BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SCIENCES ET PHILOSOPHIE

Ce sujet est traité dans les articles suivants :

1.  SCIENCES - Science et philosophie

Écrit par : Alain BOUTOT

La science et la philosophie furent longtemps inséparables. Dans l'Antiquité, la philosophie représentait la science suprême, celle « des premiers principes et des premières causes ». Les autres sciences, et notamment la physique, recevaient d'elle leurs fondements. Cette alliance s'est trouvée brisée au xvii Lire la suite
2.  ALEMBERT JEAN LE ROND D' (1717-1783)

Écrit par : Michel PATY

Dans le chapitre "La philosophie des sciences"  : … En contrepoint à son œuvre scientifique et en relation avec elle, d'Alembert a développé une théorie de la connaissance influencée par Locke et le sensualisme de Condillac, mais centrée avant tout sur une épistémologie de la physique newtonienne. C'est à nos sensations que nous… Lire la suite
3.  ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)

Écrit par : Saül KARSZFrançois MATHERON

Dans le chapitre "Science, idéologie, pratique sociale"  : … On attribue souvent à Althusser le principe d'une séparation tranchée entre « science » et « idéologie ». Dans Pour Marx et Lire « Le Capital », « science » désigne à la fois le projet marxiste de produire des connaissances objectives et l'inscription de ce projet dans le camp des sciences effectives. D'où l'… Lire la suite
4.  BACHELARD GASTON (1884-1962)

Écrit par : Jean-Jacques WUNENBURGER

(1940-1955). Cet itinéraire académique comprend d'abord des travaux d'histoire et de philosophie des sciences, en pleine révolution de leurs fondements et résultats (relativité, mécanique quantique), afin de mieux comprendre les formes de développement psychologique et historique et la valeur éducative et citoyenne de la rationalité objective (… Lire la suite
5.  BACON chancelier FRANCIS (1560 ou 1561-1626)

Écrit par : Michèle LE DŒUFF

de l'expérimentation. Il faut reconnaître à Bacon le mérite d'avoir insisté sur le fait que l'expérience scientifique est indissociable du compte rendu d'expérience, d'abord parce qu'on expérimente une plume à la main, sous peine de se perdre dans le labyrinthe de la nature, ensuite parce que l'expérience doit être communiquée à la communauté… Lire la suite
6.  BERGSON HENRI (1859-1941)

Écrit par : Camille PERNOT

Dans le chapitre "Le procès de l'intelligence"  : … L'expérience pure, si elle est possible, ne peut être qu'une expérience épurée. Bergson ne cesse d'attirer l'attention sur les confusions, les artifices et les illusions que comportent l'expérience courante et même certains types d'expérience tenus pour scientifiques et qui ne le sont que partiellement. Les prétendues… Lire la suite
7.  BIOLOGISME

Écrit par : Sébastien LEMERLECarole REYNAUD-PALIGOT

Le biologisme peut être défini comme une tendance à ramener l’explication des phénomènes humains, qu’ils soient psychologiques ou sociaux, à des facteurs biologiques. Cette manière de penser a une histoire étroitement liée à l’essor de la biologie moderne ainsi qu’à celui des premières tentatives de penser scientifiquement la Lire la suite
8.  BRUNO GIORDANO (1548-1600)

Écrit par : Jean SEIDENGART

Dans le chapitre "L'infinitisation de l'Univers"  : … dit le De immenso) qui conditionne en fait toute notre connaissance. Il a étendu sa réflexion sur les apories de la limitation locale aux dimensions de la cosmologie, en assimilant, semble-t-il, l'œuvre de Copernic à travers une lecture critique et peu orthodoxe d'« un tel savant, désigné par les dieux comme une aurore… Lire la suite
9.  BRUNSCHVICG LÉON (1869-1944)

Écrit par : Françoise ARMENGAUD

Philosophe français, né à Paris, Léon Brunschvicg entre, en 1880, à l'École normale supérieure et suit à la Sorbonne les cours de Victor Brochard et d'Émile Boutroux. Sa thèse de doctorat a pour sujet et pour titre La Modalité du jugement (1892). Il fonde, en 1893, la Revue de métaphysique et de morale, avec… Lire la suite
10.  CANGUILHEM GEORGES (1904-1995)

