WEGENER ALFRED (1880-1930)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers une théorie globale des grandes structures de la Terre

Si les analogies biologiques et structurales entre certains continents montrent que ceux-ci furent en relation, si la théorie de l'isostasie prouve que des parties continentales n'ont pas pu disparaître en s'enfonçant dans le sima, si les côtes de part et d'autre de l'Atlantique semblent pouvoir s'emboîter, c'est donc que les continents se déplacent horizontalement à la surface du globe ; c'est la « dérive des continents ».

Survient la Première Guerre mondiale ; Wegener est mobilisé comme aspirant en 1914. Blessé au bras et au cou, il profite de sa convalescence pour rédiger Die Entstehung der Kontinente und Ozeane (La Genèse des continents et des océans). Publié en 1915 (puis réédité en 1920, 1922 et 1929), cet ouvrage reprend les idées qu'il avait exposées lors de sa communication de 1912, augmentées d'observations provenant notamment d'une deuxième expédition au Groenland, effectuée de l'été 1912 à l'été 1913. À son retour, Wegener épouse Else Köppen, fille de son ami Wladimir Peter Köppen, directeur des recherches météorologiques à l'Observatoire naval de Hambourg.

Cette fois Wegener ne s'est pas contenté de faire une simple synthèse, il apporte ses propres arguments. S'intéressant naturellement aux paléoclimats en tant que météorologue, il constate qu'au Carbonifère, il y a environ 300 millions d'années, l'Amérique du Sud, l'Afrique septentrionale, l'Inde et l'Australie étaient en partie recouvertes d'une calotte glaciaire, comme en témoignent les moraines fossiles (appelées tillites) et les stries laissées sur les roches dues à l'écoulement des glaciers. Wegener en conclut que tous ces continents, réunis en un seul bloc – le Gondwana – occupaient une position proche du pôle Sud. En revanche, sur les autres terres – l'Amérique du Nord et l'Eurasie, formant un second bloc appelé la Laurasie – s'épanouissaient une faune et une flore de type tropical, à l'origine des riches bassins houillers que nous connaissons aujourd'hui. Entre le Gondwana et la Laurasie s'étendait une mer d'orientation est-ouest, la Téthys, dont on peut considérer que la Méditerranée est un vestige.

Wegener est-il le premier à formuler cette idée de la dérive des continents ? Non, Antonio Snider-Pelligrini avait déjà proposé en 1853, dans son ouvrage La Création et ses mystères dévoilés, que les continents, qui formaient initialement un bloc unique, ont dérivé à la surface de la Terre. Mais il avait invoqué le Déluge pour expliquer la fragmentation, et son hypothèse avant-gardiste était vite tombée en désuétude.

Alfred Wegener termine la guerre au Service météorologique de l'armée, et séjourne en Bulgarie et en Estonie. En 1919, il retourne à Hambourg et prend la succession de son beau-père au département de météorologie théorique de l'Observatoire naval. Puis on lui propose un poste de professeur de météorologie et de géophysique à l'université de Graz (Autriche). Il s'y installe en 1924 avec sa famille. Cette même année, reprenant en partie les travaux du Suisse Émile Argand (1879-1940), Wegener présente au congrès de Liège ses vues sur les grandes structures géologiques de la planète qu'il distingue en trois types : des zones de compression, dues aux rapprochements des continents, où les structures se chevauchent et forment les chaînes de montagnes ; des zones d'étirement, où de la surface océanique est créée par l'éloignement des continents ; des zones de translation, où les continents coulissent de part et d'autre de grands décrochements, appelés plus tard failles transformantes. Wegener pose ainsi les fondements des théories qui suivront sur le fonctionnement global de la surface de la Terre, notamment la tectonique des plaques. Mais il manquait le principal au modèle de Wegener : quel est le moteur responsable des translations continentales ? Quelles sont les forces qui poussent les continents à dériver ? Wegener suggère que les continents tendent à s'éloigner vers l'ouest du fait de la rotation de la planète dans le sens ouest-est et de l'attraction du Soleil et de la Lune par effet de marée, et des pôles vers l'équateur en raison de l'effet centrifuge. Mais les géophysiciens, dont l'Anglais Harold Jeffreys (1891-1989), mon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification

Autres références

«  WEGENER ALFRED (1880-1930)  » est également traité dans :

BIOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Daniel GOUJET
  •  • 11 061 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La biogéographie de la vicariance »  : […] Cette seconde école de biogéographie historique prend sa source au début du xix e  siècle, principalement dans les travaux de botanistes tels que Alexander von Humboldt, Augustin Pyrame de Candolle ou Philip Sclater. Pour eux, la recherche des centres d'origine n'est pas importante ; en revanche, l'analyse des flores avec leurs formes endémiques renseigne sur l'état de la géographie et l'histoire […] Lire la suite

