RIENZO COLA DI (1310 env.-1354)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Notaire romain de petite naissance, Cola di Rienzo s'exalte aux souvenirs des grandeurs de la Rome antique. Instigateur d'une révolte populaire tendant à restaurer le régime communal, le 20 mai 1347, il se fait céder par la foule romaine les plus grands pouvoirs. Ses partisans sont avant tout des popolani, animés d'un fort esprit antinobiliaire. Surpris, le pape Clément VI légalise le coup de force. Les nobles sont contraints à l'obéissance, une milice est armée, l'approvisionnement de la ville est assuré. Mais, très rapidement, ce tribun érudit, se proclamant « libérateur de la sacrée république romaine », prétend rendre à sa ville son importance universelle : Rome est déclarée capitale du monde, et c'est au peuple romain qu'est dévolue l'élection impériale ; les Italiens sont citoyens romains et jouissent de la liberté romaine. La commune de Rome ressuscite, parée, dans l'esprit de Cola, de toutes les vertus de la République antique. En août 1347, lui-même « révèle » qu'il est une sorte de messie-empereur. Dès lors, il inquiète : le légat Bertrand du Deux est chargé par Clément VI de le poursuivre comme hérétique. Victorieux d'une révolte des barons, il s'aliène par des violences arbitraires et incohérentes une population éprouvée par la disette. Une émeute le décide à déposer sa charge le 15 décembre 1347.

En 1343, il a fait partie de l'ambassade envoyée à Clément VI, qui a élu Avignon pour résidence, afin de le persuader de regagner la Ville éternelle. Bien que cette démarche ait échoué, Rienzo y gagne la confiance et l'amitié du nouveau pape. Cette amitié autant que l'éloignement de Rome du pape d'Avignon expliquent l'indulgence, voire la protection, dont a joui le révolutionnaire et le rêve des Romains privés des pompes du Saint-Siège et voulant retrouver celles des César.

Excommunié, il fuit dans les Abruzzes, parmi les ermites de la Maiella, et son eschatologie délirante s'y exalte ; un ermite lui révèle qu'il est destiné à amener l'Empire à relever l'Église. À Prague, où il expose ses vues à l'empereur Charles IV, l'évêq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RIENZO COLA DI (1310 env.-1354)  » est également traité dans :

INNOCENT VI, ÉTIENNE AUBERT (mort en 1362) pape (1352-1362)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 347 mots

Né aux Monts de Beyssac, en Corrèze, Étienne Aubert est d'abord un réputé professeur de droit romain à Toulouse. Il entre dans les ordres et est nommé évêque de Nimes (1337), de Noyon (1338) puis de Clermont (1340). Cardinal-prêtre en 1342, il est nommé en 1352 cardinal-évêque d'Ostie, dans les États pontificaux, par le pape Clément VI à qui il succède le 18 décembre 1352 sous le nom d'Innocent  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-innocent-vi/#i_17532

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « Royaumes, républiques et seigneuries »  : […] Restent face à face des royaumes en déclin, des seigneuries triomphantes et quelques communes essayant de préserver leur liberté. Robert d'Anjou, roi de Naples, ne peut reconquérir la Sicile ; nommé par le pape Jean XXII vicaire impérial en Italie, il est le chef des guelfes, protecteur de Florence, mais se heurte à une coalition des seigneurs de Lombardie. Dans son propre royaume, son autorité s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_17532

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 489 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vaucluse : solitude et fécondité »  : […] De retour en Provence, cherchant à fuir la vie agitée et corrompue d'Avignon toute bruissante des souvenirs de ses années les plus frivoles, il élit domicile à quelques lieues vers l'est, dans la solitude de Vaucluse, aux sources de la Sorgue, lieu qui restera longtemps son refuge sacré, son Hélicon. C'est dans cette retraite qu'en 1340 lui parvient, à la fois de Paris et de Rome, l'invitation à r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrarque/#i_17532

Pour citer l’article

Gérard RIPPE, « RIENZO COLA DI (1310 env.-1354) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cola-di-rienzo/