Écrit par : François DELAPORTE

aux progrès contemporains des sciences biologique et médicale. La réflexion qu'il conduit est, pour l'essentiel, une analyse historique et critique des questions à portée générale comme le problème des rapports entre le normal et le pathologique. Il part de l'erreur pour poser le problème philosophique de la vérité et de… Lire la suite
11.  CARTÉSIANISME

Écrit par : Pierre GUENANCIA

Dans le chapitre "Une pensée inaugurale"  : … la voie de la philosophie première ou métaphysique et dans celle de la science, et même de presque toutes les sciences connues au temps de Descartes : mathématiques, physique, médecine (anatomie, physiologie). Le cartésianisme peut même se confondre d'abord et primordialement avec l'esprit scientifique : chez lui, la… Lire la suite
12.  CARUS CARL GUSTAV (1789-1869)

Écrit par : Paul-Henri BIDEAU

Issu d'une famille d'artisans aisés et cultivés de Leipzig, Carus, dès ses études achevées (1811), enseigne à l'Université l'anatomie comparée et se perfectionne en gynécologie, tout en poursuivant sa formation de peintre. Le typhus, contracté en soignant les blessés de la bataille de Leipzig, le laisse plusieurs jours entre la Lire la suite
13.  CASSIRER ERNST (1874-1945)

Écrit par : Gilbert DURAND

Dans le chapitre "Une symbolique des activités humaines"  : … primat de l'objet et celui du sujet. La science présente la réalité comme une synthèse d'objectivité de plus en plus haute ; est « objectif » ce qui est invariant, mais l'invariance se construit lentement par la confrontation et la correction mutuelle des hypothèses. Le mécanisme intime qui… Lire la suite
14.  CAUSALITÉ

Écrit par : Raymond BOUDONMarie GAUTIERBertrand SAINT-SERNIN

Dans le chapitre "Questions métaphysiques"  : … à l'ordre, du chaos primordial au monde partiellement ordonné dans lequel nous vivons. La position que prend Platon dans Timée (30 a) a été, pour notre conception de la rationalité scientifique, décisive : « Le Dieu a voulu que toutes choses fussent bonnes : il a exclu, autant qu'il était en son pouvoir, toute imperfection, et… Lire la suite
15.  CAVAILLÈS JEAN (1903-1944)

Écrit par : Françoise ARMENGAUD

Philosophe et logicien français, professeur à l'École normale supérieure, à l'université de Strasbourg et à la Sorbonne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, plusieurs fois prisonnier et évadé, il est l'un des premiers et des plus actifs fondateurs de réseaux de résistance. Il a été fusillé par les Allemands en 1944. Son souvenir est évoqué par sa… Lire la suite
16.  COGNITIVES SCIENCES

Écrit par : Daniel ANDLER

Dans le chapitre "Hypothèses et choix stratégiques"  : … Il faut donc distinguer deux sources de principes fondamentaux : d'une part, les hypothèses formulées par les scientifiques eux-mêmes, complétées et interprétées par leurs pratiques ; d'autre part, les reconstructions, par les philosophes, visant à expliciter ces hypothèses et ces pratiques, à leur donner une unité et une cohérence interne, et à en… Lire la suite
17.  CONNAISSANCE

Écrit par : Michaël FOESSELYves GINGRASJean LADRIÈRE

Dans le chapitre "Mise en question de l'idée de représentation"  : … Selon l'interprétation qui vient d'être évoquée, la science moderne est fondée sur des présuppositions ontologiques qui sont précisément celles de la métaphysique de la subjectivité. Elle est constituée essentiellement par la représentation. On peut se demander cependant si, dans ses développements les plus théoriques, la science moderne ne met pas… Lire la suite
18.  COPENHAGUE ÉCOLE DE

Écrit par : Bernard d' ESPAGNAT

On regroupe sous ce nom les physiciens théoriciens qui, entre 1920 et 1930, après avoir élaboré la mécanique quantique, mirent en évidence ses aspects les plus révolutionnaires par rapport aux concepts en vigueur jusqu'alors et furent les instigateurs d'un très profond débat épistémologique qui se poursuit encore actuellement… Lire la suite
19.  LA CRISE DES SCIENCES EUROPÉENNES ET LA PHÉNOMÉNOLOGIE TRANSCENDANTALE, livre de Edmund Husserl

