GU KAIZHI [KOU K'AI-TCHE] (344 env.-env. 406)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après les périodes archaïques de production artisanale et anonyme, l'époque des Six Dynasties marque en peinture un jalon nouveau : la création picturale devient le fait de personnalités individuelles qui désormais appartiennent souvent à l'élite sociale et intellectuelle. Entre tous les artistes de cette époque dont les noms ont été préservés, Gu Kaizhi brille d'un éclat particulier : premier peintre chinois au sujet duquel on dispose d'une information biographique relativement nourrie, il est surtout, pour toute cette période, le seul nom auquel on peut associer le témoignage matériel d'une œuvre encore existante.

Génie excentrique ou bouffon avisé ?

Originaire de Wuxi dans le Jiangsu, Gu Kaizhi était issu d'une famille distinguée – son père et son grand-père avaient assumé d'importantes fonctions officielles. Toute sa carrière se déroula à Jiankang, le Nankin actuel, capitale des Jin orientaux. Patronné d'abord par le Grand Maréchal Huan Wen, il servit ensuite son bâtard Huan Xuan, l'usurpateur du trône des Jin. Il survécut à la chute de Xuan, et ne semble pas avoir été inquiété lors du rétablissement de la dynastie. Tout au long de sa carrière, il n'occupa jamais que des fonctions officielles assez subalternes, ce qui dut l'aider à traverser sans encombre les vicissitudes d'un âge troublé. Très en vogue auprès de l'aristocratie de la capitale, il passait pour l'emporter sur tous ses contemporains « en esprit, en art et en folie ». Dieu sait pourtant si la société de l'époque, partagée entre l'esthétisme le plus éthéré et les rivalités politiques les plus féroces, abondait en brillants dilettantes et en personnalités excentriques. Ses dons de repartie et ses talents littéraires, dont orgueilleusement il vantait lui-même les mérites, lui permettaient d'étinceler dans ces joutes de rhétorique qui occupaient les loisirs de l'élite. Quant à sa « folie » – sur laquelle se sont multipliées les anecdotes pittoresques – elle semble d'un caractère ambigu : mi-sincère, mi-jouée, elle paraît tantôt l'effet du génie qui, habitué à se mouvoir impétueusement dans l'imaginaire, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification


Autres références

«  GU KAIZHI [ KOU K'AI-TCHE ] (344 env.-env. 406)  » est également traité dans :

JIN [CHIN], dynastie chinoise (265-419)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 834 mots

La dynastie chinoise des Jin comprend deux phases distinctes : les Jin occidentaux ou Xi Jin (265-316) et les Jin orientaux ou Dong Jin (317-419). En 265, Sima Yan (234 ou 236-290), prince de la famille Sima, dépose le dernier empereur Cao et fonde la dynastie des Jin occidentaux. Ce monarque dynamique et aux innombrables concubines est connu sous le nom dynastique de Wudi. Sa cour instaure l'un d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jin-chin-dynastie-chinoise/#i_22309

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « GU KAIZHI [KOU K'AI-TCHE] (344 env.-env. 406) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gu-kaizhi-kou-k-ai-tche/