ACADÉMISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La formation de la théorie académique

Une théorie humaniste de l'art fut inventée ou exprimée pour la première fois, avec une clarté remarquable, par Leon Battista Alberti dans son traité Della pittura, écrit aux alentours de 1435. Comme aucune théorie antique de l'art, susceptible de servir de modèle, n'avait survécu, l'humaniste Alberti appliqua la théorie antique de la littérature à l'art. Le but de la peinture, comme celui de la poésie, était de procurer enseignement et plaisir, mais l'enseignement venait d'abord. On demandait aux peintres de choisir des scènes ou thèmes d'un contenu moral élevé, comparables à ceux que des poètes et rhéteurs utiliseraient. Comme le rhéteur, qui devait remuer son auditoire, l'artiste devait faire ressentir à son public les émotions exprimées par les personnages de ses tableaux.

Leon Battista Alberti

Leon Battista Alberti

Photographie

Leon Battista Alberti (1404-1472). Poète, architecte, musicien, philosophe, peintre et sculpteur italien, Alberti est un parfait humaniste. Ses ouvrages sur les arts figuratifs et l'architecture constituent les premiers traités d'esthétique modernes. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Suivant la méthode des manuels de rhétorique, Alberti divisa son thème, la peinture, en trois parties. La première avait trait à la compositione, ce qui ne voulait pas dire, comme de nos jours, l'arrangement des masses et des lignes à la surface, mais, comme dans la théorie rhétorique, le développement de la narration sous son aspect le plus logique, le plus naturel. Dans ce champ conceptuel, l'histoire et sa présentation, sous forme visuelle, sont inséparables, synonymes. Ainsi, le choix du thème et sa représentation mentale sont la préoccupation fondamentale de l'artiste.

La seconde partie de la peinture est la conscrittione c'est-à-dire le dessin. En discutant cette question, Alberti donnait la première explication des lois de la perspective linéaire qui nous soit parvenue. La dernière partie, ricevere di lumi, ou couleur, est regardée comme un apport utile au dessin, l'addition finale qui doit donner la vérité au tableau.

La division d'Alberti demeure le fondement de la théorie de l'art et de l'enseignement académique, même après que Lessing aura séparé les théories poétiques et artistiques dans son Laocoon (1766). On sentait que la composition était trop personnelle pour qu'elle pût être enseignée, on laissait à l'étudiant le soin de l'étudier chez d'au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Leon Battista Alberti

Leon Battista Alberti
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Halte dans une auberge, J.-L. E. Meissonier

Halte dans une auberge, J.-L. E. Meissonier
Crédits : Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACADÉMISME  » est également traité dans :

ACADÉMIES

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 5 955 mots

L'académie telle qu'elle se développe à partir du Quattrocento italien, dans le grand mouvement de retour à l'Antiquité qui caractérise la Renaissance, est inspirée du modèle grec de l' akademia (le jardin où enseignait Platon). Elle s'épanouit dans toute l'Europe à l'âge classique, pour décliner ensuite à l'époque romantique jusqu'à revêtir une connotation plus souvent péjorative qu'emphatique : […] Lire la suite

ANATOMIE ARTISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 905 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Recherches de la Renaissance et références à l'Antiquité »  : […] Les débats sur l'essence mathématique de la beauté, et sur ces rapports avec l'ordre du monde, reprennent à la Renaissance dans un climat de mysticisme néo-platonicien qui se suffisait pour ainsi dire à lui-même, et détournait les théoriciens d'investigations proprement empiriques. Dans cet univers quasi mystique, L. B. Alberti et Léonard de Vinci inaugurent un nouveau type d'enquête, une analyse […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Du réalisme académique au colorisme préraphaélite (1830-1914) »  : […] La peinture victorienne, il faut en convenir, offre le plus souvent le spectacle de l' académisme le plus figé. Le réalisme minutieux de la plupart des peintres les plus appréciés à l'époque est mis au service d'un moralisme conventionnel ou d'un pittoresque de pacotille. Les panoramas bibliques de John Martin (1789-1854) tiennent du grand guignol, et les scènes de foule de William Powell Frith ( […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'enseignement : l'École des beaux-arts »  : […] L'enseignement « Beaux-Arts » est de type charismatique et vise à faire éclore le don que chaque élu porte en lui. Il s'appuie sur la transmission par osmose, du maître à l'élève et de l'ancien au nouveau, non seulement d'un savoir théorique et pratique, mais d'un ensemble de valeurs. L'atelier est la structure de base de cet enseignement, le folklore en est l'accompagnement. Les rites de passage, […] Lire la suite

