BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SYLLOGISME

Le syllogisme est une forme de raisonnement définie pour la première fois par Aristote : « Le syllogisme est un discours dans lequel, certaines choses étant posées, quelque chose d'autre que ces données en découle nécessairement par le seul fait de ces données »(Topiques, I, 1, 100 a 25 et Premiers Analytiques, I, 1, 24 b 18-20). Un syllogisme comporte donc un point de départ – les prémisses – et une conclusion. Celle-ci doit être nouvelle par rapport aux prémisses (ce qui assure la fécondité du syllogisme), mais elle doit, d'autre part, découler nécessairement de ces prémisses et d'elles seules (ce qui assure la rigueur de ce type de raisonnement). Aristote distingue deux espèces de syllogisme : le syllogisme dialectique, dans lequel les prémisses sont simplement probables, et le syllogisme apodictique ou démonstratif, dont les prémisses sont nécessaires (soit qu'elles aient été préalablement démontrées, soit que leur nécessité soit évidente). Mais cette distinction n'affecte en rien la rigueur formelle du syllogisme, qui est égale dans les deux cas. C'est pourquoi Aristote ne tient pas compte de cette distinction dans sa théorie générale du syllogisme, à laquelle est consacré l'ouvrage intitulé Premiers Analytiques.

1.  Origine du syllogisme

La théorie du syllogisme, il est important de le constater, est née historiquement du souci, apparu en Grèce aux ve et ive siècles avant J.-C., à la fois chez les sophistes et dans l'école platonicienne, de codifier les règles de la discussion : en ce sens, le syllogisme a commencé par être un procédé dialectique avant qu'Aristote ne s'avisât du rôle qu'il pouvait jouer, sous sa forme démonstrative, dans la constitution de la science. Le syllogisme a d'abord été un procédé tendant à confondre l'adversaire en lui montrant que, s'il admet certaines propositions, il ne peut admettre en même temps la contradictoire de la proposition qui logiquement en découle. L'art consiste ici à jouer sur la non-immédiateté du rapport entre prémisses et conclusion, qui échappe à l'adversaire, avant de dévoiler, au moment opportun, la nécessité de la consécution. Même si l'on conteste aujourd'hui l'utilité scientifique du syllogisme, on ne pourra jamais lui dénier cette valeur argumentative.

[...]
1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

 

Pour citer cet article

AUBENQUE, « SYLLOGISME  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/syllogisme/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« SYLLOGISME » est également traité dans :

ARISTOTE

Écrit par :  Pierre AUBENQUE

Dans le chapitre "Le syllogisme"  : …  allusion à un procédé de raisonnement qu'Aristote y dénomme déjà syllogisme et qui se caractérise, les prémisses étant posées, par le caractère contraignant de la conclusion qu'on en déduit. « Le syllogisme est un discours dans lequel, certaines choses étant posées, une autre chose différente d'elles en résulte nécessairement… Lire la suite
ARISTOTÉLISME

Écrit par :  Hervé BARREAU

Dans le chapitre "La logique"  : …  type de raisonnement qu'Aristote a appelé le syllogisme catégorique. Selon ce raisonnement, à partir de deux prémisses posées comme vraies, on peut déduire nécessairement une conclusion vraie, en observant les règles très strictes qui régissent dans les prémisses l'attribution du terme dit « moyen » aux deux termes dits… Lire la suite
DIALLÈLE

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Raisonnement erroné qui a été repéré et thématisé par les philosophes grecs, notamment les sceptiques. Diallèle est la transcription de diallèlos, nom grec de ce qu'on appelle aussi « cercle vicieux » ou « inférence réciproque », et qui consiste à définir un terme ou à démontrer une proposition au moyen d… Lire la suite
ENTHYMÈME, rhétorique

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Terme peu usité, qui vient de la logique grecque de l'Antiquité. Quintilien récapitule trois sens de l'enthymème : ce qu'on a dans l'esprit, pensée, raisonnement ; affirmation appuyée sur la raison qui la justifie ; argument allusif et non rigoureux. Les deux sens techniques principaux sont les suivants : Lire la suite
INDE (Arts et culture) - Les sciences

Écrit par :  Francis ZIMMERMANN

Dans le chapitre "Logique et physique"  : …  Il enseigne deux formes traditionnelles d'« inférence » (anumāna), où les Européens croient retrouver les uns une variante du syllogisme d'Aristote, les autres une forme canonique du raisonnement par induction de John Stuart Mill. La traduction suivante vise à donner aux mots importants leur sens technique : « Il y a… Lire la suite
LOGIQUE

