XI KANG [HI K'ANG] (223-262)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire d'une famille aisée et traditionnellement confucianiste, marié à une princesse de la dynastie régnante, Xi (on transcrit aussi Ji) Kang n'occupa jamais dans la hiérarchie des fonctionnaires qu'un poste honoraire sans charge (zhongsan dafu). Pour un homme de sa classe et de ses talents, ce refus de s'engager dans la vie publique est si extraordinaire que les usurpateurs au pouvoir l'ont interprété comme une preuve de sédition ou d'atteinte aux bonnes mœurs ; il fut exécuté sur la place publique dans sa quarantième année.

On ne saura jamais si Xi Kang s'était vraiment engagé contre les usurpateurs, mais une lecture même rapide de son œuvre montre d'autres mobiles pour son refus de servir : dans presque tous ses essais philosophiques, tous ses poèmes, Xi Kang déclare son désir de se consacrer entièrement à la recherche de l'immortalité, de mener la vie d'un ermite taoïste. Il est presque le seul parmi ses contemporains à prendre les théories taoïstes au pied de la lettre et à les développer en ce qu'il faut sans doute appeler la première véritable philosophie religieuse chinoise. Car Xi Kang ne s'intéresse pas, comme les taoïstes anciens, au dao en tant qu'entité objective et philosophique ; il veut se hisser lui-même au niveau du dao, se transformer psychiquement et corporellement en « immortel ». Ses écrits renferment les premières descriptions dans la littérature chinoise de l'âme divisée, tiraillée entre les plaisirs transitoires de ce monde et la paix éternelle de l'autre, de l'effort pour se dépouiller de tout égoïsme afin d'atteindre à l'union mystique.

Toujours assez peu connu en Occident, Xi Kang commence à occuper en Chine la place importante qu'il mérite dans l'histoire de la pensée, cela malgré les tendances « matérialistes » des historiens chinois actuels.

—  Donald HOLZMAN

Écrit par :

  • : ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  XI KANG [ HI K'ANG ] (223-262)  » est également traité dans :

FORÊT DE BAMBOUS LES SEPT SAGES DE LA (ZHU LIN QI XIAN)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 454 mots

Dans le chapitre « Qui étaient-ils ? »  : […] Ces Sept Sages comptaient parmi eux le plus grand poète et le plus illustre philosophe de leur époque, et c'est sans doute la personnalité de ces deux hommes géniaux qui a donné le ton, sinon aux rencontres hypothétiques, du moins à l'image que l'histoire en a faite. La poésie de Ruan Ji (210-263) est une longue introspection sur l'impermanence de la vie et une recherche pathétique de valeurs con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-sept-sages-de-la-foret-de-bambous/#i_18539

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'influence du taoïsme »  : […] En réalité, bien que le taoïsme ait été frappé d'ostracisme par les lettrés bureaucrates, les magiciens taoïstes, maîtres à recettes ( fangshi ) et spécialistes de toutes sortes de techniques n'étaient pas rares à la cour des empereurs Han. De même que les empereurs dépendaient de leurs ministres confucéens pour la politique, ils cherchaient à obtenir des taoïstes l'accroisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taoisme/#i_18539

XUANXUE [HIUAN-HIUE]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 960 mots

Courant philosophique qui apparut en Chine vers la fin de l'Empire des Han ( ii e  s.), le Xuanxue réagit contre la scolastique confucianiste qui était jusque-là la doctrine officielle. En cherchant à retrouver l'enseignement pur et fondamental des grands penseurs de l'Antiquité, ainsi qu'à répondre aux problèmes posés par l'existence dans cette p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xuanxue-hiuan-hiue/#i_18539

Pour citer l’article

Donald HOLZMAN, « XI KANG [HI K'ANG] (223-262) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/xi-kang-hi-k-ang/