AKINARI UEDA (1734-1809)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conteur délicat et savant philologue, moraliste misanthrope et pessimiste, critique mordant, mais lucide jusque dans ses haines, homme de lettres dont la passion de l'écrit fut l'unique raison de vivre, Ueda Akinari est, sans conteste, la figure la plus attachante et l'écrivain le plus authentique de la littérature japonaise du xviiie siècle.

Biographie

Il est peu d'hommes dont la vie soit à ce point inséparable d'une œuvre dont elle éclaire la genèse et la signification. Son enfance avait été celle d'un de ces personnages de roman qu'affectionnaient les auteurs du début de son siècle. Né en 1734 au quartier des plaisirs d'Ōsaka, d'une courtisane et d'un père inconnu, il avait été adopté en 1737 par un certain Ueda, riche marchand qui n'avait pas d'héritier. Gravement touché par la variole à quatre ans, il survécut, mais ses doigts restèrent déformés et ses yeux affaiblis. Choyé par ses parents adoptifs, il mena après son enfance insouciante, la vie oisive de la jeunesse dorée d'une bourgeoisie active certes, mais dont l'impuissance politique n'avait d'autre diversion que la recherche des plaisirs. Cette vie dissolue cependant lui pesait, et, bientôt, il cherchait à pallier l'insuffisance d'une éducation quelque peu négligée, par la lecture assidue et désordonnée des classiques japonais et chinois, par la pratique du haikai aussi, qui était le divertissement à la mode dans la classe aisée. Il se félicitera plus tard d'avoir été toujours un autodidacte, ce qui lui aura épargné la sclérose intellectuelle due au respect stérile pour les « maîtres ». Mais, pour l'heure, son ambition se bornait à l'imitation des conteurs frivoles de sa ville, et, vers la trentaine, il publiait coup sur coup deux recueils d'ukiyo-zōshi, qui comptent parmi les meilleurs du genre. Mais déjà, sous les conventions qu'imposait la forme, perçaient l'ironie amère et l'esprit sarcastique d'Akinari.

La même année 1766 fut celle d'une rencontre décisive : l'illustre philologue Katō Umaki (1720-1777) s'établissait à Ōsaka, et le jeune Ueda se mettait aussitôt à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  AKINARI UEDA (1734-1809)  » est également traité dans :

CONTES DE PLUIE ET DE LUNE, Ueda Akinari - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 855 mots
  •  • 1 média

Les Contes de pluie et de lune ( Ugetsu-monogatari ) sont le chef-d'œuvre de l'écrivain japonais Ueda Akinari (1734-1809). Les neuf contes qui le composent suivent la tradition du récit, le monogatari , en puisant dans une veine fantastique, celle d'histoires de revenants. Si la rédaction de l'œuvre commença en 1768, sa parution n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-pluie-et-de-lune/#i_23183

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le siècle d'Edo (1750-1850) »  : […] Capitale administrative des shōgun Tokugawa, Edo, la ville nouvelle de l'Est (future Tōkyō, « capitale de l'Est »), était vite devenue un pôle d'attraction qui, dès la fin du xvii e  siècle, pouvait rivaliser avec Ōsaka, la métropole commerciale. Peu à peu tout le Japon se mettait à la mode d'Edo, et la littérature suivit le mouvement : à quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_23183

Voir aussi

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « AKINARI UEDA (1734-1809) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/akinari/