BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CHIRAC JACQUES (1932-    )

Avant d’occuper la fonction de président de la République de 1995 à 2007, Jacques Chirac a eu une carrière politique bien remplie.

Fils d'un dirigeant de société aéronautique, il est né à Paris en 1932, mais ses racines sont corréziennes par son grand-père instituteur. C'est en Corrèze qu'il passe la guerre, et c'est là qu’il débutera en politique.

Diplômé de l'Institut d'études politiques et de la Summer School de Harvard, il envisage une carrière militaire après avoir accompli son service militaire en Algérie comme lieutenant. « La période la plus passionnante de mon existence », expliquera-t-il plus tard. Mais il préfère quand même entrer à l'École nationale d'administration, où il avait été admis avant son départ en Algérie.

1.  Une carrière exemplaire

Entré en 1959 à la Cour des comptes, il s'intéresse très vite à la politique et rejoint le cabinet de Georges Pompidou, alors Premier ministre, dès 1962. Son efficacité le fait remarquer par le Premier ministre qui l'appelle « mon bull-dozer ». Conseiller référendaire à la Cour des comptes en 1965, il affronte le corps électoral en 1967 avec les « jeunes loups » pompidoliens qui se lancent à l'assaut du Massif central. Élu de la Corrèze, dans l'ancien fief d'Henri Queuille, il ne siège que deux mois à l'Assemblée nationale, car commence pour lui, à trente-cinq ans, une longue carrière ministérielle.

Successivement secrétaire d'État aux Affaires sociales chargé de l'Emploi (1967-1968), secrétaire d'État à l'Économie et aux Finances (1968-1971), ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement (1971-1972), ministre de l'Agriculture et du développement rural (1972-1974), il est, à la mort de Georges Pompidou, ministre de l'Intérieur. Il s'oppose alors à la candidature de Jacques Chaban-Delmas avec quarante-trois parlementaires gaullistes et favorise l'élection de Valéry Giscard d'Estaing.

Nommé Premier ministre au début du nouveau septennat, il ne tarde pas à prendre le contrôle de l'U.D.R., dont il de [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

 

Pour citer cet article

Christian SAUVAGE,  E.U., « CHIRAC JACQUES (1932-    )  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-chirac/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« CHIRAC JACQUES (1932- ) » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

Écrit par :  Anne-Marie LE GLOANNEC

Dans le chapitre "La difficile coopération franco-allemande"  : …  La coopération franco-allemande n'en est pas moins difficile et connaît une certaine morosité. Autant le président français Jacques Chirac que le chancelier Gerhard Schröder en sont responsables à leur arrivée au pouvoir. En effet, ce dernier affiche d'abord son inclination pour le Labour Party britannique et la social-démocratie nordique… Lire la suite
BALLADUR ÉDOUARD (1929-    )

Écrit par :  Bruno DIVEUniversalis

C'est à cette époque qu'il fait la connaissance de Jacques Chirac qui passera, lui, rapidement de l'ombre à la lumière, du cabinet de Matignon au gouvernement, où son premier poste est celui de secrétaire d'État... aux Affaires sociales. Dans la tempête de Mai-68, les deux hommes feront partie de la… Lire la suite
CHARTE DE L'ENVIRONNEMENT

Écrit par :  Thierry LIBAERT

Dans le chapitre "Origine et élaboration de cette loi "  : …  Seul, toutefois, le projet de charte, soutenu par Jacques Chirac, a suscité un écho significatif au-delà d'un cercle réduit de spécialistes. Lancée à Orléans, le 3 mai 2001, l'idée devait être reprise et précisée en mars de l'année suivante dans un discours prononcé à Avranches lors de la campagne pour l'élection… Lire la suite
CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

Écrit par :  Pierre BRÉCHON

Dans le chapitre "Les réformes du président"  : …  de force centrale à l'intérieur de la majorité. Pourtant, le nouveau président choisit Jacques Chirac comme Premier ministre. Ce n'est en fait pas une vraie surprise étant donnée l'attitude que celui-ci avait adoptée pendant la campagne électorale. Peut-être plus marquant est le départ du gouvernement de presque tous les barons du gaullisme. Il n'… Lire la suite
CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

Écrit par :  Pierre BRÉCHON

Dans le chapitre "Deux ans de cohabitation mouvementée"  : …  François Mitterrand choisit comme Premier ministre Jacques Chirac, leader du principal parti de la nouvelle majorité parlementaire. Ce dernier forme un gouvernement dans lequel son ami et proche conseiller Édouard Balladur occupe une place éminente : il est ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de la… Lire la suite
CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

