POPE ALEXANDER (1688-1744)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La perfection classique du langage

On relève une évolution de La Dunciade à l'Essai sur l'Homme. Dans la première, œuvre satirique, il attaque les déistes pour défendre certains de ses amis anglicans ; dans la seconde, il exprime une position philosophique moyenne, conforme à l'idée qu'il se fait de son rôle en tant que poète, interprète de son milieu social.

Délaissant l'imitateur, et le traducteur, faisant fi du critique, trouvant le satiriste trop partial ou le moraliste trop banal, le lecteur de goût ne pourra pas méconnaître le grand artiste du vers et c'est La Boucle de cheveux volée qui le retiendra peut-être. L'intrigue, anecdote authentique, n'est rien : un lord dérobe la boucle de cheveux d'une belle cruelle, provoque son courroux, mais la boucle se métamorphose en étoile au firmament. La peinture sociale, intéressante, n'est qu'une toile de fond. La valeur du poème est dans l'art de Pope. Dans ce poème héroï-comique, il introduit un élément féerique cher aux cœurs anglais : les sylphes de Pope doivent plus à l'Ariel de Shakespeare qu'au merveilleux antique, ils sont tout de grâce et de délicatesse. Parfaitement maître de son outil poétique, Pope a porté à la perfection le groupe de deux décasyllabes à rimes plates, le couplet. Régulier par son rythme et ses rimes, ce distique dans ses mains devient d'une souplesse remarquable. Pope joue des césures, des rythmes anapestiques ou trochaïques pour souligner ses intentions, pour mettre en valeur ses inventions et les traits de son esprit. Le vers atteint ici la limite de la concision et de la concentration.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  POPE ALEXANDER (1688-1744)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « La primauté de la raison »  : […] Le Toleration Act (1689) mit fin à la phase aiguë des disputes religieuses ; le monde politique se partagea entre les deux camps rivaux des whigs et des tories, les milieux théologiques furent absorbés par le jeu des spéculations. La tendance rationaliste prédominante (la Royal Society, qui devait exercer une forte influence dans ce sens, avait été fondée en 1662) stimula le désir d'éclaircir les […] Lire la suite

FINANCEMENT PARTICIPATIF ou CROWDFUNDING

  • Écrit par 
  • Jean-Charles DUFEU
  •  • 3 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le crowdfunding avant le crowdfunding »  : […] L’une des premières opérations de financement participatif connues remonte à 1713, lorsque le poète anglais Alexander Pope lance une souscription publique pour traduire L ’ Iliade en anglais. Quelques décennies plus tard, Wolfgang Amadeus Mozart s’approprie le procédé et, dans le but de venir jouer ses nouvelles œuvres à Vienne, propose au public de le soutenir financièrement. Au xix e  siècle, l […] Lire la suite

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 135 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le jardin anglais au XVIIIe siècle »  : […] L'Angleterre est sans doute le pays d'Europe où l'art du jardin a été le plus assidûment pratiqué et le plus âprement discuté. Notamment au xviii e  siècle, où l'expression « jardin anglais » prit une signification particulière, désignant un type de parc aux traits distinctifs, produit spécifique d'une nation qui venait d'atteindre, en 1688, sa majorité politique : car la relation est plus étroite […] Lire la suite

SATIRE

  • Écrit par 
  • Roger ZUBER
  •  • 2 689 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Indignation et correction »  : […] Depuis Juvénal, les poètes satiriques sont les zélateurs d'une Muse qui n'existait pas avant eux : l'Indignation (Hugo, Introduction des Châtiments ). La satire littéraire se nourrit donc de l'humeur de l'écrivain. Malheureusement, l'humeur n'a jamais été un principe de continuité, et comme il faut bien qu'entre les sautes de cette humeur le poème que compose le satirique puisse se soutenir, une t […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DULCK, « POPE ALEXANDER - (1688-1744) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-pope/