Écrit par : François TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "Crise des sciences et crise de l'humanité"  : … La Krisis renoue en effet avec la question de l'origine. Le projet grec, qui a donné naissance aux mathématiques et indissociablement, pour Husserl, à la philosophie, c'est-à-dire le projet d'une « humanité issue de la raison », a perdu la conscience de soi dans l'autonomisation progressive des sciences,… Lire la suite
20.  DAGOGNET FRANÇOIS (1924-2015)

Écrit par : Jean GAYON

exceptionnelle, où la réflexion philosophique ne cessera de se saisir de nouveaux objets. La thèse d’exercice de médecine (1958), consacrée à la cure d’air, contient une contribution exceptionnelle à l’histoire de la médecine. Elle est menée à bien tandis que le jeune professeur enseigne en lycée (Dijon, Aix, Lyon), avant d’être… Lire la suite
21.  DESCRIPTION ET EXPLICATION

Écrit par : Jean LARGEAULT

Ensuite, on essaie d'expliquer. La description précède-t-elle toujours l'explication ? Où s'arrête l'une, où commence l'autre ? Historiquement, les lois de Kepler, qui décrivent la forme des orbites planétaires, sont apparues avant la théorie newtonienne, qui les explique. Il serait difficile d'expliquer une réalité qu'on serait capable de… Lire la suite
22.  DÉTERMINISME

Écrit par : Étienne BALIBARPierre MACHEREY

C'est le xixe siècle, dans la mesure où il a fait de la mécanique l'archétype des sciences expérimentales, sources de toute action technique efficace, qui a pratiquement identifié « science » et « déterminisme ». Lorsque, dans un contexte idéologique bien différent, celui des… Lire la suite
23.  DIDEROT DENIS (1713-1784)

Écrit par : Yvon BELAVAL

Dans le chapitre "Le monde"  : … À l'évidence cartésienne, jugée trop subjective, on préférera la certitude expérimentale. Il en résulte que le philosophe doit s'inspirer de la science ou, mieux, des sciences. Or les sciences ne s'éclairent que par des théories qui dépassent les sens. Ces théories ne sont pas celles qu'imaginent les savants pour faire progresser leurs disciplines… Lire la suite
24.  DUHEM PIERRE (1861-1916)

Écrit par : Michel PATY

Dans le chapitre "Le philosophe des sciences"  : … Tout en poursuivant ses travaux en physique, Pierre Duhem s'est de plus en plus préoccupé de philosophie et d'histoire des sciences, surtout à partir de 1893 pour la première discipline et de 1904 pour la seconde… Lire la suite
25.  EDDINGTON ARTHUR STANLEY (1882-1944)

Écrit par : Jacques MERLEAU-PONTY

Dans le chapitre "Le système eddingtonien"  : … La philosophie d'Eddington, sous des apparences assez déconcertantes et à travers une présentation peu systématique, s'ordonne entre deux pôles : une réflexion sur la science contemporaine et les importants changements de perspective qu'elle impose par rapport à la science classique ; une exigence éthique, la défense de valeurs spirituelles et… Lire la suite
26.  ÉPISTÉMOLOGIE

Écrit par : Gilles Gaston GRANGER

Si l'on traduit par notre mot « science » le mot grec ἐπιστήμη, l'épistémologie est, étymologiquement, la théorie de la science. Bien que la forme anglaise du vocable ait existé avant que le français ne l'assimile, c'est pourtant avec le sens différent et plus large de « théorie de la connaissance » qu'il est généralement utilisé par les… Lire la suite
27.  ESPAGNAT BERNARD D' (1921-2015)

Écrit par : UniversalisMichel PATY

La parution sous sa plume, en 1965, d'un livre intitulé Conceptions de la physique contemporaine inaugure une nouvelle phase de ses recherches, consacrées désormais à ces questions où science et philosophie se rejoignent. Il y présente, en les clarifiant et en les confrontant, les diverses interprétations… Lire la suite
28.  ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

Écrit par : Mikel DUFRENNE

Le premier problème, encore préalable, est celui-ci : où classer l'esthétique ? Dans la philosophie ou dans la science ? On l'a généralement résolu en ménageant les susceptibilités. La revue allemande s'appelle « Revue d'esthétique et de science générale de l'art » (aux États-Unis, où les critiques sont plus puissants que… Lire la suite
29.  ÉVOLUTIONNISME

