AULARD ALPHONSE (1849-1928)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une histoire dantoniste

Franc-maçon, cofondateur de la Ligue des droits de l’homme, membre de l’Association française de la Société des Nations, président de la Mission laïque française (1906-1912), membre de la très laïque Ligue de l’enseignement, Alphonse Aulard ne fait pas mystère de sa volonté de lutter contre les fantômes de la monarchie et ne cache pas ses convictions radicales-socialistes. Malgré sa prétention à l’objectivité méthodique, son travail porte la trace de cet engagement politique : Aulard est un de ceux qui inventent à la République radicale ses origines historiques, 1789-1792 plutôt que 1793-1794, et ses pères fondateurs, Danton plutôt que Robespierre. Publiée en 1900, son Histoire politique de la Révolution française traduit la volonté de proposer une histoire à la fois érudite, sérieuse, mais aussi assez téléologique, guidée par la volonté de « raconter l’histoire politique de la Révolution au point de vue des origines et du développement de la démocratie et de la République ». Grand partisan de la laïcité, Aulard étudie également les liens entre religion et révolution (Le Culte de la Raison et le culte de l'Être suprême en 1892, Le Christianisme et la Révolution française en 1925). Pourfendeur des robespierristes, Aulard s’intéresse davantage à leurs frères ennemis montagnards, en particulier dantonistes (Danton en 1884, mais aussi Les Grands Orateurs de la Révolution, en 1914). Formant de nombreux élèves, de l’historien socialiste Albert Mathiez (qui s’en séparera en 1908, lui reprochant son modérantisme) au spécialiste des relations internationales Pierre Renouvin, Aulard marque durablement l’historiographie de la Révolution française, de la République et, au-delà, de l’histoire politique contemporaine.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  AULARD ALPHONSE (1849-1928)  » est également traité dans :

GIRONDINS ET MONTAGNARDS

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 2 553 mots
  •  • 1 média

Il n'est pas facile de dégager nettement la ligne maîtresse d'un affrontement qui, sous la Révolution française, a duré plus de dix-huit mois et dont les enjeux se sont constamment déplacés. Gironde contre Montagne : pour la guerre extérieure contre la guerre intérieure, pour la saisie des ministères contre la chute de la royauté, pour le fédéralisme contre Paris, pour les possédants contre l'an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/girondins-et-montagnards/#i_56872

MATHIEZ ALBERT (1874-1932)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  •  • 694 mots

À l'École normale supérieure où il entre après son service militaire en 1894, Albert Mathiez se distingue par ses opinions « avancées » et il se proclame socialiste. C'est alors que se manifeste son caractère violent, accentué encore à la suite d'un accident survenu en 1896 où il perd l'œil gauche. C'est également à cette époque qu'il commence à se spécialiser dans l'histoire révolutionnaire. Il r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-mathiez/#i_56872

Pour citer l’article

Guillaume MAZEAU, « AULARD ALPHONSE - (1849-1928) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-aulard/