WEGENER ALFRED (1880-1930)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les dernières expéditions au Groenland, 1929-1930

En novembre 1926, Wegener est invité au symposium de l'Association américaine des géologues du pétrole qui se tient à New York. L'objet de ce congrès n'a rien à voir avec le pétrole, puisqu'il s'intitule « La Théorie de la dérive des continents, symposium sur l'origine et le mouvement des masses terrestres, aussi bien intercontinentaux qu'intracontinentaux, suivant les propositions d'Alfred Wegener ». Wegener ne se rend pas à New York, il se contente d'envoyer une communication. Pourquoi ? Sans doute parce que Wegener est découragé « de discuter avec ses contradicteurs au scepticisme borné ou même de se défendre contre des malentendus évidents », comme le dira un de ses fidèles collaborateurs autrichiens. Peut-être aussi parce qu'à l'époque l'Autriche traverse une crise économique grave, contrairement aux États-Unis, et qu'il est trop onéreux d'envoyer un professeur d'université outre-Atlantique pour un symposium. Peut-être, enfin, parce que Wegener pense déjà, bien au-dessus de la mêlée des fixistes et des mobilistes, à préparer ses propres expéditions au Groenland, auxquelles il songe depuis plusieurs années. Son rêve, il le réalise en 1929, sa préoccupation étant de confirmer sur la base des mesures géodésiques antérieures que le Groenland dérive bien vers l'ouest. Cette année-là, Wegener entreprend ainsi, à partir de la côte ouest, une traversée suivant le 71e parallèle, un peu au sud des lieux étudiés par l'expédition de 1912. Il installe trois stations séparées de plusieurs centaines de kilomètres : une à l'ouest, près de la côte ; une autre beaucoup plus à l'est ; la dernière au milieu de l'inlandsis, à 3 000 mètres d'altitude, nommée Eismitte, ce qui signifie « au milieu des glaces ». En juin 1930, Wegener rejoint à nouveau la côte ouest. Ce sera son dernier voyage. Le 21 septembre, il quitte la station ouest, accompagné de son collègue Fritze Loewe et de treize guides groenlandais, pour aller ravitailler, à 400 kilomètres de là, ses amis, Johann Georgi, son ancien élève, et le glaciologue Ernst Sorge, isolé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  WEGENER ALFRED (1880-1930)  » est également traité dans :

BIOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Daniel GOUJET
  •  • 11 054 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La biogéographie de la vicariance »  : […] Cette seconde école de biogéographie historique prend sa source au début du xix e  siècle, principalement dans les travaux de botanistes tels que Alexander von Humboldt, Augustin Pyrame de Candolle ou Philip Sclater. Pour eux, la recherche des centres d'origine n'est pas importante ; en revanche, l'analyse des flores avec leurs formes endémiques r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biogeographie/#i_40244

DÉRIVE DES CONTINENTS

  • Écrit par 
  • John Tuzo WILSON
  • , Universalis
  •  • 3 387 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Des débuts de la théorie aux critiques de la thèse de Wegener »  : […] Dans l'évolution de la théorie « mobiliste », il faut distinguer trois étapes, séparées par les dates de 1912 et 1956. L'idée de la dérive continentale semble avoir été formulée dès 1620 par Francis Bacon et, dans les siècles suivants, de nombreux savants émettent des hypothèses dans ce sens, certaines fantaisistes, d'autres plus vraisemblables, parmi lesquelles celles de Antonio Snider-Pellegrin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents/#i_40244

DÉRIVE DES CONTINENTS, en bref

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 708 mots

Le 6 janvier 1912, le météorologue allemand Alfred Wegener (1880-1930) présente une communication à la session annuelle de l'Union géologique, qui se tient à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) : Idées nouvelles sur la formation des grandes structures de la surface terrestre (continents et océans) sur des bases géophysiques . Wegener y suppose que les continents actuels étaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents-en-bref/#i_40244

LITHOSPHÈRE

  • Écrit par 
  • Marc DAIGNIÈRES, 
  • Adolphe NICOLAS
  •  • 6 961 mots
  •  • 10 médias