Écrit par : Hubert FAES

ces systèmes procèdent les uns des autres, et interprète tous les phénomènes biologiques dans cette perspective. Une telle acception ne rend cependant pas compte d'un système de pensée beaucoup plus vaste dans lequel on peut voir, au-delà de toute théorie scientifique et au-delà de la biologie, une philosophie, une idéologie, une vision du monde… Lire la suite
30.  EXPÉRIENCE

Écrit par : Pascal ENGEL

Dans le chapitre "L'empirisme logique et la construction logique du monde"  : … toute subjectivité transcendantale. Son inspiration initiale provient plutôt de Russell, qui avait cherché, dans « Sur les relations des données sensibles à la physique » (1914, in Russell, 1918), à analyser la matière et les objets physiques comme des complexes de données sensorielles (sense data), définies comme des atomes de sensation. Les… Lire la suite
31.  FEYERABEND PAUL (1924-1994)

Écrit par : Alban BOUVIER

et décapantes, animées d'un évident bon sens empiriste dans la description de la science effective, dont Feyerabend n'a pas de mal à convaincre qu'elle ne progresse pas comme Popper l'expose ni comme la plupart des philosophes la reconstruisent idéalement. Exemples à l'appui, Feyerabend veut montrer que les scientifiques les plus éminents n'… Lire la suite
32.  GALILÉE (G. GALILEI)

Écrit par : Pierre COSTABEL

Dans le chapitre "Les sentiers de la gloire"  : … reçut à Rome l'accueil flatteur de l'Accademia dei Lincei et du Collège romain, la puissante institution jésuite. Mais le Discours sur les corps flottants qu'il publia en 1612 après d'âpres discussions avec les professeurs aristotéliciens de Pise manifesta l'étendue des difficultés dans lesquelles il était engagé en fait par rapport à la science… Lire la suite
33.  GEYMONAT LUDOVICO (1908-1991)

Écrit par : Fabio MINAZZI

le néo-idéalisme de B. Croce et de G. Gentile et défend la pleine valeur culturelle (et philosophique) de la science comme la validité du positivisme d'Auguste Comte au regard de celui de H. Spencer. À la fin de 1934, obligé de quitter la place d'assistant d'analyse infinitésimale à la faculté des sciences de Turin parce qu'il n'est pas… Lire la suite
34.  GONSETH FERDINAND (1890-1975)

Écrit par : Anne-Françoise SCHMID

de doctorat (1915). Professeur à l'université de Berne (1919), puis à l'École polytechnique de Zurich (1929), il adjoignit bientôt à sa chaire de mathématiques supérieures un cours de philosophie des sciences. Dès 1938, il organisa les « entretiens de Zurich », rencontres internationales de philosophie des sciences. En 1947, il fonda… Lire la suite
35.  HEURISTIQUE

Écrit par : Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI

Ce terme de méthodologie scientifique qualifie tous les outils intellectuels, tous les procédés et plus généralement toutes les démarches favorisant la découverte – c'est la racine grecque du mot – ou l'invention dans les sciences. On a pu également désigner par là, d'une manière plus globale, l'une des deux dimensions… Lire la suite
36.  HOMME - La réalité humaine

Écrit par : Alphonse DE WAELHENS

Dans le chapitre "La raison et la science"  : … L'aube des temps modernes coïncide avec un accroissement considérable du sentiment de la puissance de l'homme. En tout domaine, le champ de ses possibilités s'élargit, pour paraître bientôt sans limites. Le développement inouï et continu de la science, qui s'amorce alors, ne fera jamais que renforcer ce sentiment, rendu sensible à tous par le… Lire la suite
37.  HYPOTHÈSE (sciences)

Écrit par : Jean-Paul THOMAS

Dans le chapitre "Degré d'explicitation d'une hypothèse"  : … la complexité de la notion d'hypothèse. Œrsted est incontestablement guidé par des idées, mais celles-ci changent et se précisent. Des idées philosophiques jouent un certain rôle. Elles concernent l'analogie, voire l'identité du magnétisme et de l'électricité. Lecteur de Schelling et de Goethe, Œrsted emprunte à la philosophie de la nature ce… Lire la suite
38.  IDÉALISME

Écrit par : Jean LARGEAULT

Dans le chapitre "L'idéalisme et la philosophie de la physique"  : … On rencontre fréquemment deux opinions : que le réalisme est naturel aux sciences ; que la philosophie est nécessairement idéaliste. La première de ces affirmations a pu être vraie pour certaines théories. Émile Meyerson a soutenu qu'elle est vraie et que les thèses positivistes-idéalistes vont à contre-fil de la pratique… Lire la suite
39.  IMMÉDIAT

