LIU ZONGYUAN [LIEOU TSONG-YUAN] (773-819)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par son haut lignage, son intelligence et ses talents littéraires, Liu Zongyuan semblait destiné à jouer un grand rôle dans la vie politique des Tang. En effet, à l'avènement de l'empereur Shunzong en 805, devenu le protégé du chef du gouvernement Wang Shuwen, il se trouve au centre du pouvoir. Mais la chute de Wang Shuwen et de sa clique huit mois après leur accession porte un coup fatal aux espérances politiques de Liu Zongyuan. Il est exilé au Sud comme gouverneur de Yongzhou (Hunan) puis, en 815, de Liuzhou (Guangxi) où il meurt.

Le malheur politique de Liu inspire une grande partie de sa production littéraire. Sa poésie décrit, dans la tradition paysagiste de Wang Wei et de Meng Jiao, les beautés du Sud, mais Liu Zongyuan laisse voir un peu plus que ses prédécesseurs sa propre angoisse et sa mélancolie. Cependant, ce n'est pas comme poète que Liu Zongyuan est le mieux connu, mais comme prosateur. C'est un remarquable philosophe qui, dans plusieurs essais vigoureux, s'oppose aux théories traditionnelles selon lesquelles le monde serait régi par le Ciel (Tian) ou par des dieux (shen) ; pour lui, l'univers évolue selon des lois naturelles, sans l'intervention consciente d'instances supérieures. Il s'oppose aussi à la classe dirigeante contemporaine qui se sert de ces théories traditionnelles pour rendre le peuple esclave. C'est sans doute dans ses petites pièces satiriques, fables et apologues, qu'il atteint le sommet de son art, dévoilant dans une prose musclée et mordante les abus de pouvoir sur le petit peuple. Enfin, ses « mémoires de voyage » (youji), qui décrivent ses randonnées dans les montagnes du Sud, ne sont guère inférieurs à ses pièces satiriques. Toujours dans une prose claire et directe, mais ici teintée d'une poésie subtile et d'une certaine mélancolie, Liu Zongyuan nous confie ses pensées intimes devant ces paysages fantastiques et se laisse souvent aller à des élans d'admiration très près de l'extase mystique. Ces passages rappellent que Liu avait une âme religieuse : il était un bouddhiste croyant.

Lui et son [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  LIU ZONGYUAN [ LIEOU TSONG-YUAN ] (773-819)  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La réforme de la prose littéraire »  : […] En même temps que s'ébauchait ainsi sous les Tang la forme caractéristique du roman moderne en langue vulgaire, une littérature romanesque en langue écrite se développait parallèlement. Le genre anecdotique, nommé xiaoshuo – historiettes de la vie de cour, mémoires romancés, contes merveilleux, fabliaux édifiants ou satiriques – était ancien en Chine, mais il n'avait donné ju […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_17814

GU WEN [KOU WEN]

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 1 184 mots

Dans le chapitre « La nouvelle prose »  : […] Han Yu (768-824) est considéré comme le véritable créateur de la nouvelle prose, à tort intitulée gu wen. Ennemi déclaré aussi bien du taoïsme que du bouddhisme, il se crut la mission de reprendre la tradition confucéenne. Toutefois, il fit plus qu'un simple retour à l'antique : il vilipendait au contraire l'imitation servile du style archaïque et la répétition mécanique des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gu-wen-kou-wen/#i_17814

Pour citer l’article

Donald HOLZMAN, « LIU ZONGYUAN [LIEOU TSONG-YUAN] (773-819) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/liu-zongyuan-lieou-tsong-yuan/