DONG YUAN [TONG YUAN] (mort en 962) & JURAN [KIU-JAN] (actif vers 975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après la révolution (755) d'An Lushan, la ville de Chang'an qui, depuis le vie siècle, était le centre des activités artistiques, se vit destituée de son rôle de capitale. La guerre civile se répandit partout. Seules les régions au sud du fleuve Bleu (Yangzi) et le Sichuan demeurèrent des îlots de calme, favorables à l'apparition de nouveaux thèmes d'inspiration, tels que la peinture d'oiseaux et de fleurs, et à l'éclosion d'un véritable âge d'or du paysage. Au xe siècle, dans la région du fleuve Bleu, deux grands peintres, Dong Yuan et Juran, jouèrent dans l'histoire du paysage chinois le rôle de « patriarches », modèles de l'école du Sud.

Dong Yuan

Le style traditionnel

Dong Yuan est originaire de Zhongling (actuel Nankin) ; si sa date de naissance et ses premières activités restent mal connues, on sait néanmoins qu'il occupait sous le règne de Zhongzhu (934-962) le poste de « vice-émissaire du Jardin du Nord » (fonctionnaire responsable des transactions du thé). On ne dispose d'aucun autre renseignement concernant ses activités sociales. Dans le domaine artistique, il semble qu'il ait subi l'influence des deux maîtres Wang Wei et Li Sixun. D'après le Catalogue de la collection impériale de l'ère Xuanhe (1119-1125) – Xuanhe huapu –, les critiques de cette époque retrouvaient dans certaines de ses peintures, traitées avec raffinement et riches en couleurs, le style de Li Sixun. Sans doute s'agit-il d'œuvres de jeunesse, bien différentes de celles qui sont représentatives de son style. Dong Yuan fut considéré plus tard comme un maître par les peintres lettrés qui s'identifiaient à l'école du Sud ; pourtant, il est évident qu'il ne fut pas lui-même un lettré et il ne semble pas qu'il se soit jamais adonné à des activités littéraires – du moins n'a-t-il acquis aucune réputation dans ce domaine.

Un style « quasi impressionniste »

La grande originalité de Dong Yuan fut d'utiliser la technique minutieuse de Wang Wei et de Li Sixun pour représenter les paysages de sa région natale : vallées détrempées, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : licenciée à l'université normale de Taïwan, section des beaux-arts

Classification


Autres références

«  DONG YUAN [ TONG YUAN ] (mort en 962) & JURAN [ KIU-JAN ] (actif vers 975)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « L'époque des Cinq Dynasties (907-960) »  : […] La dynastie Tang s'effondre au début du x e  siècle, laissant la Chine épuisée par les désastres militaires et économiques. L'Empire restera, pendant près d'un siècle, en proie à l'anarchie, partagé en royaumes indépendants où se succèdent d'éphémères dynasties. Les cours locales demeurent des centres actifs où l'art pictural se développe et s'enr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_42412

WANG LES QUATRE (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Françoise DENÈS
  •  • 4 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un élève brillant »  : […] À la différence de ses amis lettrés, Wang Hui, appelé aussi Wang Shigu, était d'origine simple et n'obtint jamais de grade littéraire. Il naquit à Changshu, l'actuel Yushan, dans la même ville que Huang Gongwang, et montra de bonne heure des dons pour la peinture. En 1651, il fut découvert par Wang Jian qui, frappé par son habileté, le prit chez lui pour diriger sa formation de calligraphe et de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-les-quatre/#i_42412

Voir aussi

Pour citer l’article

Ching-lang HOU, « DONG YUAN [TONG YUAN] (mort en 962) & JURAN [KIU-JAN] (actif vers 975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dong-et-juran/