Écrit par : Dominique LECOURT

Dans le chapitre "La défaite de l'immédiat"  : … de l'immédiat ». On ne s'étonnera pas de ce double geste : rejeter les unes, c'était s'affranchir de l'autre. Ce que Bachelard découvrait, c'est que les couples d'oppositions philosophiques sujet-objet, abstrait-concret, etc., ne parvenaient pas à rendre compte des derniers progrès de la microphysique. Partant de ce fait, il lui donna une… Lire la suite
40.  INTRODUCTION À LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES (H.-J. Rheinberger)

Écrit par : Gabriel GACHELIN

Directeur de l’Institut Max Planck d’histoire des sciences de Berlin de 1997 à 2014, Hans-Jörg-Rheinberger a publié en 2007 un bref ouvrage intitulé Introduction à la philosophie des sciences (trad. N. Jas, La Découverte, 2014). Il faudrait toujours se méfier des introductions. On se dit qu’elles sont des résumés pour étudiants… Lire la suite
41.  JACOB FRANÇOIS (1920-2013)

Écrit par : François GROS

Mais François Jacob ne fut pas qu'un remarquable expérimentateur. Il fut également un penseur éclairé et un remarquable analyste de l'histoire comme de la portée des recherches et des idées se rattachant à l'étude du monde vivant. Ses ouvrages – La logique du vivant, une histoire de l'hérédité (1970), Le Jeu des Lire la suite
42.  JASPERS KARL (1883-1969)

Écrit par : Jeanne HERSCH

Dans le chapitre "Savoir et limites"  : … La science n'en est pas moins non seulement une activité nécessaire, mais aussi une des conditions indispensables de toute quête philosophique authentique. Explorant l'ordonnance d'un univers dont la totalité lui échappe mais l'inspire et la guide, elle fournit à la conscience philosophique des « chiffres », à chaque époque renouvelés, que celle-ci… Lire la suite
43.  KANT (E.)

Écrit par : Louis GUILLERMIT

Dans le chapitre "La métaphysique en question"  : … La première ambition annoncée par le mot « critique », qui se retrouve dans le titre des trois œuvres capitales de Kant, est celle de décider une bonne fois du sort de la métaphysique, de s'assurer qu'elle est possible et d'en faire une science… Lire la suite
44.  KOYRÉ ALEXANDRE (1892-1964)

Écrit par : Gérard JORLAND

Historien de la pensée philosophique et de la pensée scientifique, Alexandre Koyré a été le fondateur, avec Hélène Metzger, Gaston Bachelard et Georges Canguilhem, de l'histoire philosophique des sciences… Lire la suite
45.  LUMIÈRES

Écrit par : Jean Marie GOULEMOT

Dans le chapitre "La mesure, fondement de la connaissance"  : … Le goût de l'expérimentation, l'utilisation continuelle de cautions scientifiques – on se veut le « Newton de la morale » – peuvent prêter à sourire. Quelle valeur attribuer aux expériences de Montesquieu sur la langue de mouton pour élaborer sa théorie des climats ; que comprend exactement Voltaire à ce qu'il appelle les Éléments de Lire la suite
46.  MACH ERNST (1838-1916)

Écrit par : Michel PATY

Dans le chapitre "La philosophie de la connaissance de Mach"  : … Mach écrivait, dans la préface à L'Analyse des sensations : « La même considération sous-tend mes écrits d'épistémologie de la physique et mes recherches en physiologie des sensations, celle que l'on doit éliminer tout élément métaphysique comme superflu et contraire à l'économie de la science… Lire la suite
47.  MATÉRIALISME

Écrit par : Georges GUSDORF

occidentale. Refoulée à l'arrière-plan par la culture chrétienne de l'âge médiéval, elle se réaffirme avec force après la Renaissance, et semble dès lors avoir partie liée avec le développement de la science moderne. Le matérialisme demeure par excellence jusqu'à nos jours une philosophie à référence, ou à prétention, scientifique… Lire la suite
48.  MATIÈRE

Écrit par : Jacques GUILLERMEHélène VÉRIN

La sérénité requise du physicien ou du chimiste qui règle ses expérimentations sur les exigences d'un savoir méthodique, pour retenir, au plus près du concept de matière, les effets observables de ses manipulations, cette sérénité est bien le fruit d'une double ascèse, d'un double effort d'épuration qui converge en un lieu… Lire la suite
49.  MÉCANISME, philosophie