DÉRIVE DES CONTINENTS

  • Écrit par 
  • John Tuzo WILSON
  • , Universalis
  •  • 3 391 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Des débuts de la théorie aux critiques de la thèse de Wegener »  : […] Dans l'évolution de la théorie « mobiliste », il faut distinguer trois étapes, séparées par les dates de 1912 et 1956. L'idée de la dérive continentale semble avoir été formulée dès 1620 par Francis Bacon et, dans les siècles suivants, de nombreux savants émettent des hypothèses dans ce sens, certaines fantaisistes, d'autres plus vraisemblables, parmi lesquelles celles de Antonio Snider-Pellegrin […] Lire la suite

DÉRIVE DES CONTINENTS, en bref

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 708 mots

Le 6 janvier 1912, le météorologue allemand Alfred Wegener (1880-1930) présente une communication à la session annuelle de l'Union géologique, qui se tient à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) : Idées nouvelles sur la formation des grandes structures de la surface terrestre (continents et océans) sur des bases géophysiques . Wegener y suppose que les continents actuels étaient regroupés à une cer […] Lire la suite

LITHOSPHÈRE

  • Écrit par 
  • Marc DAIGNIÈRES, 
  • Adolphe NICOLAS
  •  • 6 967 mots
  •  • 10 médias

Dès la naissance de la géophysique et de la géodynamique, les continents furent considérés comme un ensemble de masses rigides, le sial (acronyme de si lice et al umine) flottant sur un manteau fluide, le sima (acronyme de si lice et ma gnésium). Ainsi fut introduite en gravimétrie la notion de compensation isostatique des reliefs montagneux par une racine crustale légère s'enfonçant dans le mante […] Lire la suite

OCÉANOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Patrick GEISTDOERFER
  •  • 10 072 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Naissance de l’océanographie »  : […] À la fin du x viii e  siècle et au siècle suivant, à l’initiative des États, à des fins de connaissance mais aussi de colonisation, les Français et les Anglais entreprennent des voyages d’exploration des océans qui associent marins et naturalistes. Ces expéditions révèlent des aspects nouveaux du monde, de sa géographie. Elles permettent, en particulier, dès la moitié du x i x e  siècle, une assez […] Lire la suite

PALÉOCLIMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 8 065 mots
  •  • 8 médias

La paléoclimatologie a pour but de reconstituer les conditions climatiques ayant régné à la surface de notre planète dans le passé et d'expliquer leur évolution. Elle relève donc au premier chef de la géologie pour la reconstitution des faits, mais pour leur compréhension et leur interprétation, elle fait appel à des disciplines aussi variées que la zoologie, la botanique, la biogéographie, la p […] Lire la suite

PALÉOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 4 978 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vers une géographie mobile »  : […] L’idée d’une géographie mobile, non figée, n’est pas récente. Dès l’Antiquité, certains avaient envisagé l’existence de changements dans la répartition des terres émergées et des mers, puis, dès le xvi e  siècle, quelques précurseurs supposaient déjà des modifications de grande ampleur à l’échelle des continents. Cette idée s’appuyait essentiellement sur le fait que les côtes africaines et américa […] Lire la suite

SUPERCONTINENTS

  • Écrit par 
  • Nicolas COLTICE
  •  • 888 mots
  •  • 1 média

La dérive des continents est la manifestation de la dynamique interne de la Terre. Les mouvements de la croûte sont l’expression en surface de la convection du magma du manteau terrestre : les roches profondes se déforment à la manière d’un fluide très visqueux pour transporter la chaleur interne vers la surface. Les déplacements crustaux sont très importants et observables . Alfred Wegener propo […] Lire la suite

LA TECTONIQUE DE L'ASIE (É. Argand)

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 186 mots

Dans les années 1920-1930, le géologue suisse Émile Argand (1879-1940), qui est un spécialiste des Alpes et des chaînes alpines, devient l'un des alliés d'Alfred Wegener et de sa théorie de la dérive des continents. Au moment où le débat fait rage entre les partisans du mobilisme et ceux du fixisme, Argand applique, dans son ouvrage La Tectonique de l'Asie (1992), les idées de Wegener à la format […] Lire la suite

TECTONIQUE DES PLAQUES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 7 553 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La dérive des continents »  : […] La première idée qui vint à l'esprit des géologues est celle de la stabilité des continents et des océans, suivant en cela la sagesse populaire qui accorde au roc la fermeté éternelle . Il appartint à Wegener, dans un livre demeuré fameux par les idées qu'il a semées et les controverses qu'il a soulevées ( Die Entstehung der Kontinente und Ozeane , 1915), d'attirer l'attention sur la possibilité d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « WEGENER ALFRED - (1880-1930) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-wegener/