Écrit par :  Robert BLANCHÉJan SEBESTIK

Dans le chapitre "La logique aristotélicienne"  : …  apporte en effet deux innovations capitales. La plus remarquée a été l'invention du syllogisme, à laquelle Aristote parvient en découvrant, par une réflexion sur l'insuffisance du procédé platonicien de la division, le rôle du moyen terme. Mais la plus fondamentale, car c'est proprement avec elle que commence la logique en… Lire la suite
LOGIQUE INDIENNE

Écrit par :  Kuno LORENZ

Dans le chapitre "Le syllogisme en cinq parties"  : …  Mais, dans un cas comme dans l'autre, il est essentiel qu'on puisse par inférence passer de ce qui est perçu à ce qui n'est ou ne peut pas être perçu. Ce passage est assuré par une théorie de l'inférence qui a reçu dans le Nyāya sa forme classique, celle d'un syllogisme en cinq parties (pañcāvayava vākya, littéralement : phrase à cinq parties), qui… Lire la suite
MATHÉMATIQUES FONDEMENTS DES

Écrit par :  Jean Toussaint DESANTI

Dans le chapitre "Aristote"  : …  à l'œuvre dans les mathématiques de son temps, et d'en assurer par là le « fondement ». L'appareil de la syllogistique se déploie en un système autonome qui coexiste avec les mathématiques sans que jamais se pose comme effectuable la tâche d'avoir à y reproduire, dans les formes que ce système désigne, les modalités d'enchaînements que les… Lire la suite
MODALITÉS, logique

Écrit par :  Pascal ENGEL

Dans le chapitre "La logique modale traditionnelle"  : …  que q »), mais sa contribution principale est la théorie des syllogismes modaux, répertoire de toutes les formes valides de raisonnement syllogistique combinant des prémisses modales ou non modales (assertoriques) ayant une certaine quantité et qualité pour obtenir des conclusions modales ou assertoriques, comme la forme en BARBARA : «… Lire la suite
NYĀYA

Écrit par :  Jean VARENNE

L'un des darshanas de la tradition brahmanique, celui qui correspond à la logique. Cette tradition, en effet, répartit la matière des spéculations philosophiques visant à l'interpréter en six approches possibles, qu'elle nomme darshanas (darśana), c'est-à-dire « points de vue », « façons de voir les… Lire la suite
PROPOSITION CATÉGORIQUE

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Énoncé simple, originellement affirmatif, chez Aristote et selon l'étymologie (depuis lors, on a admis la spécificité de l'énoncé simple négatif), la proposition catégorique attribue un prédicat à un sujet, par exemple : « les chats sont fidèles », « les lémuriens sont gracieux ». La proposition catégorique ne contient ni… Lire la suite
RAISONNEMENT

Écrit par :  Robert BLANCHÉ

Dans le chapitre "La déduction"  : …  laquelle on peut reprendre la définition qu'Aristote donnait du syllogisme : « Un discours tel que, certaines choses étant posées, quelque autre chose en résulte nécessairement, par cela seul que les premières sont posées. » Pendant longtemps a régné, en effet, l'idée que toute déduction était réductible au syllogisme. Ce qui n'excluait d'… Lire la suite
SÉMIOLOGIE

Écrit par :  Julia KRISTEVA

Dans le chapitre "Les stoïciens"  : …  iiie siècle av. J.-C.). Elle leur est nécessaire pour fonder la théorie logique très détaillée du syllogisme (la proposition conditionnelle ou disjonctive qui dévoile le mécanisme d'une preuve), articulée comme une série de signes sans signification propre, comme un système déductif opérant avec des termes (… Lire la suite
STOÏCISME

Écrit par :  Jacques BRUNSCHWIGUrs EGLI

Dans le chapitre "Les sémantèmes"  : …  est considérée par B. Mates comme une anticipation du théorème de la déduction. Les arguments valables les plus importants sont les arguments syllogistiques, ou syllogismes. Les syllogismes sont ou des syllogismes de base (anapodeiktoi) ou des syllogismes dérivés à partir de syllogismes de base à l'aide de métarègles (… Lire la suite
STRAWSON PETER FREDERICK (1919-2006)

Écrit par :  Francis JACQUES

Dans le chapitre "La syllogistique traditionnelle"  : …  la fameuse question que Leibniz souleva à propos de l'import existentiel. La problématique de l'usage va se trouver à nouveau féconde. On comprend mal la syllogistique pour la même raison que l'on comprend mal la relation du calcul des prédicats au langage ordinaire : on confond phrase et énoncé, implication et présupposition ; on soutient une… Lire la suite
SYLLOGISME FIGURES & MODES DU

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

On distingue diverses figures du syllogisme suivant la fonction jouée par le moyen terme dans les deux prémisses : sujet ou prédicat. Dans le tableau suivant sont notées toutes les combinaisons possibles des deux prémisses pour chaque figure, et on a étoilé les modes reconnus comme valides au Moyen Âge (soit davantage que n'… Lire la suite

Afficher la liste complète (16 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.