ALEXANDRE III ALEXANDROVITCH (1845-1894) empereur de Russie (1881-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Second fils d'Alexandre II, il ne devint héritier présomptif qu'à la mort de son frère, le grand-duc Nicolas, mort en 1865. Un an après, Alexandre épouse la princesse Dagmar de Danemark et prend part aux travaux du gouvernement de son père, dont il adopte alors les idées réformatrices. Au lendemain de l'assassinat de celui-ci, il va basculer dans le camp des conservateurs sous l'influence notamment de son ancien professeur, le juriste Konstantin Petrovitch Pobiedonostsev. Tandis que les ministres libéraux d'Alexandre préparent l'application de la réforme qui doit introduire en Russie le régime représentatif, Pobiedonostsev, Katkov et Stroganov font publier par le nouveau souverain un Manifeste (29 avr. 1881), qui est une véritable déclaration de guerre à toute réforme et qui provoque la démission de l'ancien cabinet. Malgré les efforts du nouveau ministère, l'Assemblée élue ne sera pas convoquée, et c'est Pobiedonostsev qui prend en main un pouvoir absolu. L'ordre social est consolidé, tout ce qui vient de l'étranger, en particulier d'Allemagne, est rejeté. La russification est à l'ordre du jour ; les pays dépendants (Pologne, Finlande, pays baltes) y sont soumis. Dagmar, devenue la grande-duchesse Marie, pousse à la fois à la politique anti-allemande et au rapprochement avec la France, déjà avancé sous le précédent règne. Bismarck se voit refuser la neutralité de la Russie en cas de nouveau conflit avec la France. Bismarck ayant répondu par des tarifs prohibitifs sur les produits russes, l'alliance franco-russe est scellée dans les dernières années du règne, entre 1891 et 1894, et l'épargne française est drainée par l'emprunt russe vers les nouveaux centres industriels du pays. Les Russes consolident également leurs positions en Asie et se tournent vers la Sibérie, qu'on s'efforce de coloniser. Dans le domaine religieux enfin, c'est une nouvelle mainmise de l'État sur l'Église orthodoxe, et l'enseignement primaire passe de la tutelle des zemstvos à celle des paroisses. Prince conservateur, Alexandre III a non seulement freiné le mouvement des réformes promu par son père mais il a encore opéré dans certains domaines un retour au passé. Néanmoins, il lègue à son successeur, Nicolas II, une nouvelle masse prolétarienne, fruit de l'essor industriel, qui sera le ferment des journées révolutionnaires de 1905, puis de la révolution de 1917.

—  Pierre KOVALEWSKY

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, chargé de conférences à l'université de Paris-III, doyen de l'Institut Saint-Denis, Paris

Classification


Autres références

«  ALEXANDRE III ALEXANDROVITCH (1845-1894) empereur de Russie (1881-1894)  » est également traité dans :

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La tentative manquée de russification »  : […] L'assassinat d'Alexandre II eut des répercussions assez négatives sur la Finlande. Désormais, l'appareil tsariste, méfiant à l'égard de toute innovation politique et désireux de resserrer l'unité de l'Empire, se mit à regarder avec une suspicion croissante toute velléité d'améliorer le statut d'autonomie. Alexandre III (1881-1894) subit la pression des milieux russes les plus chauvins. Un certain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finlande/#i_12358

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les pogroms dans la Russie tsariste »  : […] L'avènement d' Alexandre III, flanqué de Pobiedonostzev, procureur du Saint-Synode, prélude à une série d'assauts populaires contre les quartiers juifs. Le phénomène découle en partie de l'agitation antisémite importée d'Allemagne, en partie d'une politique du gouvernement qui tient dans ce programme : « Un tiers des Juifs sera converti, un tiers émigrera, un tiers périra. » En 1881 éclatent plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_12358

POBEDONOSTSEV KONSTANTIN PETROVITCH (1827-1907)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 480 mots

Homme d'État russe, né à Moscou d'un père pope et juriste de formation, Pobedonostsev commence par enseigner le droit civil russe à l'université de Moscou (1860-1865) et, en qualité de précepteur, au futur tsar Alexandre III. Sénateur de Saint-Pétersbourg en 1868, il entre au Conseil impérial en 1872 et succède à Dimitri Tolstoï comme procureur général du Saint-Synode en 1880. À ce poste comme tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konstantin-petrovitch-pobedonostsev/#i_12358

WITTE SERGUEÏ IOULIEVITCH (1849-1915)

  • Écrit par 
  • Daria OLIVIER
  •  • 613 mots

Homme d'État russe appartenant à la fin du xix e siècle et au début du xx e , Sergueï Ioulievitch Witte naît au Caucase dans une famille de hauts fonctionnaires appartenant à la noblesse. Il termine en 1870 ses études à l'université d'Odessa. C'est l'année où commence le développement des voies f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serguei-ioulievitch-witte/#i_12358

Pour citer l’article

Pierre KOVALEWSKY, « ALEXANDRE III ALEXANDROVITCH (1845-1894) - empereur de Russie (1881-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-iii-alexandrovitch/