AVED JACQUES ANDRÉ JOSEPH (1702-1766)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 266 mots

Incomparablement moins célèbre que Chardin dont il fut l'ami fidèle, Jacques André Joseph Aved manifeste par la place de son œuvre dans la peinture française du xviii e  siècle une tendance de goût comparable. Peintre de formation plus hollandaise que française, il resta un artiste bourgeois, dans sa clientèle et dans ses sujets, à l'écart des grandes commandes officielles. Aved naît à Douai et r […] Lire la suite

BOUGUEREAU WILLIAM (1825-1905)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 473 mots
  •  • 1 média

Par sa formation et surtout par les étapes de sa carrière soigneusement franchies, William Bouguereau appartient à la peinture académique française qui a eu droit à tous les triomphes officiels comme au mépris et à l'oubli des historiens de l'art moderne. Après un apprentissage à l'école des Beaux-Arts de Bordeaux, le jeune peintre originaire de La Rochelle est admis à Paris dans l'atelier de Pico […] Lire la suite

CENSURE (art)

  • Écrit par 
  • Julie VERLAINE
  •  • 2 630 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La naissance d'un art indépendant »  : […] La censure accompagne l'histoire de l'art moderne. En 1863, date symboliquement retenue pour marquer le changement d'époque, le jury du Salon de peinture et de sculpture exerce son rôle annuel de censeur avec une sévérité telle que sur les 5 000 œuvres soumises à son examen, seules 2 000 sont retenues. Or, à l'époque et depuis deux siècles, le Salon est pour un artiste le principal moyen de trouv […] Lire la suite

CONFÉRENCES DE L'ACADÉMIE ROYALE DE PEINTURE ET DE SCULPTURE

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC
  •  • 1 401 mots

La bibliothèque de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (É.N.S.B.A) conserve dans ses archives un grand nombre de manuscrits relatifs à l'histoire de l'Académie royale de peinture et de sculpture qui y furent transférés depuis l'ancienne institution voici deux siècles. Une partie non négligeable de ces documents est constituée de ce qu'il est convenu d'appeler « conférences » : u […] Lire la suite

DISCOURS SUR LA PEINTURE, Joshua Reynolds - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 077 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une théorie classique de l'art, une théorie de l'art classique »  : […] Les Discours ne sont exempts ni des préférences personnelles de leur auteur (que Reynolds ait voulu conclure en prononçant en chaire le nom même de Michel-Ange est à cet égard très révélateur), ni de référence à l'actualité la plus immédiate (ainsi les conflits qui purent toucher l'Académie). Ils portent la marque des débats qui intéressaient alors les milieux artistiques britanniques, ainsi lors […] Lire la suite

DURAND JEAN NICOLAS LOUIS (1760-1834)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 414 mots

L'influence de Durand fut décisive sur le destin de l'académisme en architecture. Elle s'exerça essentiellement par son enseignement à l'École polytechnique. Son Précis des leçons d'architecture , publié en 1802-1805, connut plusieurs éditions et traductions dans la première moitié du siècle. Cet ouvrage est doctrinalement plus important que son Recueil et parallèle des édifices de tout genre par […] Lire la suite

EAKINS THOMAS (1844-1916)

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN
  •  • 1 434 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'élève de Gérôme et de Bonnat »  : […] Eakins est né en 1844 à Philadelphie dans une famille de quakers ; il fréquenta les écoles locales où son père enseignait ; puis il fit quatre ans de dessin dans un collège secondaire. Dans une ville remplie d'immigrants, il apprit à parler les langues qu'il étudiait en classe : français, italien et espagnol. Il fut admis à la Pennsylvania Academy of Fine Arts en 1861 et y resta cinq ans. Puis, il […] Lire la suite

ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES BEAUX-ARTS, Paris

  • Écrit par 
  • Emmanuel SCHWARTZ
  •  • 1 219 mots

Dans le chapitre « La méthode académique  »  : […] Les fondateurs de 1648 jugent le dessin du nu masculin, d’après l’antique ou sur un modèle vivant, seul apte à former à la représentation des grandes actions humaines. Cet enseignement pratique est complété par des cours théoriques de perspective, d’anatomie et d’histoire. Différents concours ( Tête d'expression créé en 1759 et Torse en 1774) servent cette ambition et préparent à celui du grand […] Lire la suite

FROMENTIN EUGÈNE (1820-1876)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 201 mots

Issu d'une lignée de juristes et de médecins, Eugène Fromentin passe son enfance dans le domaine familial de Saint-Maurice (près de La Rochelle) et il en gardera des impressions ineffaçables. Excellent élève au collège de la ville, il se lie d'amitié avec une jeune fille, de quatre ans son aînée, qui se marie en 1834. Continuant ses études dans la capitale, il revoit son amie à l'occasion des vaca […] Lire la suite

GÉRÔME JEAN LÉON (1824-1904)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 473 mots
  •  • 3 médias

Les honneurs dont a été couvert Gérôme, sa célébrité contrastent avec la défaveur qui suivit bientôt une carrière tard prolongée. Son hostilité à l'impressionnisme (il proteste en vain, en 1884, contre l'exposition Manet à l'École des beaux-arts où il professe, mène campagne en 1894-1895 contre le legs Caillebotte) devait assimiler à un « pompier » un artiste remarquablement doué qui a illustré, d […] Lire la suite

GLEYRE CHARLES (1806-1874)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 542 mots

Peintre d'origine suisse. De caractère difficile sinon hypocondriaque, travaillant lentement et peu, Gleyre n'a pratiquement laissé que le souvenir d'un tableau : Les Illusions perdues (Salon de 1843, Louvre), qui le fait assimiler actuellement à tort à un pompier. Un effort de réhabilitation ou de clarification est donc nécessaire. Le peintre n'est pas négligeable, et d'abord parce que, prenant […] Lire la suite

HISTORICISME, art

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 4 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'esthétique des Beaux-Arts »  : […] Il reste qu'on ne saurait feindre d'introduire un semblant d'ordre, géographique ou historique, dans la diversité, la prolifération des courants historicisants dont s'est réclamée l'architecture du xix e  siècle. Le trait le plus caractéristique de ce siècle aura été l'alternance, souvent confuse et précipitée, de phases de renouveau – néo-grec, néogothique, néo-byzantin, néo-géorgien, néo-colonia […] Lire la suite

INSTITUT DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Antoine MARÈS
  •  • 2 517 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origines et histoire »  : […] L'Institut de France est né le 25 octobre 1795, mais seule sa généalogie royale permet de comprendre ses origines révolutionnaires. La première des Académies royales est due à la volonté du cardinal de Richelieu , qui, conscient de l'importance des écrivains dans le gouvernement de l'opinion et lui-même non dépourvu d'ambitions littéraires, accorda son patronage à un petit groupe de littérateurs q […] Lire la suite

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 796 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Risques courus : académisme, dessèchement »  : […] Tous les mouvements littéraires et artistiques, et le classicisme plus que bien d'autres, courent le risque de susciter des imitateurs moins dans l'audace avec laquelle ils ont édifié une tradition neuve que dans la persistance avec laquelle ils exploitent des innovations antérieures, lesquelles deviennent monnaie courante. Toute période créatrice unit en proportions diverses le risque et la prude […] Lire la suite

KLIMT GUSTAV (1862-1918)

  • Écrit par 
  • Yves KOBRY
  •  • 2 681 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une jeunesse sous le signe du succès »  : […] Gustav Klimt est né à Vienne le 14 juillet 1862. Il est donc le contemporain de Sigmund Freud (né en 1860), du compositeur Gustav Mahler (né en 1860) et du dramaturge Arthur Schnitzler (né en 1862), autres piliers de la modernité viennoise. Ses origines sont assez modestes : son père est artisan-orfèvre et sa mère chanteuse lyrique. Très jeune, il fait rapidement preuve d'une grande habileté dan […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gerald M. ACKERMAN, « ACADÉMISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/academisme/