GREIMAS ALJIRDAS-JULIEN (1917-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1917 à Tula de parents lituaniens, Algirdas-Julien Greimas fit des études de linguistique et de philologie à Grenoble (1936-1939). L'annexion de la Lituanie par l'U.R.S.S., en 1944, et la déportation de ses parents le contraignirent à l'émigration. À la Sorbonne, il commence, en 1945, sous la direction de Charles Bruneau, une thèse de lexicologie sur le vocabulaire de la mode en 1830. Dès sa soutenance, en 1949, il devient maître de conférences à la faculté des lettres d'Alexandrie et, quelques années plus tard, professeur à Ankara et Istanbul. En 1965, Claude Lévi-Strauss et Roland Barthes l'appellent à l'École pratique des hautes études, où il est élu directeur d'études en sémantique générale. Il y finira sa carrière. Greimas poursuit explicitement l'entreprise de Ferdinand de Saussure et de Louis Hjelmslev, et il se situe dans la lignée du structuralisme européen. Dans la première phase de ses recherches (1956-1968), il édifie d'abord une sémantique générale en dépassant les limites du mot et de la phrase que se donnait traditionnellement la linguistique. En deçà du mot, il théorise, à la suite de Pottier, l'analyse sémique, qui décompose le sens lexical en unités minimales de signification, ou sèmes. Au-delà de la phrase, il propose une théorie des structures textuelles inspirée de la Morphologie du conte de Propp. Ces deux directions de recherche sont complémentaires et lui permettent de créer le concept original d'isotopie, qui met en relation ces deux paliers extrêmes de l'analyse linguistique : l'isotopie assure la cohérence sémantique du texte par la récurrence de sèmes. Sémantique structurale (1966) présente un essai de synthèse de ces recherches. Dans une seconde phase (1968-1978), Greimas tente une synthèse sur un autre axe en définissant un parcours génératif de la signification. La génération d'un objet sémiotique quelconque procéderait en trois étapes. Au niveau initial, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GREIMAS ALJIRDAS-JULIEN (1917-1992)  » est également traité dans :

LA MODE EN 1830 (A.-J. Greimas)

  • Écrit par 
  • Brigitte MUNIER
  •  • 982 mots

La Mode en 1830 (P.U.F., Paris, 2000) rassemble, selon le vœu d'Algirdas-Julien Greimas (1917-1992), quatre textes précédant sa Sémantique structurale de 1966. Ce volume, préfacé par Michel Arrivé, réunit aux thèses que soutint le linguiste en 1948 sur la mode et la vie sociale en 1830 deux artic […] Lire la suite

ACTANT

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 454 mots

Si l'on récuse comme entachée de mentalisme l'opposition entre sujet (ou thème) et prédicat, véritable fourre-tout auquel on peut notamment reprocher d'aplanir les reliefs de la structure, on est conduit à remanier la description des rapports formels qui lient les différents éléments d'une phrase. Par exemple, on ne peut manquer d'être frappé par le fait que figurent, dans le prédicat, des groupes […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche sémiotique »  : […] Avec A. J. Greimas, dans la Sémantique structurale (1965), Du sens I (1970), Maupassant (1976), et Du sens II (1983), une nouvelle tentative de mise en ordre des structures élémentaires de la croyance se fait jour, qui, à l'opposé de la phénoménologie, ne repose sur aucune intuition du vécu, mais sur la structure de l' énonciation , telle qu'elle est investie dans le discours oral ou écrit et […] Lire la suite

HJELMSLEV LOUIS TROLLE (1899-1965)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 695 mots
  •  • 1 média

Linguiste danois, animateur du cercle linguistique de Copenhague, Louis Hjelmslev se situe dans la perspective structurale issue de l'enseignement de Ferdinand de Saussure. Sa théorie « glossématique » constitue un approfondissement et une tentative de formalisation de la plupart des concepts de ce dernier. Il retient, en effet, du Cours de linguistique générale les deux postulats suivants : la […] Lire la suite

HUMAINS ET NON-HUMAINS (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK
  •  • 2 230 mots

Dans le chapitre « L’apport de la sociologie des sciences »  : […] La sociologie des sciences fait de la distinction entre humains et non-humains le critère d’une nouvelle anthropologie qui accorde le statut d’acteur à tous ceux qui s’associent dans une controverse, c’est-à-dire dans une dispute sur les agencements entre humains et non-humains qui se tranche dans un laboratoire, dans un modèle et dans des publications écrites. En ne préjugeant pas des attachemen […] Lire la suite

ISOTOPIE, linguistique

  • Écrit par 
  • Alain SAUDAN
  •  • 534 mots

Le concept d'isotopie, introduit de manière opératoire par A.-J. Greimas dans sa Sémantique structurale (1966), fondamentale pour l'analyse du discours et la constitution du texte en objet scientifique, est défini en ces termes par l'auteur : « Ensemble redondant de catégories sémantiques qui rend possible la lecture uniforme du récit telle qu'elle résulte des lectures partielles des énoncés et l […] Lire la suite

MYTHE - Épistémologie des mythes

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 8 612 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Grec à deux têtes »  : […] Vers les années 1960, la question essentielle pour la science mythologique, dans le débat ouvert entre Lévi-Strauss et ses contradicteurs, était la suivante : la mythologie relève-t-elle d'une explication unique ? La réponse affirmative, développée par l'analyse structurale, se nouait dans une simple phrase : « le mythe est un langage » ( Anthropologie structurale , p. 232). Sans doute, depuis la […] Lire la suite

POÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER, 
  • Tzvetan TODOROV
  •  • 4 791 mots

Dans le chapitre « Structuralisme et sémiotique »  : […] À partir du début des années 1960, la poétique a connu un développement sans pareil, cela sous la double impulsion du structuralisme littéraire et de la sémiotique (ou sémiologie). Bien que son rayonnement ait été international, le structuralisme littéraire constitue la variante spécifiquement française de la poétique des années 1960 et 1970. Contrairement au New Criticism anglo-saxon ou à la Li […] Lire la suite

PROVERBES

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 3 126 mots

Dans le chapitre « Les proverbes aujourd'hui »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, avec l'essor des sciences humaines et avec le progrès de l'interdisciplinarité, la «  parémiologie » s'efforce de devenir une science et d'analyser, par exemple, la structure interne des proverbes ou la fonction qu'ils ont exercée ou exercent encore dans telle ou telle société. Ainsi, en partant d'une perspective morphologique proche de celle de Propp, Permiakov, […] Lire la suite

RASTIER FRANÇOIS (1945- )

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 936 mots

François Rastier s'est montré l'un des esprits les plus inventifs dans le domaine des sciences du langage. Né à Toulouse en 1945, docteur en linguistique, directeur de recherche au C.N.R.S., son œuvre est aujourd'hui reconnue internationalement. Elle est fondée sur une audace et une originalité. L'audace est sans doute d'avoir choisi comme champ de recherche la sémantique, discipline ardue et peu […] Lire la suite

Pour citer l’article

François RASTIER, « GREIMAS ALJIRDAS-JULIEN - (1917-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aljirdas-julien-greimas/