• Mes Favoris
  • SHU JING [CHOU KING]

    Carte mentale

    Élargissez votre recherche dans Universalis

    Le Shu jing est, avec le Yi jing et le Shi jing, un des trois plus anciens livres canoniques chinois. Le mot shu signifie écrire, écrit, document, et se référait à l'origine aux notations faites par les scribes de la cour des paroles royales. Des milliers de ces « écrits » ont dû être en circulation dans l'Antiquité. D'après tous les auteurs anciens (qui sont contredits par la plus grande partie de la critique moderne), c'est Confucius qui aurait choisi une centaine des meilleurs documents pour les rassembler dans le prototype du livre (appelé simplement Shu) que l'on connaît aujourd'hui. Cette édition fut proscrite et brûlée lors de l'incendie des livres en ~ 213. Sous les Han, une partie du livre fut retrouvée et appelée Shang shu. La recension actuelle du livre est fondée d'une part sur les reconstitutions opérées sous les Han, d'autre part sur des faux. Les reconstitutions des Han se sont réparties en deux traditions : celle dite du « texte moderne » (jinwen), en vingt-neuf chapitres, et celle dite du « texte ancien » (guwen), en cinquante-huit chapitres ; les querelles entre les partisans de l'une et de l'autre de ces traditions ont animé l'histoire intellectuelle chinoise jusqu'au début du xxe siècle. Le Shang shu semble s'être perdu encore dans les troubles qui marquèrent la fin des Jin occidentaux au début du ive siècle, et, depuis longtemps, on sait que la reconstitution qui a été offerte au trône vers 320 est, en ce qui concerne les chapitres appartenant à la recension du « texte ancien », un faux : ces chapitres furent fabriqués au siècle précédent. C'est pourtant cette version qui a été acceptée dans le canon officiel et qu'on trouve sous le nom de Shu jing aujourd'hui, nom qui ne lui fut donné que sous les Song méridionaux.

    Le Shu jing est divisé en cinq parties dynastiques et les documents sont arrangés selon la dynastie sous laquelle ils sont censés avoir été écrits. Seuls les documents appartenant à la cinquième partie, consacrée aux Zhou, ont des chances d'être authentiques ; tous les autres sont plus tardifs, les parties censées être les plus anci [...]


    1  2  3  4  5
    pour nos abonnés,
    l’article se compose de 2 pages




    Écrit par :

    • : ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

    Classification


    Autres références

    «  SHU JING [ CHOU KING ]  » est également traité dans :

    CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

    • Écrit par 
    • Paul DEMIÉVILLE, 
    • Jean-Pierre DIÉNY, 
    • Yves HERVOUET, 
    • François JULLIEN, 
    • Angel PINO, 
    • Isabelle RABUT
    •  • 45 738 mots
    •  • 1 média

    Dans le chapitre « Les Zhou occidentaux (1050-771 av. J.-C.) »  : […] À cette époque remontent trois recueils, les Documents ( Shu ), les Poèmes ( Shi ) et les Mutations ( Yi ), qui sont à la base de la tradition littéraire chinoise. La datation en est du reste approximative ; d'après la critique actuelle, la plupart de ces textes ne sont guère antérieurs à l'an 800 et certains d'entre eux descendent jusqu'à 600 environ et même plus bas. Ces trois recueils passent r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_403

    CONFUCIUS & CONFUCIANISME

    • Écrit par 
    • ETIEMBLE
    •  • 14 466 mots
    •  • 2 médias

    Dans le chapitre « Les classiques confucéens »  : […] Qu'étaient-ce donc que ces classiques confucéens qui faisaient trembler Li Si ? « Je m'attache aux Anciens avec confiance et affection », disait prudemment Kongzi. Tout en se proposant de corriger le désordre présent, ce novateur se défendait de rien changer à l'ordre ancien. L'ordre ancien, tel que l'avaient consigné quelques livres : le Yi jing ou Canon des mutations , le Shu jing ou Canon des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_403

    ÉLÉMENTS THÉORIES DES

    • Écrit par 
    • René ALLEAU
    •  • 8 234 mots

    Dans le chapitre « Opérations cosmiques et comportements humains »  : […] Le Hong fan , inséré à titre de chapitre dans le Shu jing , est un petit traité qui passe communément pour le plus ancien essai de la philosophie chinoise. La tradition des lettrés prétend y voir un ouvrage du II e  millénaire avant J.-C. Les critiques modernes le font remonter, les uns au viii e  siècle, les autres au iii e  siècle avant l'ère chrétienne. On peut, avec la majorité des sinologues, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theories-des-elements/#i_403

    GU WEN [KOU WEN]

    • Écrit par 
    • Odile KALTENMARK
    •  • 1 184 mots

    Dans le chapitre « Avant Han Yu »  : […] On applique pour la première fois l'expression gu wen (écriture ancienne) à des manuscrits des Classiques apparus sous les premiers Han, qui n'étaient compris que de certains érudits et étaient considérés comme des faux par les tenants du jin wen (écriture moderne). Cette dernière expression désignait les classiques reconstitués en langue non archaïque qui faisaient l'objet de l'enseignement offi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gu-wen-kou-wen/#i_403

    Pour citer l’article

    Donald HOLZMAN, « SHU JING [CHOU KING] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/shu-jing-chou-king/