BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

RENOIR (J.) (repères chronologiques)

15 septembre 1894 Naissance à Paris de Jean Renoir, second fils du peintre Pierre-Auguste Renoir.

1894-1912 Il est surtout élevé par une servante, Gabrielle, au milieu des modèles de son père et de peintres amis (Cézanne, Monet, Degas, Pissarro...).

1913 Il s'engage dans la cavalerie.

1915-1916 Une première blessure l'amène à se tourner vers l'aviation. Une seconde lui vaut d'être réformé.

24 janvier 1920 Jean Renoir épouse le dernier modèle de son père, Andrée Heuschling, qui jouera dans ses premiers films – notamment Nana – sous le nom de Catherine Hessling.

1924 Écrit le scénario de Catherine, ou une Vie sans joie, que réalise Albert Dieudonné.

Avril 1925 Sortie de son premier film, La Fille de l'eau, réalisé en 1924.

Juin 1926 Première de Nana, d'après le roman homonyme de Zola. C'est un échec commercial.

1926-1929 Renoir alterne expériences formelles (La Petite Marchande d'allumettes) et commandes, parmi lesquelles Tire au flanc.

1931 Première expérience du film parlant : On purge bébé, d'après la pièce de Georges Feydeau.

19 novembre 1931 Première de La Chienne, d'après le roman de Georges de La Fouchardière, avec Michel Simon et Janie Mazère. C'est un succès inattendu.

1932 Renoir réalise la première adaptation d'un « Maigret », d'après Simenon, La Nuit du carrefour (avec Pierre Renoir, frère du metteur en scène), et Boudu sauvé des eaux, d'après la pièce de René Fauchois. Ce film, produit et interprété par Michel Simon, est mal accueilli à sa sortie.

1933 Réalisation, sur commande de Gaston Gallimard, de Madame Bovary, d'après Flaubert, avec Pierre Renoir et Valentine Tessier. Le film, qui a subi de nombreuses coupes, est un échec.

1934 Tournage dans le Midi sur les lieux mêmes du fait-divers dont il s'inspire, et avec l'aide des Studios Marcel Pagnol, de Toni. [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

Joël MAGNY, « RENOIR (J.) - (repères chronologiques)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/renoir-reperes-chronologiques/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« RENOIR JEAN (1894-1979) » est également traité dans :

RENOIR (J.)

Écrit par :  Joël MAGNY

« S'il fallait ne conserver qu'un film, pour donner aux générations futures l'idée de ce qu'a été, au xxe siècle, l'art du cinématographe, je choisirais Le Petit Théâtre, parce que tout Renoir y est contenu, et que Renoir contient tout le cinéma. » Ce jugement d' Éric Rohmer est… Lire la suite
LA RÈGLE DU JEU, film de Jean Renoir

Écrit par :  Jacques AUMONT

Une affaire de rendez-vous manqué : entre la marquise et son bel aviateur, entre la contrainte sociale et la liberté amoureuse, entre le film et son public. Ce n'est pas la faute de Renoir (1894-1979), et l'on peut bien penser, avec Truffaut, qu'« aucun autre cinéaste n'a mis autant, et le meilleur de lui-même, dans un film », mais ni la critique… Lire la suite
LA RÈGLE DU JEU (J. Renoir), en bref

Écrit par :  Joël MAGNY

Après les succès de La Bête humaine (1938) et surtout de La Grande Illusion (1937), Jean Renoir (1894-1979) est au sommet de sa popularité. Compagnon de route du Parti communiste, il est déçu par le Front populaire et convaincu, après les accords de Munich, qu'une nouvelle guerre est inévitable. Il… Lire la suite
CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

Écrit par :  Marc CERISUELOJean COLLETClaude-Jean PHILIPPE

Dans le chapitre "Dans une société au bord de l'abîme"  : …  dans la peinture impressionniste, dont il était l'héritier : il était le fils d'Auguste Renoir. « Je me mis à regarder autour de moi et, émerveillé, je découvris des quantités d'éléments purement de chez nous, tout à fait transposables à l'écran. Je commençais à constater que le geste d'une laveuse de linge, d'une femme qui se peigne devant une… Lire la suite
CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