Écrit par : Joseph BEAUDE

Dans le chapitre "Les développements de la science"  : … L'importance du mécanisme dans l'histoire de la pensée est considérable ; grâce à lui, s'est ouverte l'ère de la science classique. Mais l'influence des premiers mécanistes est beaucoup moins due aux résultats qu'ils ont obtenus dans les disciplines scientifiques particulières qu'au changement de mentalité qu'ils ont provoqué ou, pour mieux dire, à… Lire la suite
50.  MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

Écrit par : Alphonse DE WAELHENS

Dans le chapitre "Désaveu de la science"  : … On retrouve ici une démarche qui n'est pas sans analogie avec la réduction phénoménologique de Husserl, encore que tournée cette fois, quasi explicitement, contre l'objectivisme chosiste et physicaliste de la pensée scientifique naïve. Tel est le sens, stimulant et non pas scandaleux ou… Lire la suite
51.  MEYERSON ÉMILE (1859-1933)

Écrit par : François TRÉMOLIÈRES

D'origine polonaise, Émile Meyerson a reçu une formation de chimiste, d'abord à Heidelberg, comme élève de Bunsen, puis en France, où il s'installe en 1881. Ruiné par l'industrie, il devient rédacteur de l'agence Havas pour la politique étrangère, puis (1891) directeur de la Jewish Colonization Association pour l'Europe et l'Asie Mineure.… Lire la suite
52.  MIRACLE

Écrit par : Henry DUMÉRY

Dans le chapitre "Les théologiens, l'explication naturelle et la foi chrétienne"  : … Mais ce raisonnement lâche la topique religieuse ; il s'égare sur un terrain de science, de fausse science ; car personne, ni savant, ni philosophe, ni mystique, personne ne peut dire de quoi la nature est capable (le médecin, qui assure que Dieu seul peut faire mieux que lui, a une moins haute idée de Dieu que de lui-même… Lire la suite
53.  MODÈLE

Écrit par : Raymond BOUDONHubert DAMISCHJean GOGUELSylvanie GUINANDBernard JAULINNoël MOULOUDJean-François RICHARDBernard VICTORRI

Dans le chapitre "Les fonctions de la modélisation"  : … de la connaissance ; on aura remarqué que les spécialistes des diverses méthodes de la science parlent des modèles en termes de réalisations « optimales » et qu'ils marquent les rôles mutuellement complémentaires que jouent les modèles : les qualités mêmes auxquelles satisfont les modèles valables sont multiples et reflètent de quelque façon cette… Lire la suite
54.  NATURE PHILOSOPHIES DE LA

Écrit par : Maurice ÉLIE

Dans le chapitre "Physique et philosophies de la nature"  : … D'un point de vue historique, il semble que cette distinction n'ait pas toujours existé, si l'on admet que les penseurs présocratiques furent indissolublement physiciens et philosophes de la nature, eux qui cherchèrent l'Archè, le principe des choses, s'interrogèrent sur leurs éléments, terre, air, eau ou feu, ainsi que sur… Lire la suite
55.  NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE

Écrit par : Gilles Gaston GRANGER

incertain de la philosophie contemporaine, ils estiment que l'âge scientifique n'a pas la philosophie qu'il mérite. Cependant, aucune orthodoxie véritable ne lie les membres du groupe viennois, qui, dès 1931, commence à essaimer, avec R. Carnap et P. Frank, nommés à l'université de Prague pour occuper respectivement une chaire de philosophie des… Lire la suite
56.  NEWTON ISAAC (1642-1727)

Écrit par : Michel PATY

Dans le chapitre "La philosophie naturelle"  : … Newton concevait son travail scientifique comme faisant partie de ce qu'il appelait la « philosophie naturelle », qui n'est pas une simple reprise du thème galiléen du livre de la nature, mais s'insère dans le courant néoplatonicien de Cambridge. S'il s'inspire de Descartes, par une certaine conception de la raison et du… Lire la suite
57.  OBJET

Écrit par : Gilles Gaston GRANGER

Dans le chapitre "Les objets mathématiques"  : … et nunc, mais en tant que concepts déterminés, car ils ne sont pas saisissables comme tels dans une expérience sensible. Les philosophes ont pris à leur égard des positions très variées, qu'on peut cependant répartir entre quelques grandes orientations ; nous présenterons cette classification sommaire de deux points de vue… Lire la suite
58.  ONTOLOGIE