Dès la naissance de la géophysique et de la géodynamique, les continents furent considérés comme un ensemble de masses rigides, le sial (acronyme de si lice et al umine) flottant sur un manteau fluide, le sima (acronyme de si lice et ma gnésium). Ainsi fut introduite en gravimétrie la notion de compensation iso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithosphere/#i_40244

OCÉANOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Patrick GEISTDOERFER
  •  • 10 070 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Naissance de l’océanographie »  : […] À la fin du x viii e  siècle et au siècle suivant, à l’initiative des États, à des fins de connaissance mais aussi de colonisation, les Français et les Anglais entreprennent des voyages d’exploration des océans qui associent marins et naturalistes. Ces expéditions révèlent des aspects nouveaux du monde, de sa géographie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanographie/#i_40244

PALÉOCLIMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 8 061 mots
  •  • 8 médias

La paléoclimatologie a pour but de reconstituer les conditions climatiques ayant régné à la surface de notre planète dans le passé et d'expliquer leur évolution. Elle relève donc au premier chef de la géologie pour la reconstitution des faits, mais pour leur compréhension et leur interprétation, elle fait appel à des disciplines aussi variées que la zoologie, la botanique, la biogéographie, la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoclimatologie/#i_40244

PALÉOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 4 974 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vers une géographie mobile »  : […] L’idée d’une géographie mobile, non figée, n’est pas récente. Dès l’Antiquité, certains avaient envisagé l’existence de changements dans la répartition des terres émergées et des mers, puis, dès le xvi e  siècle, quelques précurseurs supposaient déjà des modifications de grande ampleur à l’échelle des continents. Cette idée s’appuyait essentiellem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleogeographie/#i_40244

SUPERCONTINENTS

  • Écrit par 
  • Nicolas COLTICE
  •  • 888 mots
  •  • 1 média

La dérive des continents est la manifestation de la dynamique interne de la Terre. Les mouvements de la croûte sont l’expression en surface de la convection du magma du manteau terrestre : les roches profondes se déforment à la manière d’un fluide très visqueux pour transporter la chaleur interne vers la surface. Les déplacements crustaux sont très importants et observables . Alfred Wegener propo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supercontinents/#i_40244

LA TECTONIQUE DE L'ASIE (É. Argand)

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 186 mots

Dans les années 1920-1930, le géologue suisse Émile Argand (1879-1940), qui est un spécialiste des Alpes et des chaînes alpines, devient l'un des alliés d'Alfred Wegener et de sa théorie de la dérive des continents. Au moment où le débat fait rage entre les partisans du mobilisme et ceux du fixisme, Argand applique, dans son ouvrage La Tectonique de l'Asie (1992), les idées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tectonique-de-l-asie/#i_40244

TECTONIQUE DES PLAQUES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 7 545 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La dérive des continents »  : […] La première idée qui vint à l'esprit des géologues est celle de la stabilité des continents et des océans, suivant en cela la sagesse populaire qui accorde au roc la fermeté éternelle . Il appartint à Wegener, dans un livre demeuré fameux par les idées qu'il a semées et les controverses qu'il a soulevées ( Die Entstehung der Kontinente und Ozeane , 1915), d'attirer l'attentio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tectonique-des-plaques/#i_40244

TECTONOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 686 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Migration des pôles et mobilité continentale »  : […] Le paléomagnétisme apporta ensuite de nouvelles informations. Le principe consiste à retrouver, dans des roches d'un âge déterminé, l'orientation du champ magnétique au moment de leur formation, qu'il s'agisse de roches sédimentaires comportant des particules magnétiques qui se sont orientées dans le champ au moment de leur sédimentation, ou de roches magmatiques qui ont fossilisé le champ magnét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tectonophysique/#i_40244

TÉTHYS

  • Écrit par 
  • Olivier MONOD
  •  • 5 214 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] C'est à Melchior Neumayr que l'on doit, en 1885, l'identification d'un domaine marin, continu au Jurassique, disposé équatorialement et en partie superposé à la chaîne alpine. Ce domaine, désigné comme « Zentrales Mittelmeer » , séparait plusieurs masses continentales, situées au nord, d'un grand continent « brésilien-éthiopien » et « indo-malgache », situé au sud, préfiguration du futur Gondwana. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tethys/#i_40244

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « WEGENER ALFRED - (1880-1930) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-wegener/