

Voir aussi

Pour citer l’article

Guillaume MAZEAU, « AULARD ALPHONSE - (1849-1928) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-aulard/