Écrit par : Paul RICŒUR

Dans le chapitre "En quête du réel"  : … On voudrait montrer, dans cette deuxième partie, comment la science elle-même engendre sans cesse à nouveau l'interrogation ontologique. En effet, ce n'est pas de façon métaphysique, mais bien physique, que la science rencontre la question de l'être. Entendons : la question de l'être, pour la science, c'est la question de savoir ce qui, pour elle,… Lire la suite
59.  PHILOSOPHIE

Écrit par : Jacques BILLARDJean LEFRANCJean-Jacques WUNENBURGER

Dans le chapitre "La tentation du néopositivisme"  : … Ces orientations sont cependant concurrencées, de plus en plus, par un besoin de rapprocher la philosophie des sciences, tant par leur histoire que par leur épistémologie. Après le paradigme biologique et génétique, la référence majeure se déplace vers les neurosciences et les sciences de la cognition (C. Debru), qui… Lire la suite
60.  PHYSIQUE - Les fondements et les méthodes

Écrit par : Roland OMNÈS

Dans le chapitre "Physique et réalité"  : … Parmi les physiciens et les spécialistes de la philosophie des sciences, il semble qu'on puisse distinguer trois positions principales que l'on désignera comme pragmatique, néo-positiviste et réaliste… Lire la suite
61.  PHYSIQUE - Physique et mathématique

Écrit par : Jean-Marc LÉVY-LEBLOND

Dans le chapitre "Les mathématiques, langage de la physique ?"  : … homme, expérience-théorie, concret-abstrait, faits (scientifiques)-lois (scientifiques). Suivant le poids assigné à l'un ou l'autre pôle de ces couples, on obtient une infinité de positions se rattachant à des philosophies de type positiviste, nominaliste, conventionnaliste, pragmatiste, etc., qui appartiennent toutes au spectre philosophique que… Lire la suite
62.  PLATON

Écrit par : Monique DIXSAUT

Dans le chapitre "La question du savoir"  : … la connaissance de la connaissance de soi-même, le savoir du savoir qu'il incarne. Cette science étant accordée, il est impossible qu'elle soit science de rien. Comme les autres sciences se partagent l'ensemble des objets et des domaines spécifiques de connaissance, elle ne peut avoir que celles-ci pour objet. Connaître les autres sciences, ce… Lire la suite
63.  POIRIER RENÉ (1900-1995)

Écrit par : Bertrand SAINT-SERNIN

Né à Saigon, reçu premier à l'agrégation de philosophie en 1922, licencié en droit, pensionnaire à la fondation Thiers, René Poirier enseigna au lycée Janson-de-Sailly à Paris et au lycée de Chartres, puis aux universités de Montpellier (1931-1932) et d'Alger (1932-1937). Il fut élu à la Sorbonne en… Lire la suite
64.  POLANYI MICHAEL (1891-1976)

Écrit par : Raymond THOMAS

Son œuvre intéresse tous les domaines de l'activité humaine, de la philosophie aux techniques les plus variées, en passant par les sciences et les arts. Il montre d'abord que la racine profonde de la téléologie, qui, bien qu'ouvertement bannie comme antiscientifique, règne en fait dans les sciences de la nature, n'est autre que l'opposition… Lire la suite
65.  POSITIVISME

Écrit par : Angèle KREMER-MARIETTI

Le rapport du positivisme aux sciences positives est fondamentalement affirmé par Littré et confirmé par Auguste Comte. Littré écrit dans son Dictionnaire de la langue française (1863-1870) : « Philosophie positive : se dit d'un système philosophique… Lire la suite
66.  QUINE WILLARD VAN ORMAN (1908-2000)

Écrit par : Françoise ARMENGAUD

Dans le chapitre "Une certaine idée de la philosophie"  : … affaire sérieuse qui, avec son degré de maturité, constitue « une partie intégrante de la science », tant par ses méthodes que par ses intérêts et ses contenus. « La tâche, écrit Quine à ce propos dans Word and Object, est de rendre explicite ce qui a été laissé tacite et de rendre précis ce qui a été laissé vague ; la tâche est… Lire la suite
67.  RAISON

