TAO YUANMING [T'AO YUAN-MING] (365-427)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'on exclut Qu Yuan qui est très connu mais peu lu, Tao Yuanming est, chronologiquement parlant, le premier grand poète chinois, et peut-être le plus aimé de tous. À première lecture, l'Occidental peut s'étonner de cette admiration ; on est en présence d'environ cent cinquante œuvres – poèmes et morceaux de prose très courts – au style sobre et direct, sans métaphores frappantes ou images recherchées, les mêmes thèmes étant constamment ressassés : descriptions du dur travail paysan, plaidoyer pour la vie de retraite contre l'engagement politique. Mais le lecteur chinois y reconnaît la lutte d'un homme absolument seul, qui essaie (et parfois arrive) à se réconcilier, dans ses vers, avec un monde et une tradition qui semblent au premier abord hostiles. Par ses symboles – le pin solitaire, le chrysanthème qui brave le froid, l'oiseau qui sait se réfugier dans son nid le soir –, il a su dépeindre une existence sans appui religieux ou métaphysique et qui réalise malgré tout un équilibre, ambitions sociales et civiques et dévouement au confucianisme traditionnel trouvant un apaisement dans la simple vie de famille au sein de la nature.

Engagement et personnalité

La première biographie de Tao Yuanming, due à Shen Yue (441-513) dans son Song shu en 493, ne nous renseigne guère que sur ses habitudes de buveur et sur sa façon de recevoir ses hôtes avec une simplicité peu accordée au ritualisme de l'époque. Presque tout ce qu'on sait de sûr à son sujet vient de ses propres œuvres. On n'est même pas d'accord sur son nom personnel : Qian ou Yuanming. Il est né dans une famille de gentilshommes militaires, c'est-à-dire de moindre rang que l'aristocratie de riches et anciens propriétaires fonciers. Son plus célèbre ancêtre, Tao Kan (259-334), était sûrement d'origine très humble et sans doute barbare, et l'un de ces faits suffirait à démentir la généalogie fabuleuse que Tao Yuanming s'était imaginée. Ses origines roturières ont dû peser sur toute sa vie. Pour percer dans la société d'alors, il aurait dû se [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer l’article

Donald HOLZMAN, « TAO YUANMING [T'AO YUAN-MING] (365-427) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tao-yuanming-t-ao-yuan-ming/