Suriname

Suriname : carte de situation

carte de situation

Suriname : carte générale

carte générale

Suriname : carte administrative

carte administrative

Suriname : carte physique

carte physique

drapeau national

Toutes les données

Data Pays
Nom officiel
République du Suriname (SR)
Forme de gouvernement
république avec une chambre législative (Assemblée nationale [51])
Chef de l'État et du gouvernement
Chandrikapersad Santokhi (depuis le 16 juillet 2020)
Capitale
Paramaribo
Langue officielle
néerlandais
Religion officielle
aucune
Unité monétaire
dollar du Suriname (SRD)
Population
613 900 (estim. 2021)
Projection de population 2030
622 000
Superficie (km2)
163 820
Densité (hab./km2)
3,7 (2021)
Répartition urbains-ruraux
population urbaine : 66,1 % (2018)
population rurale : 33,9 % (2018)
Espérance de vie à la naissance
hommes : 68,5 ans (2019)
femmes : 75,1 ans (2019)
Alphabétisation des 15 ans et plus
femmes : 91 % (2012)
hommes : 94,9 % (2012)
R.N.B. par habitant (USD)
5 510 (2020)
sources des données : Encyclopædia Britannica, Banque mondiale, Programme des Nations unies pour le développement

Pays limitrophes (frontières terrestres uniquement)



Les derniers événements

25-30 mai 2020 Suriname. Élections législatives.

 100 des voix, le Parti national du Suriname (NPS) a 3 élus. Le taux de participation est de 71,6 p. 100. Le 30, le VHS, l’ABOP, le NPS et le petit parti Empire glorieux – qui dispose de 2 élus – concluent un accord de coalition, avec Chan Santokhi comme candidat à la présidence. Le chef de l’État est élu par le Parlement à la majorité des deux tiers, majorité dont la coalition quadripartite ne dispose pas. […]  Lire la suite

5 décembre 2018 Italie – Union européenne. Vaste opération antimafia.

Une vaste opération baptisée « Pollina », dirigée contre la mafia calabraise, la ‘Ndrangheta, est menée simultanément en Calabre (sud de l’Italie), aux Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique, ainsi qu’au Suriname, sous l’égide d’Eurojust, l’unité de coopération judiciaire de l’Union européenne. Elle permet l’interpellation de quatre-vingt-dix personnes et la saisie d’importantes quantités de drogue et d’argent liquide. […]  Lire la suite

14 juillet 2015 Suriname. Réélection de Désiré Bouterse à la présidence.

Le Parlement renouvelé en mai réélit à la présidence Désiré dit Desi Bouterse, chef du Parti national démocratique, pour un deuxième mandat. Il était le seul candidat en lice.  […]  Lire la suite

25 mai 2015 Suriname. Victoire du pouvoir aux élections législatives.

La coalition Mega combinatie (la méga combinaison) menée par le Parti national démocratique du président Desi Bouterse remporte la majorité absolue aux élections législatives avec 45,6 p. 100 des suffrages et 26 sièges sur 51. La coalition V7 composée de sept partis traditionnels soutenus par la communauté indienne, que dirige Chan Santokhi, obtient 37,2 p. […]  Lire la suite

19 juillet 2010 Suriname. Élection de Désiré Bouterse à la présidence de la République

Le Parlement élit Désiré Bouterse, ancien chef de l'armée et auteur de deux putschs, à la tête de l'État, par 36 voix sur 50. Lors des élections législatives du 25 mai, la coalition conduite par le Parti national-démocrate de Désiré Bouterse avait obtenu 40,2 p. 100 des suffrages. La coalition du Nouveau Front pour la démocratie et le développement du président sortant Ronald Venetiaan avait recueilli 31,7 p. […]  Lire la suite

9-15 septembre 2008 Bolivie. Difficile dialogue entre le gouvernement et l'opposition autonomiste

Le 15, réunis en sommet à Santiago du Chili, les dirigeants des douze pays de l'Union des nations sud-américaines créée en mai (Mercosur, Communauté andine, Chili, Guyana et Suriname) apportent leur «soutien ferme et total» au président Morales.  […]  Lire la suite

6 septembre 1991 Suriname. Élection de Ronald Venetiaan à la présidence de la République

Le 6, le collège électoral élit à la tête de l'État, par six cent quarante-cinq voix sur huit cent soixante, Ronald Venetiaan, candidat du Front pour la démocratie qui regroupe les trois partis ethniques traditionnels (Indiens, créoles, Javanais). Le candidat du Parti national démocrate soutenu par les militaires au pouvoir entre 1980 et 1987 obtient cent seize voix et celui de l'Alternative démocratique (gauche), quarante-six. […]  Lire la suite

25 mai 1991 Suriname. Élections législatives

Le 25, des élections législatives sont organisées pour rétablir les civils au pouvoir, que les militaires avaient repris en décembre 1990. Le Front nouveau pour la démocratie, coalition multiethnique hostile aux militaires, remporte trente des cinquante et un sièges du Parlement. Mais il n'obtient pas la majorité des deux tiers, qui lui était nécessaire pour désigner le chef de l'État sans l'appui d'autres partis. […]  Lire la suite

24-31 décembre 1990 Suriname. Retour de l'armée au pouvoir

Le 25, le gouvernement néerlandais supprime son aide économique au Suriname, ancienne Guyane hollandaise. Le 27, le président Shankar est contraint de démissionner. Le 29, le Parlement désigne le candidat de la junte, Johan Kraag, comme président intérimaire. Celui-ci est chargé d'organiser de nouvelles élections dans les cent jours. Le colonel Bouterse redevient chef de l'armée, le 31, avec l'accord du nouveau président. […]  Lire la suite

25 novembre 1987 Suriname. Victoire de l'opposition aux élections générales

Le Front démocratique surinamien (opposition), composé des trois partis traditionnels représentant les principales ethnies du pays (Créoles, Indiens, Javanais), remporte les premières élections générales organisées depuis que le commandant Désiré Bouterse a pris le pouvoir en 1980. Le Front obtient quarante des cinquante et un sièges de l'Assemblée nationale. […]  Lire la suite