ROSSI ALDO (1931-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'architecte Aldo Rossi est né à Milan le 3 mai 1931. Il collabore de 1955 à 1964 à la revue Casabella-continuità qui entendait porter un regard critique sur le modernisme. Enseignant (notamment à Venise), il joue un rôle essentiel dans l'élaboration puis dans la diffusion de la théorie typomorphologique, avec la publication de L'Architecture de la ville (1966). Cet ouvrage, qui eut un grand retentissement, invitait à considérer la ville comme une œuvre, un artefact chargé de valeurs symboliques, le lieu d'une mémoire collective. Puis Rossi formule l'idée de la ville « analogue », essayant de cerner ce qui fait l'imaginaire historique sans cesse reconstruit des architectures et des lieux. Ses écrits ont fourni les fondements doctrinaux du mouvement italien néo-rationaliste de la Tendenza au cours des années 1970.

Il invoquait parmi ses sources le « rationalisme exalté » de Boullée, l'idée de types élémentaires présente chez J. N. L. Durand, la rigueur de Loos et l'austérité de Mies van der Rohe. Mais aussi la peinture métaphysique de Giorgio De Chirico et un certain nombre d'images obsédantes venues de l'enfance : toits, drapeaux figés et girouettes de tôle, cafetières en fer émaillé, cadrans ronds d'horloge, escaliers déserts, théâtres vides, cabines de plage, vastes cours des habitations ouvrières à coursives, phares et cheminées d'usine. Ses dessins, qui ont marqué la culture des années postmodernes, combinent ces thèmes en d'étranges natures mortes d'architectures, de ruines et d'objets familiers d'un caractère souvent spectral. Son Autobiographie scientifique (1981) révèle la part personnelle de ces réminiscences, le fond de désillusion sur lequel s'élabora son œuvre, méditation pessimiste sur le temps qui passe, l'ordre et la liberté, qui fait de ses compositions architecturales « la scène fixe des vicissitudes humaines ».

Ses motifs empruntent à la mémoire collective. Ce sont des archétypes (triangle, cube, cylindre et cône, fronton), formes abstraites et élémentaires dans ses premiers projets (monument aux partisans à Segrate, 1965). Sans cesse plus historicistes ensuite, elles articulent rigoureusement briques et linteaux de métal, charpentes à poutres rivetées, corniches, toits en berceau, larges et courtes colonnes.

Son architecture a souvent quelque chose de figé, que certains ont jugé de caractère carcéral. Délibérément monotone, symétrique et ritualisée, « liturgique » a-t-il écrit (écoles à Broni, 1969-1970, et Fagnano Olana, 1972-1976, hôtel de ville de Borboricco, 1983-1989, cimetière San Cataldo de Modène, 1971-1984), elle est répétitive, scandée, empreinte d'un rationalisme intransigeant. L'ensemble du Gallaratese à Milan (1969-1973) est une barre de logements rectiligne à portiques et à coursives, d'une géométrie sèche, qui traduit la volonté d'exprimer avec une grande simplicité d'écriture l'essence de l'habitation collective. Vittorio Gregotti dira qu'elle avait « la séduction terroriste et poétique d'un pur théorème réalisé ». Rossi ne craint pas la répétitivité « sincère » des percements, les fenêtres identiques et systématiquement carrées, la logique implacable des distributions et de l'articulation des corps de bâtiment. Dans la composition globale de ses édifices, il manifeste un goût de la monumentalité qui lui fera par ailleurs défendre l'architecture stalinienne.

Certaines œuvres ont un caractère expérimental et théorique, comme le Théâtre du monde (1979-1980), transcription de l'idée d'analogie et de correspondance avec le génie du lieu, flottant sur un radeau d'abord amarré à la douane de mer de Venise puis remorqué jusqu'à Dubrovnik, ou la chapelle funéraire très maniériste de Giussano (1987). D'autres sont un peu lourdes et emphatiques, comme les logements à Berlin-Friedrichstadt (1981-1988), la Casa Aurora à Turin (1984-1987), le centre commercial Torri à Parme (1985-1988), avec ses énormes tours carrées qui jaillissent comme des propylées, le quartier de Fontivegge à Pérouse (1982-1989), la reconstruction avec Ignazio Gardella du théâtre Carlo-Felice de Gênes (1983-1990), etc. En 1990, il reçoit le prix Pritzker. Puis Rossi emprunte les voies plus ouvertement artistiques du vedettariat international, construisant de Berlin à Fukuoka (hôtel Il Palazzo, 1987-1989), de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROSSI ALDO (1931-1997)  » est également traité dans :

ENSEMBLE DE LOGEMENTS DU GALLARATESE , près de Milan (A. Rossi)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 205 mots

Jouxtant un autre célèbre complexe résidentiel, conçu sous la direction de Carlo Aymonino (né en 1926), cet ensemble de logements est la première œuvre construite par l'architecte italien Aldo Rossi (1931-1997). Elle constitue aussi la première réponse à un ensemble de questions posées par l'architecte dans son célèbre ouvrage L'Architectur […] Lire la suite

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 648 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le néo-rationalisme »  : […] Le mouvement néo-rationaliste italien, dit Tendenza, qui s'est épanoui pendant la dernière décennie, est, semble-t-il, une tentative pour sauver l'architecture des contraintes de la consommation, pour l'empêcher d'être complètement minée, en tant que discours, par les forces techniques et économiques envahissantes de la mégalopolis. Ce rappel à la raison eut pour point de départ la publication de […] Lire la suite

LOGEMENTS COLLECTIFS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 811 mots

1947-1952 Unité d'habitation, Marseille, Le Corbusier (1887-1965). Grâce à l'appui du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, Le Corbusier peut, pour la première fois, mettre à l'épreuve son projet de « Cité radieuse » imaginé avant-guerre. Ce bâtiment, posé sur pilotis, accueille environ 400 logements de 23 types différents, desservis à chaque étage par une rue intérieure, ainsi que de […] Lire la suite

SCOLARI MASSIMO (1943- )

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 1 004 mots

L'architecte Massimo Scolari est né le 31 mars 1943 à Novi Ligure en Italie. Inscrit à la faculté d'architecture de l'Institut polytechnique de Milan en 1963, il a pour professeurs Ernesto Rogers et Aldo Rossi. L'influence de ce dernier sera déterminante : après des travaux théoriques sur l'histoire du Mouvement moderne et l'histoire urbaine, c'est en effet sous la direction de l'auteur de L'Arch […] Lire la suite

Pour citer l’article

François CHASLIN, « ROSSI ALDO - (1931-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aldo-rossi/