BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

IMMUNITÉ, biologie

Le système immunitaire assume l'une des grandes fonctions physiologiques des Vertébrés : l'aptitude à la reconnaissance d'un nombre prodigieux de structures moléculaires distinctes, les antigènes. Un antigène est classiquement réputé « étranger » à l'organisme chez lequel il provoque une réponse immunitaire. D'où la conception selon laquelle le système immunitaire a pour fonction essentielle la distinction du « soi » (les divers constituants de son propre organisme) et du « non-soi ». 

Évidentes lorsqu'il s'agit de l'agression de l'organisme humain par une bactérie, les frontières entre soi et non-soi le deviennent moins lorsqu'on évoque les maladies auto-immunes, au cours desquelles le patient s'immunise contre ses propres tissus. 

Classiquement, lorsqu'un antigène pénètre dans l'organisme, il va stimuler le système immunitaire, qui va répondre de diverses façons, simultanément ou non. La réponse humorale est caractérisée par la production d'anticorps spécifiques, constitués par des immunoglobulines mises en circulation dans les « humeurs » (ce vocable assez désuet reste utilisé, avec une connotation plutôt historique). Ces anticorps sont produits par les lymphocytes B et par des cellules qui en dérivent : les plasmocytes. L'antigène peut aussi stimuler des lymphocytes T, entraînant diverses réponses dites « à médiation cellulaire ». Le rejet des greffes, la réaction à la tuberculine chez un individu sensibilisé par un contact avec le bacille tuberculeux ou vacciné par le B.C.G. constituent des exemples de ces réponses dans lesquelles on ne retrouve pas d'anticorps circulants. Les structures impliquées dans la reconnaissance de l'antigène sont ici des récepteurs des cellules T, molécules transmembranaires, solidement ancrées à la surface des lymphocytes T.

Le système immunitaire comporte en outre d'autres cellules, comme les macrophages, et d'autres molécules, comme le système du complément, qui interviennent dans son fonctionnement, sans toutefois posséder directement le cr […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  32 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« IMMUNITÉ, biologie » est également traité dans :

SYSTÈME IMMUNITAIRE (ORIGINES DU)

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

Dans le monde animal, tous les organismes multicellulaires, y compris l'homme, possèdent lacapacité de se défendre contre les bactéries et les virus pathogènes. Pour ce faire, l'animal doit reconnaître l'« étranger », sans le confondre avec les cellules de son propre corps, puis l'éliminer par divers moyens. La clé de ces défenses immunitaires est… Lire la suite
ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

Écrit par :  Bernard HALPERNGeorges HALPERNSalah MECHERIJean-Pierre REVILLARD

Dans le chapitre " Définition et cadre de l'allergie"  : …  lésion tissulaire inflammatoire intense pouvant aller jusqu'à la nécrose. Il apparaît ainsi qu'une *immunité accrue contre l'infection tuberculeuse a, comme corollaire, une augmentation de la sensibilité à la tuberculoprotéine. Il en va de même dans le cas de la vaccination jennérienne. Un individu vacciné paraît hypersensible au virus de la… Lire la suite
ANTICORPS ET IMMUNITÉ HUMORALE

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

  *En 1888, à Paris, Émile Roux et Alexandre Yersin démontraient que le pouvoir pathogène du bacille diphtérique était dû à une toxine plutôt qu'à la bactérie elle-même. Cette observation fut rapidement étendue au cas du tétanos. Il fallut deux ans à Emil Von Behring à Berlin et à ses collègues Kitasato et Wernicke, à partir… Lire la suite
ANTIGÈNES

Écrit par :  Joseph ALOUF

Dans* son acception la plus générale, le terme antigène désigne toute espèce moléculaire d'origine biologique ou synthétique qui, au contact de cellules appropriées du système immunitaire d'un organisme animal donné, appelé hôte ou receveur, est reconnue par ces cellules et provoque un processus… Lire la suite
AUTO-IMMUNITAIRES MALADIES

Écrit par :  Guy-André VOISIN

*Une maladie auto-immunitaire est, par définition, entraînée par une réaction du système immunitaire contre certains constituants de son propre organisme. Le système immunitaire n'a qu'une fonction : protéger et faciliter la survie de l'individu et de l'espèce dans un environnement souvent hostile… Lire la suite
CANCER - Cancer et immunité

Écrit par :  Wolf Herman FRIDMAN

Le rôle* du système immunitaire est d'assurer l'intégrité du soi, donc de reconnaître et de rejeter ce qui est étranger à l'organisme (virus, bactéries, cellules). Il a été postulé que les cellules tumorales qui prolifèrent après transformation de cellules normales par différents agents (virus,… Lire la suite
DENDRITIQUES CELLULES

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

…  des cellules hérissées de très nombreux prolongements cytoplasmiques : les cellules dendritiques. *Longtemps peu étudiées, elles ont pris une importance croissante en immunologie en raison de leur rôle dans toutes les étapes de l'immunité (J. Banchereau et R. M. Steinman, « Dendritic Cells and the control of immunity », in Nature, 392, pp… Lire la suite
HISTOCOMPATIBILITÉ

Écrit par :  Jean DAUSSETDavid GRAUSZ

… plutôt que de système HLA. Il code pour trois types de protéines, dites des classes I, II et III. *Il apparaît de plus en plus que ce complexe présente une importance fondamentale en biologie, puisqu'il entre en jeu dans la réponse immunitaire. C'est-à-dire qu'il joue un rôle capital en réponse à toute agression microbienne, virale ou parasitaire… Lire la suite
HOFFMANN JULES (1941- )

Écrit par :  Jean-Luc TEILLAUD

…  A. Beutler, le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2011 pour ses découvertes concernant les *modes de reconnaissance et d'activation de l'immunité innée, la première ligne de défense des organismes vivants contre les agents infectieux et pathogènes. Né le 2 août 1941 à Echternach (Luxembourg), Jules Hoffmann obtient son doctorat d'État à… Lire la suite
IMMUNOLOGIE

Écrit par :  Joseph ALOUFPierre GRABAR

Dans le chapitre "La notion de système immunitaire"  : …  vue de préserver son intégrité, en particulier contre l'agression des micro-organismes infectieux (*immunité acquise ou spécifique par opposition à l'immunité naturelle ou non spécifique de l'antigène, cf. infection). Les effecteurs cellulaires et moléculaires de la réaction immunitaire et de la reconnaissance des antigènes (cf. Lire la suite
IMMUNOPATHIES

Écrit par :  Jean-François BACHJean-Claude BROUETClaude GRISCELLIPierre VERROUSTGuy-André VOISIN

Le *système immunitaire a pour fonction première la tâche d'éliminer de l'organisme les agents infectieux et parasitaires qui s'y introduisent et y déclenchent une maladie cliniquement manifeste. Cette définition s'est étendue au cours de ces vingt dernières années au rejet des greffes et, de façon plus… Lire la suite
MACROPHAGES

Écrit par :  Laurent DEGOS

… *Les macrophages sont de grandes cellules situées en sentinelle dans des « postes » toujours proches de l'extérieur du corps afin de capter et d'intercepter toute particule étrangère. Ils représentent donc des éclaireurs à l'affût, prêts à intercepter tout ennemi. Ils dérivent de la même cellule souche que les polynucléaires (lignée myéloïde… Lire la suite
MALADIES INFANTILES

Écrit par :  Constantin MISSIRLIU Universalis

Dans le chapitre "Sensibilité aux infections microbiennes"  : …  agressions infectieuses commencent à la naissance et se poursuivent toute la vie, entraînant une *réponse humorale mesurable : la réponse immunitaire, déclenchée dès que sont alertés les mécanismes tissulaires que l'on peut considérer comme étant la mémoire tissulaire de l'organisme. Cette mémoire comporte, chez le petit enfant, une part d'… Lire la suite
MALADIES INFECTIEUSES

Écrit par :  Catherine DUPUIS

Dans le chapitre "Sensibilité de la population"  : …  de la population est évidemment la troisième condition nécessaire au développement d'une épidémie. *Le niveau de sensibilité d'une population n'est pas uniforme pour les diverses maladies infectieuses. Il dépend en effet étroitement du degré de l'immunité qui s'est constituée à la suite de l'expérience de la maladie quelle qu'ait été la forme… Lire la suite
MYCOBACTÉRIES

Écrit par :  Carlo COCITOGabriel GACHELIN Universalis

Dans le chapitre " Actionsur le système immunitaire de l'hôte"  : …  *Certains composants du cytoplasme et de la paroi des mycobactéries ont des propriétés antigéniques : injectés à un animal de laboratoire, ils y induisent la synthèse d'anticorps spécifiques. Certains autres composants agissent en tant qu'immunomodulateurs : ils modifient de façon non spécifique (en la stimulant ou en la déprimant) la réponse… Lire la suite
NEURO-IMMUNOLOGIE

Écrit par :  E. SCHULLER

… *On désigne par neuro-immunologie l'étude des relations entre immunité et système nerveux, à l'état normal comme au cours des diverses maladies humaines ou animales. Deux observations, toutes deux faites à Paris au xixe siècle, sont à l'origine de la neuro-immunologie. La première est la description par Cruveilhier (1835) des… Lire la suite
PARASITISME

Écrit par :  Claude COMBESLouis EUZETGeorges MANGENOT

Dans le chapitre "L'évitement immunitaire"  : …  où les mécanismes de défense sont relativement simples et peu spécifiques, ou d'un vertébré, où l'*immunité atteint un haut degré de complexité et de spécificité, on est étonné de voir l'hôte « accepter » le parasite. L'évitement immunitaire se réalise par des mécanismes divers. L'un des plus étonnants (variation antigénique) est utilisé par… Lire la suite
PEAU

Écrit par :  Louis DUBERTRET

Dans le chapitre "Une barrière immunologique"  : …  de l'organisme humain les plus exposés aux agressions chimiques, bactériologiques et virales. *Pour se défendre, il dispose d'une immunité innée et d'une immunité adaptative. Les processus de l'immunité innée, que l'on trouve déjà chez les métazoaires, sont exprimés par toutes les cellules de la peau et en particulier par les kératinocytes.… Lire la suite
PHAGOCYTOSE

Écrit par :  Béatrice DESCAMPS-LATSCHA

…  essentielle d'assurer leur défense contre les agents infectieux. Cette théorie phagocytaire de l'*immunité fut à l'origine très controversée par les défenseurs de la théorie humorale, et notamment par Von Behring, Prix Nobel de médecine en 1901 pour ses travaux sur la diphtérie. Les découvertes ultérieures montrèrent que les phagocytes étaient… Lire la suite
PHAGOCYTOSE ET IMMUNITÉ INNÉE

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

  *On peut dire que, après la découverte de l'immunisation induite préventive (Jenner, 1796), la découverte de l'immunité cellulaire par le savant d'origine ukrainienne Ilia Metchnikov (1845-1916) a constitué la deuxième étape importante dans la mise en place de l'immunologie. Selon une logique toute darwinienne, Metchnikov… Lire la suite
POLIOMYÉLITE

Écrit par :  Pierre LÉPINE

Dans le chapitre "Immunité naturelle"  : …  *Pourquoi alors, dans une population non vaccinée, le nombre des cas de poliomyélite paralytique est-il malgré tout relativement restreint ? L'explication réside dans les anticorps neutralisants que l'on a trouvés non seulement chez les convalescents de la maladie (A. Netter et C. Levaditi, 1910), mais aussi chez presque tous les individus normaux d… Lire la suite
RATE

Écrit par :  Jean-Didier RAIN

… aspléniques. Le niveau d'immunoglobulines M est diminué pendant 2 à 4 ans après splénectomie. L'*immunité cellulaire est peu modifiée chez les sujets aspléniques. La production de lymphocytes est la seule forme d'hématopoïèse qui persiste dans la rate après la naissance. Lymphocytes et plasmocytes sont produits dans la pulpe… Lire la suite
RÉACTIONS CROISÉES, immunologie

Écrit par :  Jacques BEJOT

… *Réactions immunologiques positives entre les antigènes A et les anticorps anti-B, et inversement entre les antigènes B et anticorps anti-A de deux complexes antigéniques A et B. De telles réactions ne sont pas exceptionnelles, malgré la spécificité de l'union antigène-anticorps. Les premières réactions croisées observées concernent des bactéries d'… Lire la suite
RÉPONSE IMMUNITAIRE

Écrit par :  Laurent DEGOS

… *Les défenses immunologiques ont pour objectif de rejeter spécifiquement tout élément étranger à l'organisme. À cet effet, il faut capter l'information, reconnaître ce qui est propre à l'étranger, transmettre cette information aux agents défensifs en activant des effecteurs spécifiques qui vont détruire les particules étrangères. Toutes ces étapes… Lire la suite
SANG - Composition et propriétés

Écrit par :  Alain COSSONJacques ROUFFY

Dans le chapitre "Le système de défense immunitaire"  : …  *Le sang est la voie la plus facile pour étudier le système de défense immunitaire. Il existe schématiquement deux types d'immunité. L'immunité humorale est liée à la synthèse d'anticorps dirigés contre l'antigène. Les anticorps sont des immunoglobulines dont il existe trois types principaux : IgG, IgA, IgM, sécrétés par des cellules… Lire la suite
SANTÉ - Santé et maladies

Écrit par :  Jean-Yves NAUHenri PÉQUIGNOT

Dans le chapitre "Causes internes"  : …  *La maladie nécessite toujours une complicité de l'organisme. Cette complicité se marque dans le fait que, sous l'influence d'un microbe, seuls tombent malades les espèces ou les individus qui n'ont vis-à-vis de ce germe ni une immunité ni une indifférence naturelles. Le tube digestif abrite des germes nombreux (colibacille par exemple), qui ne sont… Lire la suite
SIDA (syndrome immuno-déficitaire acquis)

Écrit par :  François BRICAIREPatrice PINELLYves SOUTEYRAND

Dans le chapitre "Physiopathologie"  : …  qui se multiplie de façon permanente en divers endroits, dont les ganglions, et les moyens de *défense de l'homme, c'est-à-dire son système immunitaire. Cette multiplication virale peut être immense (jusqu'à 1 milliard de nouvelles particules produites par jour) ; elle est en tout cas toujours effective, plus ou moins rapide selon les… Lire la suite
SOI ET NON-SOI, immunologie

Écrit par :  Pierre SONIGO

…  Louis Pasteur, deux notions avaient frappé les esprits au début du xxe siècle. *La première est la notion de spécificité prophylactique : le vaccin contre la variole protège de la variole, le vaccin contre la rage protège de la rage, etc. La seconde est celle de l'apprentissage ou de la mémoire : pour reconnaître les microbes et… Lire la suite
STRESS

Écrit par :  Robert DANTZER

Dans le chapitre "Les effets du stress sur le système immunitaire"  : …  Un* secteur de recherches qui a connu un développement important au cours de la dernière décennie est la psychoneuro-immunologie ou l'étude des relations entre le cerveau et le système immunitaire. De nombreuses études menées sur des animaux de laboratoire exposés à divers types de stress montrent que les réponses immunes sont très sensibles aux… Lire la suite
SUSUMU TONEGAWA : NAISSANCE DE L'IMMUNOLOGIE MOLÉCULAIRE

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

  *Susumu Tonegawa est né à Nagoya, Japon, en 1939. Après des études de chimie à Kyōto, il réalise son travail de thèse à San Diego, en Californie, sur le bactériophage lambda. En 1971, il rejoint l'Institut d'immunologie de Bâle et s'attaque au problème alors incompris de la diversité des récepteurs d'antigènes au sein du… Lire la suite
THÉRAPEUTIQUE - Immunorégulation

Écrit par :  Didier FRADELIZI

…  avec déviation de la réponse anticorps vers la production des immunoglobulines IgE, ou l'auto-*immunité, qui est le processus au cours duquel la réponse immunitaire se retourne contre les propres antigènes du « soi », entraînant de multiples pathologies : diabète, polyarthrite, thyroïdite, lupus, myasthénie, etc. La seconde raison tient au… Lire la suite
TOXOPLASMOSE

Écrit par :  Georges DESMONTS

Dans le chapitre "Les étapes de l'infection toxoplasmique et l'immunité contre le parasite"  : …  *La plupart des toxoplasmoses restent inapparentes, ce qui représente un exemple d'équilibre parfait entre la virulence d'un micro-organisme et l'immunisation de l'hôte qui l'héberge. Tout d'abord, les toxoplasmes peuvent se multiplier dans les cellules de tous les organes ; c'est ce qui se passe au stade initial de l'infection, le stade aigu de… Lire la suite
VACCINATION

Écrit par :  Chantal GUÉNIOT

Dans le chapitre "Origines empiriques de la vaccination"  : …  Les hommes ont découvert l'existence des phénomènes *d'immunité bien avant d'entrevoir la complexité de leurs mécanismes biologiques et, très vite, certains ont compris quel profit ils pouvaient tirer de cette réaction naturelle de défense de l'organisme contre les agents infectieux. Dès le Moyen Âge, en Europe, et, probablement, bien avant en Asie… Lire la suite

Afficher la liste complète (33 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média