Donald HOLZMAN

ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

FORÊT DE BAMBOUS LES SEPT SAGES DE LA (ZHU LIN QI XIAN)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 452 mots

Les Chinois ont de tout temps groupé ensemble penseurs, poètes ou peintres parmi lesquels ils trouvaient certains traits communs. Tantôt ces groupes étaient composés de véritables cénacles d'amis, tantôt (un peu comme les Sept Sages de l'Antiquité grecque) ils n'étaient que des compagnons imaginaires, rassemblés par des historiens qui voyaient entre eux des similitudes dans leur pensée, leur art o […] Lire la suite

HU SHI [HOU CHE] (1891-1962)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 615 mots

Savant et diplomate, originaire de Jixi dans l'Anhui, Hu Shi est né à Shanghai. Après des études traditionnelles dans l'école de sa famille à Jixi et des études « occidentales » à Shanghai, il est envoyé comme boursier aux États-Unis où il reste sept ans (1910-1917 ; thèse de doctorat : The Development of the Logical Method in Ancient China […] Lire la suite

LIU ZONGYUAN [LIEOU TSONG-YUAN] (773-819)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 476 mots

Par son haut lignage, son intelligence et ses talents littéraires, Liu Zongyuan semblait destiné à jouer un grand rôle dans la vie politique des Tang. En effet, à l'avènement de l'empereur Shunzong en 805, devenu le protégé du chef du gouvernement Wang Shuwen, il se trouve au centre du pouvoir. Mais la chute de Wang Shuwen et de sa clique huit mois après leur a […] Lire la suite

LU JI [LOU KI] (261-303)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 371 mots

Poète et général chinois, Lu Ji descend d'une longue lignée d'aristocrates sudistes, de la région de Suzhou, royaume indépendant lors de sa naissance mais qui fut conquis par les Jin en 280. Quelques années plus tard, Lu Ji et son frère Lu Yun se rendent dans la nouvelle capitale, Luoyang, où ils sont reçus avec un mélange de mépris (pour leurs origines sudi […] Lire la suite

OUYANG XIU [NGEOU-YANG SIEOU] (1007-1072)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 199 mots

Le xie siècle représente le début d'une ère nouvelle en Chine l'aube de ce qu'on appelle l'Âge moderne. Animé, dans tous les domaines, d'une énergie débordante et créatrice, il abonde en grandes figures : aucune n'est plus grande, plus féconde ou plus attachante, aucune n'a contribué davantage au patrimoine chinois que Ouyang Xiu, haut fonctionnaire, […] Lire la suite

SHU JING [CHOU KING]

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 806 mots

Le Shu jing est, avec le Yi jing et le Shi jing, un des trois plus anciens livres canoniques chinois. Le mot shu signifie écrire, écrit, document, et se référait à l'origine aux notations faites par les scribes de la cour des paroles royales. Des milliers de ces « écrits » ont dû être en circulation dans l'Antiquité. D […] Lire la suite

TAO YUANMING [T'AO YUAN-MING] (365-427)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 432 mots

Si l'on exclut Qu Yuan qui est très connu mais peu lu, Tao Yuanming est, chronologiquement parlant, le premier grand poète chinois, et peut-être le plus aimé de tous. À première lecture, l'Occidental peut s'étonner de cette admiration ; on est en présence d'environ cent cinquante œuvres – poèmes et morceaux de prose très court […] Lire la suite

XIE LINGYUN [SIE LING-YUN] (385-433)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 130 mots

Les Chinois idolâtrent leurs grands poètes, dans lesquels ils voient le meilleur d'eux-mêmes, l'expression de leur conscience sociale, de leur amour pour la nature, de leurs aspirations religieuses : dans une certaine mesure, l'homme importe autant que l'œuvre. C'est ce qui explique, peut-être, leur manque d'enthousiasme envers un de leurs plus grands poètes, Xie Lingyun, dont l'arrogance aristocr […] Lire la suite

XI KANG [HI K'ANG] (223-262)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 329 mots

Originaire d'une famille aisée et traditionnellement confucianiste, marié à une princesse de la dynastie régnante, Xi (on transcrit aussi Ji) Kang n'occupa jamais dans la hiérarchie des fonctionnaires qu'un poste honoraire sans charge (zhongsan dafu). Pour un homme de sa classe et de ses talents, ce refus de s'engager dans la vie publique est si extraordinaire que les usurpateu […] Lire la suite

ZUOZHUAN [TSO-TCHOUAN]

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 508 mots

Le Zuozhuan, appelé aussi Zuoshi zhuan, est un des treize livres du canon confucianiste. Comme le Gongyang zhuan et le Guliang zhuan, il se présente sous la forme d'un commentaire du Chunqiu, la chronique de l'État de Lu, attribuée à Confucius, qui décrit les événements survenus dans cet État entre […] Lire la suite