Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALBORNOZ GIL ÁLVAREZ CARRILLO DE (1310-1367)

Cardinal espagnol, restaurateur des États pontificaux en Italie durant le séjour des papes en Avignon. Issu d'une noble famille de Cuenca, le cardinal Albornoz fut le condisciple à l'université de Toulouse d'Étienne Aubert, qui monta en 1352 sur le trône de saint Pierre sous le nom d'Innocent VI. Il fit d'abord carrière ecclésiastique en Castille et devint archevêque de Tolède en 1338. Il joua un rôle éminent en poussant le roi Alphonse XI à poursuivre la Reconquista sur les musulmans et en l'aidant, par ses conseils, à soumettre à une loi uniforme les constitutions municipales très diverses de son royaume (constitution d'Alcalá qu'Albornoz rédigea lui-même en 1348).

À la suite d'un incident qui l'oppose à son souverain, il quitte l'Espagne en 1350 et rejoint à Avignon la curie, où, en tant que cardinal, il a régulièrement place. En 1353, Innocent VI le nomme légat pour toute l'Italie et vicaire général de toutes les possessions de l'Église avec mission de les ramener sous l'autorité du Saint-Siège, qui en a perdu le contrôle depuis son installation en Avignon, malgré les efforts de Jean XXII (1316-1334). C'est l'accomplissement de cette mission qui fait de lui l'un des personnages les plus importants de l'histoire des États pontificaux.

Albornoz entreprend la reconquête en partant du Sud, c'est-à-dire de Rome, où il réussit à se rétablir en jouant habilement de la piété romaine pour la papauté — piété avivée par le jubilé de 1350 — et en manipulant le tribun populaire Cola di Rienzo. Il prend à son service les barons locaux et les milices des villes fidèles et il solde des compagnies de mercenaires. Grâce à cette aide, il arrache Viterbe et Orvieto à Jean de Vico ; puis, dans une grande assemblée tenue à Montefiascone pour le patrimoine proprement dit, il obtient serment de fidélité de tous les vassaux du pape et des représentants de toutes les communes, en échange de quoi les uns et les autres gardent leurs biens et privilèges sous la souveraineté pontificale. La même méthode lui permet de pacifier le duché de Spolète, la Marche d'Ancône, la Romagne. Là, il se heurte au Milanais Barnabé Visconti, qui parvient à le faire rappeler en 1357. Innocent VI, cependant, comprend son erreur et charge d'une nouvelle légation Albornoz, qui reprend l'avantage et s'empare de Bologne (1360). À cette date, il a introduit dans l'ensemble des États de l'Église les constitutions d'abord données à la Marche d'Ancône et qu'on appelle constitutions égidiennes (de son prénom Gil, Egidius en latin). Ces constitutions, qui unifiaient la législation et l'administration tout en maintenant aux cités des statuts particuliers, réglèrent jusqu'en 1816 la vie des États, qu'Albornoz avait pour ainsi dire recréés.

Après la mort d'Innocent VI (1362), Urbain V, désireux d'agir en Orient contre les Turcs, voulut restaurer la paix en Italie et conclut un accord avec Barnabé Visconti, auquel il redonna le titre de vicaire de l'Église à Bologne. Albornoz essaya vainement de s'opposer à cette politique ; il dut, dans les mois suivants, veiller à ce que le Milanais ne profitât point trop de ces avantages retrouvés, tout en gérant au mieux les États. Il mourut après avoir vivement conseillé au pape de quitter Avignon et de réinstaller à Rome le siège de la papauté.

— Marcel PACAUT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AVIGNON PAPES D'

    • Écrit par Hervé LEGRAND
    • 1 949 mots
    • 3 médias
    ...pas non plus à réconcilier l'Angleterre et la France, ce qui ruina également ses projets de croisade. Innocent VI (1352-1362) découvrit dans le cardinal Albornoz, qui s'était déjà illustré dans la Reconquista contre les Maures, le stratège militaire et l'habile diplomate qui allait enfin pacifier...
  • ÉTATS DU PAPE - (repères chronologiques)

    • Écrit par Vincent GOURDON
    • 666 mots

    755-756 À l'appel du pape Étienne II, menacé par les Lombards, l'armée franque de Pépin descend en Italie. Les territoires conquis sur les Lombards, autour de Ravenne et de Rome, sont donnés au pape, sous le nom de « Patrimoine de Saint-Pierre ».

    846 Les basiliques Saint-Pierre...

  • ITALIE - Histoire

    • Écrit par Michel BALARD, Paul GUICHONNET, Jean-Marie MARTIN, Jean-Louis MIÈGE, Paul PETIT
    • 27 498 mots
    • 40 médias
    ...régénérer l'Italie en lui donnant un empereur national. L'aventure échoue, et la ville reste déchirée par les luttes entre grandes familles. Le cardinal Albornoz nettoie l'État pontifical des bandes de mercenaires, et rétablit l'ordre pour préparer le retour du pape à Rome. L'événement, qui interfère avec...
  • RIENZO COLA DI (1310 env.-1354)

    • Écrit par Gérard RIPPE
    • 551 mots

    Notaire romain de petite naissance, Cola di Rienzo s'exalte aux souvenirs des grandeurs de la Rome antique. Instigateur d'une révolte populaire tendant à restaurer le régime communal, le 20 mai 1347, il se fait céder par la foule romaine les plus grands pouvoirs. Ses partisans sont avant...

Voir aussi