Écrit par :  Joël MAGNY

Dans le chapitre "Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle"  : …  place aux aléas du tournage. Au lieu de recréer de toutes pièces un univers imaginaire, retrouvant les principes de Lumière, il faisait confiance à la réalité, dont il acceptait qu'elle vienne, sinon modifier radicalement, du moins enrichir son projet initial : elle chargeait au contraire le film d'une vérité que l'enclos du studio et le carcan du… Lire la suite
ELLE (P. Verhoeven)

Écrit par :  Joël MAGNY

Dans le chapitre "Descente aux enfers"  : …  victime, c’est son refus de porter plainte qui les choque plus que l’agression. Paul Verhoeven cite, à propos du film, la phrase célèbre prononcée par Jean Renoir (Octave) dans La Règle du jeu : « Parce que, tu comprends, sur cette Terre, il y a une chose effroyable, c’est que tout le monde a ses raisons. » Chacun, en effet, dans… Lire la suite
FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

Écrit par :  Jean-Pierre JEANCOLASRené PRÉDAL

Dans le chapitre "La vague des réalismes"  : …  En 1938, Jean Renoir a paru s'approcher au plus près du réalisme poétique avec La Bête humaine, d'après Zola. C'était une convergence de circonstances. Entre 1936 et 1939, Renoir atteint le sommet de sa carrière, avec Une partie de campagne, un bouleversant poème d'amour tourné dans une lumière proche de… Lire la suite
GABIN JEAN (1904-1976)

Écrit par :  Pierre BILLARDUniversalis

Dans le chapitre "Le héros des années 1930"  : …  – années. Jusqu'en 1940, il tourne avec Duvivier La Belle Équipe (1936) et Pépé le Moko (1937) ; avec Renoir, Les Bas-Fonds (1937), La Grande Illusion (1937), La Bête humaine (1938) ; avec Marcel Carné, Le Quai des brumes (1938) et Le jour se lève (1939… Lire la suite
MARSEILLAISE LA

Écrit par :  Guillaume MAZEAU

Dans le chapitre "Un hymne national disputé"  : …  renaissance, c’est le film La Marseillaise de Jean Renoir (1938), relatant les débuts de la Révolution française du point de vue de modestes Marseillais. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les antagonismes anciens ressurgissent : l’hymne est prohibé par le Lire la suite
PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

Écrit par :  Michel CHION

1931 France. La Chienne, de Jean Renoir. Ce drame situé à Paris fuit le son « propre » des studios pour tenter d'exprimer le mélange des bruits, des voix, des ambiances propres à la vie. Michel Simon s'y compose une voix terne et timide… Lire la suite
PARLANT CINÉMA

Écrit par :  Michel CHION

Dans le chapitre "Les bruits du monde"  : …  sans sacrifier plus ou moins l'intelligibilité du texte. Un sacrifice qui ne fut fait qu'exceptionnellement par Renoir, dans Le Crime de M. Lange, ou par Godard dans certains de ses films où le vacarme urbain couvre la voix des personnages. Aujourd'hui, avec les perfectionnements techniques, il est possible de faire entendre simultanément des… Lire la suite
RÉALISME POÉTIQUE, cinéma français

Écrit par :  Jean-Louis COMOLLI

En 1936, Julien Duvivier réalise un film demeuré célèbre : La Belle Équipe. L'anecdote était simple : des chômeurs montent une entreprise coopérative (une guinguette dans la banlieue parisienne) et se heurtent à de nombreuses difficultés. Le dénouement était différent selon l'une ou l'autre version : dans… Lire la suite
TESSIER VALENTINE (1892-1981)

Écrit par :  André-Charles COHEN

Lorsque Jean Renoir entreprit la réalisation de Madame Bovary (1934), il souhaitait théâtraliser le personnage d'Emma, lui ôter sa dimension romanesque pour en accentuer le symbolisme. Seule une comédienne ayant une solide expérience pouvait illustrer son parti pris : il choisit alors pour interprète… Lire la suite

Afficher la liste complète (13 références)

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.