HU SHI [HOU CHE] (1891-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Savant et diplomate, originaire de Jixi dans l'Anhui, Hu Shi est né à Shanghai. Après des études traditionnelles dans l'école de sa famille à Jixi et des études « occidentales » à Shanghai, il est envoyé comme boursier aux États-Unis où il reste sept ans (1910-1917 ; thèse de doctorat : The Development of the Logical Method in Ancient China, publiée à Shanghai en 1922). À la fin de son séjour aux États-Unis, il envoie à la revue La Jeunesse (Xin qingnian) un essai préconisant l'usage de la langue parlée pour remplacer la langue écrite dans la littérature, et se trouve d'emblée « père de la révolution littéraire » (qu'il décrira plus tard dans une série de conférences publiées à Chicago en anglais sous le titre The Chinese Renaissance, 1934). Rentré en Chine, devenu professeur à l'université de Pékin, il se distingue par une série d'essais dans lesquels il tâche de faire adopter des réformes pour moderniser le pays : l'émancipation de la femme (« ibsenisme »), l'emploi de méthodes pragmatiques et scientifiques dans l'étude des sciences humaines et dans la vie politique et sociale. Il joue un rôle important en 1919 dans le mouvement du 4-Mai sous la double bannière de « science et démocratie » et reste résolument opposé aux mouvements révolutionnaires et extrémistes, de droite ou de gauche.

Humaniste aussi bien que réformateur, Hu Shi essaie pendant cette période (sa plus féconde sans doute) de retrouver dans le passé de la Chine des éléments qui appuient ses réformes « occidentales » : il développe sa thèse américaine pour en faire le premier volume (seul paru) d'une histoire de la philosophie chinoise (Zhongguo Zhexue shi dagang, 1919) ; il réhabilite les romans en langue vulgaire (Shuihu zhuan kaozheng, 1920 ; Honglou meng kaozheng, 1921), écrit le premier volume (seul paru) d'une histoire de la littérature chinoise en langue vulgaire (Baihua wenxue shi, 1928) et publie une foule d'articles sur des sujets nouveaux qui ont considérablement stimulé les recherches ultérieures (recueillis dans Hu Shi wencun, 3 séries, 12 vol., 1 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  HU SHI [ HOU CHE ] (1891-1962)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les débuts du communisme chinois (1919-1949) »  : […] Le Mouvement du 4 mai cherchait essentiellement à « sauver la Chine », mais il ne s'interdisait pas, bien au contraire, de chercher à l'étranger des idées nouvelles. Les jeunes intellectuels du 4-Mai s'intéressaient passionnément aux idées de Russell et aux théories de Dewey, aux utopies socialisantes japonaises et aux contestations des anarchistes occidentaux. C'est dans ces conditions qu'ils déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_19311

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La révolution littéraire »  : […] La révolution chinoise de 1911, l'instauration de la République l'année suivante furent suivies, à brève échéance, d'une profonde révulsion culturelle que ses promoteurs appelèrent la « révolution littéraire » et qui se déclencha pendant la Première Guerre mondiale, à partir de 1917. Le principal promoteur en fut Hu Shi (1891-1962), dont les premiers manifestes littéraires furent envoyés en Chine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_19311

Pour citer l’article

Donald HOLZMAN, « HU SHI [HOU CHE] (1891-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hu-shi-hou-che/