ACTINOPODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Phéodaires

On connaît peu de choses sur les Phéodaires. Ceux-ci, tous marins, vivent généralement assez profondément dans l'eau, même si quelques espèces sont observés en surface. Ils sont souvent solitaires, certains individus se rassemblant parfois en une pelote où s'entremêlent les appendices pour former un ensemble assez cohérent avec un début d'organisation.

Chez la majorité des espèces, le squelette est interne. Il est constitué de spicules de silice pure et amorphe, formant une structure le plus souvent continue. Parfois, les spicules sont isolés et plus ou moins complexes. Chez quelques espèces, le squelette est externe, formé alors de corps étrangers (coques de diatomées, spicules d'éponges, etc.) agglomérés à la périphérie du cytoplasme.

Le squelette de certains phéodaires est constitué d'éléments siliceux contenant du cytoplasme, reliés entre eux par une substance organique chitineuse qui se désagrège dès la mort de l'individu. Leur conservation à l'état fossile est donc problématique. D'autres sont constitués de fines barres reliées par des nœuds renforcés ou présentent un réseau très fin évoquant celui des diatomées. Enfin, d'autres montrent une matrice gélatineuse incluant de fines aiguilles siliceuses. Quelques espèces ont des coques bivalves.

La capsule centrale est perforée de trois gros pores seulement (un principal, appelé astropyle, et deux secondaires, les parapyles). Dans l'ectoplasme se trouve une masse granulaire qui contient des pigments (le phaeodium, qui a donné le nom à ce groupe) dont la fonction reste mal connue : soit ils permettent l'excrétion des déchets du métabolisme, soit ils sont le siège d'une sensibilité à la lumière ou encore le siège de symbiontes (zooxanthelles).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Actinopodes : les différentes classes

Actinopodes : les différentes classes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Acanthaires

Acanthaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Coques de protection

Coques de protection
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Axopodes

Axopodes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACTINOPODES  » est également traité dans :

RADIOLAIRES

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER
  •  • 2 583 mots
  •  • 3 médias

Les radiolaires sont des animaux unicellulaires (protozoaires) marins qui appartiennent à la superclasse des Actinopodes. D'une taille comprise entre 50 à 300 micromètres, ces micro-organismes pélagiques font partie du zooplancton. Beaucoup présentent un squelette (test) siliceux dont la forme est très variée en fonction des espèces. Leur chance de préservation dans les séries géologiques est tr […] Lire la suite

RHIZOPODES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 2 395 mots
  •  • 4 médias

Les Rhizopodes sont des êtres unicellulaires caractérisés en principe par leur cytoplasme nu, dépourvu de tout organite locomoteur. On considérait autrefois ces Protozoaires comme les formes animales les plus rudimentaires, les plus primitives, et on voyait en eux la souche de tous les animaux. Aujourd'hui, on pense que les Rhizopodes constituent en réalité un rameau dérivé des Flagellés, car l'é […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick DE WEVER, Robert GAUMONT, « ACTINOPODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinopodes/