BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

POMPIDOU GEORGES (1911-1974)

Une présidence écourtée, rejetée dans l'ombre par celle de son prestigieux prédécesseur ; une personnalité consensuelle, dont l'absence apparente d'aspérités semble peu prêter à commentaire : la figure et le rôle de Georges Pompidou dans l'histoire politique française restent parfois négligés. Celui-ci mena pourtant aux sommets de l'État une action intense et prolongée, imprimant une marque profonde dans les institutions de la Ve République et orientant durablement les choix politiques du nouveau régime.

1.  Un professeur tombé en politique

Né à Montboudif (Cantal) en 1911, Georges Pompidou grandit à la campagne, élevé par des parents enseignants issus de lignées de paysans et de petits commerçants. Après une scolarité à Albi et à Toulouse, il gagne Paris pour suivre la khâgne de Louis-le-Grand, puis intègre l'École normale supérieure de la rue d'Ulm en 1931. Son éclatante réussite scolaire conditionna sa foi dans une république progressiste et méritocratique, selon laquelle le travail constitue la voie majeure de promotion sociale. C'est aussi durant cette période estudiantine qu'il noue son premier contact, nettement situé à gauche, avec la politique, en adhérant à la Ligue d'action universitaire républicaine et socialiste, en pointe dans le combat antifasciste. Major à l'agrégation de lettres (1934), il obtient également le diplôme de l'École libre des sciences politiques. Il enseigne à Marseille, puis à Paris au prestigieux lycée Henri-IV, avant d'être mobilisé en 1939-1940. Revenu enseigner dans la capitale, il rejette le régime de Vichy, mais reste « passif », selon ses propres dires, et ne rejoint pas la Résistance.

Ce n'est qu'à la Libération que Pompidou commence, à trente-quatre ans, sa carrière politique, grâce à l'appui de son ancien camarade de khâgne, René Brouillet, directeur adjoint du cabinet du chef du Gouvernement provisoire, qui cherchait un talent de plume pour traiter des questions de presse et d'éducation. Pompidou n'est pas resté longtemps ce « normalien sachant écrire » : nommé maître de [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

 

Pour citer cet article

Arnault SKORNICKI, « POMPIDOU GEORGES - (1911-1974)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-pompidou/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« POMPIDOU GEORGES (1911-1974) » est également traité dans :

ALGÉRIE

Écrit par :  Charles-Robert AGERONUniversalisJean LECASid-Ahmed SOUIAHBenjamin STORA

Dans le chapitre "La création de l'O.A.S."  : …  donne à de Gaulle une large majorité, y compris en Algérie, où seules les grandes villes ont voté contre. Au nom du gouvernement français, Georges Pompidou peut alors entamer discrètement, en Suisse, des pourparlers avec le F.L.N. Au lendemain de la rencontre entre le général de Gaulle et le président tunisien… Lire la suite
BALLADUR ÉDOUARD (1929-    )

Écrit par :  Bruno DIVEUniversalis

Delatour (dont il aura quatre fils) et pour entrer au Conseil d'État. Mais le contentieux, puis la surveillance des travaux publics ne l'occuperont pas longtemps. Le voici appelé, en 1962, auprès du directeur général de l'O.R.T.F., Pierre Bordaz. Un an plus tard, Michel Jobert le fait entrer au cabinet du Premier ministre, Georges PompidouLire la suite
CENTRE NATIONAL D'ART & DE CULTURE GEORGES-POMPIDOU

Écrit par :  Bernadette DUFRÊNE

Le président Pompidou, qui fut l'initiateur du projet, en avait dessiné les grandes lignes dès le 13 décembre 1969, dans une lettre au ministre des Affaires culturelles Edmond Michelet, puis en 1972, dans un entretien accordé au journal Le Monde. Le Centre, auquel a été donné le nom du président disparu dans l'exercice de ses… Lire la suite
CHIRAC JACQUES (1932-    )

Écrit par :  UniversalisChristian SAUVAGE

Dans le chapitre "Une carrière exemplaire"  : …  Entré en 1959 à la Cour des comptes, il s'intéresse très vite à la politique et rejoint le cabinet de Georges Pompidou, alors Premier ministre, dès 1962. Son efficacité le fait remarquer par le Premier ministre qui l'appelle « mon bull-dozer ». Conseiller référendaire à la Cour des comptes en 1965, il affronte le corps… Lire la suite
CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