Écrit par : Éric WEIL

Dans le chapitre "Le discours métaphysique"  : … Ce qui donne à la raison tant de confiance en elle-même c'est la série ininterrompue des succès que, en tant que calculatrice, elle remporte en physique et en cosmologie. Le monde naturel n'est pas seulement rationnel en soi en tant qu'œuvre d'une sagesse absolue ; sa rationalité peut être montrée et démontrée dans tous les détails, et, si certains… Lire la suite
68.  RÉDUCTIONNISME & HOLISME

Écrit par : Jean LARGEAULT

Dans le chapitre "Historique"  : … On peut se réjouir que science et philosophie se rencontrent. Le plus souvent, elles s'ignorent. Les conjectures touchant l'évolution et la nécessité offrent l'occasion de rencontres, mais erreurs et sophismes se mettent du même coup à prospérer. Certains pensent que ces sujets sont matière à croyance et qu'il n'est pas possible de transmuer une… Lire la suite
69.  REICHENBACH HANS (1891-1953)

Écrit par : Alexis BIENVENU

Hans Reichenbach fut à Berlin, dans l'entre-deux-guerres, puis lors de son exil à Istanbul et Los Angeles, le principal représentant de l'empirisme logique, mouvement philosophique apparenté au positivisme logique du cercle de Vienne. Fondateur de la… Lire la suite
70.  RESPONSABILITÉ SOCIALE DES SCIENTIFIQUES

Écrit par : Jacques TESTART

Dans le chapitre "Qui est responsable ? Et de quoi ?"  : … de la recherche sur le noyau de la matière (physique nucléaire) ou le noyau de la cellule vivante (génétique), ont amené le philosophe allemand Hans Jonas à s'interroger (Le Principe responsabilité, 1990) : « La terre nouvelle de la pratique collective, dans laquelle nous sommes entrés avec la technologie de pointe,… Lire la suite
71.  SCIENCES - Sciences et discours rationnel

Écrit par : Jean LADRIÈRE

La science, au cours de son histoire, s'est rendue parfaitement autonome à l'égard de la philosophie. Elle pose toutefois à la philosophie des problèmes fondamentaux : comment le savoir scientifique est-il possible ? comment s'explique l'accord, au moins partiel, enregistré par la démarche scientifique, entre les opérations… Lire la suite
72.  SCIENCES - Science et progrès

Écrit par : Jean-Marc LÉVY-LEBLOND

Dans le chapitre "Le progrès « dans » la science ?"  : … archaïsme quant à leur capacité à dominer et synthétiser leurs propres découvertes. Pour comprendre cette assertion, il faut adopter sur l'histoire des sciences un point de vue un peu plus sophistiqué que la vulgate kuhnienne qui fait alterner des moments de « science révolutionnaire » avec des périodes de « science normale », où les scientifiques… Lire la suite
73.  TRANSHUMANISME

Écrit par : Gérard CHAZAL

’une certaine façon, il s’agit aussi de renouer avec l’idée, héritée des Lumières, d’un progrès continu de l’humanité par la science et les techniques, une idée enfin devenue programmatique. Quoi qu’il en soit, les perspectives transhumanistes suscitent d’importants débats en philosophie morale Lire la suite
74.  VIE

Écrit par : Georges CANGUILHEM

« Qui sait si la première notion de biologie que l'homme a pu se former n'est point celle-ci : il est possible de donner la mort. » Cette réflexion de Valéry dans son Discours aux chirurgiens (1938) va plus loin que sa destination première. Peut-être n'est-il pas possible, encore aujourd'hui, de dépasser cette première notion :… Lire la suite
75.  VIENNE CERCLE DE

Écrit par : Gilles Gaston GRANGER

On appelle « cercle de Vienne » (Wiener Kreis) un groupement de savants et de philosophes formé à Vienne à partir de 1923 autour de Schlick, en vue de développer une nouvelle philosophie de la science dans un esprit de rigueur, et en excluant toute considération métaphysique. Les thèmes directeurs… Lire la suite
76.  VUILLEMIN JULES (1920-2001)

Écrit par : Francis WYBRANDS

aura été l'inspirateur de ses travaux et le maître dont il se reconnaîtra le disciple. „L'histoire de la philosophie peut être une science“, „la philosophie est elle-même une science“ – tels sont les deux postulats que Jules Vuillemin inscrit au seuil de Physique et métaphysique kantiennes (1955). Il serait faux, toutefois, de… Lire la suite

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.