BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CHABAN-DELMAS JACQUES (1915-2000)

Général à vingt-neuf ans, député radical à trente et un ans, maire de Bordeaux durant quarante-sept ans, ministre de Mendès France, Premier ministre de Georges Pompidou, Jacques Chaban-Delmas a été aux premiers rangs de la vie politique durant un demi-siècle. À sa mort, survenue le 10 novembre 2000, les drapeaux en berne au Palais-Bourbon ont salué la mémoire de celui qui avait présidé l'Assemblée nationale durant près de seize années. Sous deux Républiques, il fut, selon Jean Lacouture, le « sourire du gaullisme ».

Né à Paris le 7 mars 1915, Jacques Delmas est journaliste stagiaire à L'Information économique et financière en 1933 et poursuit en parallèle des études de droit et de sciences politiques. Officier de réserve formé à Saint-Cyr au début de la guerre, il choisit de résister au sein de l'Organisation civile et militaire. Devenu inspecteur des finances, il est en 1943 l'adjoint du délégué militaire de la région parisienne ; arrestations et morts conduisent à sa nomination comme délégué militaire national en 1944. En août, le général Chaban défend l'idée de la trêve des combats dans Paris avant d'y escorter le général Leclerc et de faire admettre qu'il convient d'associer le colonel F.T.P. Rol-Tanguy à la signature de la reddition allemande. « C'est bien Chaban ! », consentira le général de Gaulle avant de le nommer compagnon de la Libération et d'en faire, en 1945, le secrétaire général du ministère de l'Information.

Député de la Gironde à partir de novembre 1946 et toujours réélu jusqu'en 1993, il est ministre des Travaux publics de Mendès France en 1954-1955. Gaulliste se voulant « préposé à l'infiltration » du système avec ses républicains sociaux, il se met en congé de ministère quand le vote de la C.E.D. est proposé ; ministre d'État de Guy Mollet en 1956, il obtient de poursuivre les travaux de la bombe A. Ministre de la Défense nationale en 1957-1958, ce « Bonaparte gai » (François Mauriac) dispose d'une antenne à Alger où Léon Delbecque et Lucien Neuwirth contribuent à l'appel lancé au général de Gaulle le 13 mai 1958.

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

FOULON, « CHABAN-DELMAS JACQUES - (1915-2000)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-chaban-delmas/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« CHABAN-DELMAS JACQUES (1915-2000) » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

Écrit par :  Pierre BRÉCHON

Dans le chapitre "L'élection du « compagnon de route »"  : …  Jacques Chaban-Delmas incarne la continuité du gaullisme et obtient le soutien officiel de l'U.D.R. dont il a d'ailleurs repris le contrôle à la fin de l'année 1973. Il obtient aussi l'appui des centristes ralliés dès 1969 au pompidolisme, mais pas du Centre démocrate de Jean Lecanuet qui lui préfère le ministre des Finances… Lire la suite
DELORS JACQUES (1925-    )

Écrit par :  Christian SAUVAGE

Cette carrière ne permettrait pas de comprendre pourquoi l'entrée de Jacques Delors au cabinet de Jacques Chaban-Delmas en 1969, comme conseiller pour les affaires sociales et culturelles puis comme chargé de mission, a suscité tant de questions. En fait, parallèlement à son activité professionnelle, Jacques Delors a gardé… Lire la suite
GAULLISME

Écrit par :  Serge BERSTEIN

Dans le chapitre "Le gaullisme au pouvoir"  : …  hérité, sans bénéficier du charisme qui avait permis au général de Gaulle de se dispenser d'une telle mise au point. Son Premier ministre Jacques Chaban-Delmas propose au Parlement en septembre 1969, sous le nom de « nouvelle société », un gaullisme libéral et social, fait d'ouverture politique vers le centre et, peut-être, vers la gauche, de… Lire la suite
POMPIDOU GEORGES (1911-1974)

Écrit par :  Arnault SKORNICKI

Dans le chapitre "L'improbable héritier"  : …  et fin connaisseur du personnel parlementaire, symbole du recentrage politique opéré pendant la campagne : Jacques Chaban-Delmas. Ce choix judicieux va néanmoins s'avérer être une source de conflits. Dans son discours de politique générale, le Premier ministre présente son ambitieux projet de « nouvelle société ». Il s'agissait rien de moins… Lire la suite

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.