Écrit par :  Pierre BRÉCHON

Dans le chapitre "Les élections législatives de mars 1967"  : …  Le nouveau gouvernement Pompidou, mis en place en janvier 1966, ne demande pas la confiance à l'Assemblée. C'est une étape de plus dans l'éloignement par rapport aux pratiques parlementaires traditionnelles. Le gouvernement, nommé par le président élu du peuple, n'estime pas nécessaire de se faire adouber par la représentation nationale. C'est l'… Lire la suite
CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

Écrit par :  Pierre BRÉCHON

Dans le chapitre "Élection de l'héritier du gaullisme"  : …  l'échec référendaire et après la démission de Charles de Gaulle, Georges Pompidou, l'héritier « naturel » du gaullisme, annonce donc sa candidature à la fonction suprême dès le 29 avril 1969. Il s'assure rapidement le soutien du parti gaulliste, des Républicains indépendants et du groupe centriste Progrès et démocratieLire la suite
COUVE DE MURVILLE MAURICE (1907-1999)

Écrit par :  Bruno DIVE

République. Ministre de l'Économie et des Finances pendant quelques semaines, au cœur de la tourmente de mai et juin 1968, il succède ensuite à Georges Pompidou à Matignon. Ce dernier lui vouera une solide rancœur pour sa passivité voire sa complicité supposées face aux développements de l'affaire Markovic qui éclabousse l'ancien Premier ministre… Lire la suite
FONTANET JOSEPH (1921-1980)

Écrit par :  Christian SAUVAGE

n'a donc aucun mal à suivre ses collègues ministres du M.R.P. lorsqu'ils démissionnent, le 14 mai 1962, du gouvernement de Georges Pompidou pour protester contre les sarcasmes du général de Gaulle au sujet de la construction européenne (le célèbre « Volapük »). Il y a un vieil attachement à l'idée européenne chez les démocrates-chrétiens depuis Lire la suite
FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

Écrit par :  Pascal GAUCHONMichel HUSSON

Dans le chapitre "Ouverture et modernisation"  : …  du général de Gaulle en 1969 ne provoque pas de changement profond. Par conviction, Georges Pompidou (qui avait d'ailleurs été Premier ministre entre 1962 et 1968) fait seulement évoluer les choses dans le sens d'un plus grand pragmatisme (abandon en 1969 de la filière française du nucléaire, qui paraît peu rentable), d'un plus grand libéralisme… Lire la suite
GAULLISME

Écrit par :  Serge BERSTEIN

Dans le chapitre "Le gaullisme au pouvoir"  : …  Elle explique que Georges Pompidou, ancien Premier ministre du général et son successeur à la tête de l'État en juin 1969, ait éprouvé le besoin de mieux définir le gaullisme dont il avait hérité, sans bénéficier du charisme qui avait permis au général de Gaulle de se dispenser d'une telle mise au point. Son Premier ministre Lire la suite
GISCARD D'ESTAING VALÉRY (1926-    )

Écrit par :  UniversalisGérard PONTHIEU

partir de 1956 député du Puy-de-Dôme, succédant à son grand-père maternel Jacques Bardoux. Trois ans plus tard, il devient secrétaire d'État aux Finances, puis ministre des Finances et des Affaires économiques à partir de 1962 dans les gouvernements Debré et Pompidou. La même année, pour les élections législatives, il anime le nouveau groupe… Lire la suite
JOBERT MICHEL (1921-2002)

Écrit par :  Bruno DIVE

Michel Jobert ne quittera plus le futur président, dont il sera le principal collaborateur dix ans durant. C'est un camarade du lycée de Meknès, par ailleurs beau-frère de Georges Pompidou, François Castex, qui présente les deux hommes l'un à l'autre. « Pompidou souhaitait renforcer son équipe », se souviendra Michel Jobert. « Je ne l'avais jamais… Lire la suite
JUILLET PIERRE (1921-1999)

Écrit par :  Bruno DIVE

André Malraux, qui inaugure la fonction de ministre des Affaires culturelles. Mais c'est dans l'ombre de Georges Pompidou qu'il va faire l'essentiel de son parcours. À Matignon, il présente à son nouveau patron Marie-France Garaud, qui va devenir son alter ego et formera avec lui ce qu'on appellera un « couple infernal ». Pompidou élu président,… Lire la suite
MAI-68

Écrit par :  Danielle TARTAKOWSKY

Dans le chapitre "Un mouvement social d'ampleur"  : …  de l'État tient d'abord les incidents du quartier Latin pour un problème d'ordre public, à traiter comme tel. Cette approche s'infléchit après que Georges Pompidou l'a convaincu de jouer l'apaisement. La réouverture de la Sorbonne, effective le 13, est cependant trop tardive pour désamorcer un mouvement en plein essor. Dans la nuit du 13, les… Lire la suite

Afficher la liste complète (14 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.