DING YANYONG [TING YEN-YONG] (1904-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les peintres chinois contemporains se trouvent dans une situation délicate. Certains, séduits par les techniques de la peinture à l'huile, ont trop bien réussi : leur succès les a placés définitivement dans l'orbite des écoles de Paris, de Londres ou de New York, et, si estimable que puisse être leur contribution artistique, elle ne relève plus de l'univers chinois. D'autres s'accrochent à la tradition chinoise, ignorant délibérément le défi du monde extérieur : ils peignent aussi bien que l'on peut espérer peindre quand on a choisi de fermer les yeux devant les réalités de son temps. Un grand nombre d'entre eux croient pouvoir éluder le dilemme en cultivant parallèlement peinture traditionnelle et peinture occidentale, mais ils en arrivent ainsi à un dédoublement de personnalité quasi schizophrénique. Parmi ces artistes également versés dans les deux disciplines, Ding Yanyong fait figure d'exception, présentant ce rare mérite d'avoir su animer sa double démarche d'une même impulsion spirituelle, d'un même rythme formel.

Peinture occidentale, peinture traditionnelle

Ding est né en 1904 au Guangdong, province périphérique qui a traditionnellement joui d'une plus grande autonomie, d'une plus large ouverture sur le monde extérieur, et fut donc un berceau de révolutionnaires et de non-conformistes. Comme beaucoup d'autres intellectuels de sa génération, c'est par l'intermédiaire du Japon qu'il découvrit l'Occident : il étudia la technique de la peinture à l'huile à l'académie de Tōkyō. Après un séjour de sept ans au Japon, il rentre en Chine en 1927. Jusqu'à la guerre, il enseigne la peinture dans les académies de Shanghai et de Canton. Il passe toute la durée de la guerre à Chongqing. Pour Ding, comme pour beaucoup d'artistes et d'écrivains habitués à la vie moderne et cosmopolite des grandes villes de la côte, cette soudaine immersion dans l'intérieur du pays, ce contact avec le vieux terroir provincial de la Chine marquèrent un tournant décisif. À la fascination de l'Occident succède alors pour les intellectuels une volonté patriotique d'affirmation de leur identité [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « DING YANYONG [TING YEN-YONG] (1904-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ding-yanyong-ting-yen-yong/