AKINARI UEDA (1734-1809)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre d'Akinari

Pour la postérité, Akinari est avant tout l'auteur des Contes de pluie et de lune (Ugetsu-monogatari). Dans ces neuf Contes fantastiques de jadis et naguère, il rompait délibérément avec le style et la manière des ukiyo-zōshi inaugurés au siècle précédent par Saikaku, et auxquels il avait lui-même sacrifié dans ses deux recueils de 1766 : Le Singe mondain à l'écoute sur tous les chemins (Shodō Kikimimi seken-zaru) et Caractères de femmes entretenues (Tekake Katagi). À la construction elliptique et au rythme rapide, voire heurté, des ukiyo-zōshi, inspirés de la technique du haikai, il substituait une période plus ample, un ton plus soutenu suggéré par l'étude de la langue des grands classiques de l'époque de Heian et de la métrique des waka. On reconnaît au passage l'influence du Man.yō-shū, du Genji-monogatari, des épopées du xiiie siècle, des livrets du . Certains de ces contes sont transposés du chinois, mais avec une perfection telle que rien, sinon le canevas, ne subsiste de l'original. Avec l'Ugetsu, Akinari avait d'emblée découvert un style qui renouait avec les plus grandes époques du passé, et qui pour plus d'un demi-siècle s'imposera à toute la littérature romanesque du Japon ; un genre nouveau était né, celui des yomi-hon qu'illustra Bakin (1767-1848)

Les Contes des pluies de printemps (Harusame-monogatari), recueil posthume rédigé dans les dernières années de sa vie, inachevé, et dont près de la moitié vient seulement d'être retrouvée, contiennent, à côté de récits historiques ou fantastiques dans la manière de l'Ugetsu, des pièces dont la trame sert uniquement de prétexte à des discussions poétiques.

L'analyse critique de la poésie ancienne était en effet la préoccupation majeure d'Akinari, et l'essentiel de son œuvre philologique consiste en éditions critiques et analyses des anthologies classiques, principalement du Man.yō-shū. Tel est le thème de son œuvre maîtresse, Poudre d'or (Kinsa, 1804), en dix livres.

Lui-même avait du reste composé un grand nombre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  AKINARI UEDA (1734-1809)  » est également traité dans :

CONTES DE PLUIE ET DE LUNE, Ueda Akinari - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 855 mots
  •  • 1 média

Les Contes de pluie et de lune ( Ugetsu-monogatari ) sont le chef-d'œuvre de l'écrivain japonais Ueda Akinari (1734-1809). Les neuf contes qui le composent suivent la tradition du récit, le monogatari , en puisant dans une veine fantastique, celle d'histoires de revenants. Si la rédaction de l'œuvre commença en 1768, sa parution n'eut lieu qu'en 1776, témoignant du souci de perfection de l'auteur […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le siècle d'Edo (1750-1850) »  : […] Capitale administrative des shōgun Tokugawa, Edo, la ville nouvelle de l'Est (future Tōkyō, « capitale de l'Est »), était vite devenue un pôle d'attraction qui, dès la fin du xvii e  siècle, pouvait rivaliser avec Ōsaka, la métropole commerciale. Peu à peu tout le Japon se mettait à la mode d'Edo, et la littérature suivit le mouvement : à quelques exceptions près, tous les écrivains notables de l […] Lire la suite

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « AKINARI UEDA (1734-1809) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/akinari/