Écrit par :  Pierre BRÉCHON

Les douze années de présidence de Jacques Chirac (1995-2007) ont été marquées sur le plan institutionnel par le raccourcissement du mandat présidentiel à cinq ans, l'inversion du calendrier électoral et le rejet du traité constitutionnel européen. Sur le plan politique, on a assisté à la… Lire la suite
ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

Écrit par :  Yves FRÉMIONBruno VILLALBA

Dans le chapitre "Un projet politique à reformuler"  : …  les crédits pour les transports collectifs... Par ailleurs, la droite se dote progressivement d'un discours « écologiste ». Jacques Chirac contribue à vulgariser auprès du grand public le concept de développement durable et tente d'en faire un thème central des rapports internationaux. L'idée commune selon laquelle l'écologie ne serait pas une… Lire la suite
FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui

Écrit par :  Serge BERSTEIN

Dans le chapitre "Les répercussions de la crise"  : …  crises pétrolières comme par l'absence d'une majorité fidèle, puisque l'essentiel en est constitué par les gaullistes du R.P.R. qui suivent Jacques Chirac, devenu le rival du président après avoir été son Premier ministre de 1974 à 1976. Cette division de la droite permet l'élection à l'Élysée en 1981 du socialiste François Mitterrand, appuyé… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2011

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "Des « affaires » au cœur de la vie politique"  : …  La quatrième affaire concerne l'ancien président de la République Jacques Chirac, renvoyé en correctionnelle dans le dossier des emplois fictifs de chargés de mission de la Ville de Paris. Alors que le parquet avait demandé la relaxe, l'ancien maire de Paris est condamné le 15 décembre 2011 à deux ans… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2010

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "Une vie politique marquée par les affaires"  : …  Quant à Jacques Chirac, malgré la transaction conclue avec la Mairie de Paris, il devrait être renvoyé en correctionnelle dans l'affaire des emplois fictifs des chargés de mission de la Ville de Paris et jugé en 2011. Si d'autres affaires locales défrayent également la chronique – notamment le soupçon d'un système de corruption mis en place par le… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2006

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "La droite entre hégémonie et division"  : …  Le président de la République, âgé de soixante-quatorze ans, a semblé, en 2006, avoir surmonté l'accident de santé qu'il avait connu à la fin de l'été de 2005 et il s'est montré très présent sur les dossiers internationaux ; pour autant, sa candidature à un troisième mandat paraissait douteuse à la plupart des analystes. Il a certes, notamment pour… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2005

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "Les rivalités au sein de la droite"  : …  Alors que le président de la République, âgé de soixante-treize ans, paraît à beaucoup affaibli, tant par les résultats du référendum et le sentiment donné d'une moindre réactivité aux événements que par l'accident de santé dont il a été victime le 2 septembre 2005, et qu'il semble désormais établi, malgré des vœux aux Français pour 2006 plus… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2004

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "Un gouvernement malmené"  : …  culminant à 72 p. 100 en mai 2004 pour atteindre encore 70 p. 100 en décembre. Envers le président de la République, ce même taux dépasse également le plus souvent 60 p. 100 au cours de l'année 2004 (65 p. 100 en mai), démentant l'idée courante que, sous la Ve République, l'impopularité du chef de gouvernement polarise les… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2002

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "Des élections législatives sans ambiguïtés"  : …  élections législatives paraissaient incertaines ; après, elles semblèrent prévisibles. Sans doute Jacques Chirac n'avait-il pas été réélu sur un programme ni sur la base d'une forte adhésion dès le premier tour, mais la dynamique de la victoire, la stature acquise par le combat au nom de la République, le retrait de la vie… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2001

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "La difficile union de l'opposition"  : …  Au cours de l'année 2001, la droite a été rassérénée par un certain piétinement de la gauche, mais surtout par la situation personnelle de Jacques Chirac. Conforté par la décision de la Cour de cassation qui affirme son immunité pénale et par l'absence d'aboutissement de la démarche du député P.S. Arnaud Montebourg visant à… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2000

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "La gangrène des affaires"  : …  la vie politique. Elles ont conduit à mettre en cause des personnalités des deux camps. Le nom du président de la République, en premier lieu, a été cité dans des affaires liées au financement du R.P.R. et à sa gestion passée comme maire de Paris, notamment à la suite du témoignage posthume de Jean-Claude Méry publié en septembre 2000 par… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 1998

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "L'impossible union de la droite"  : …  C'est dans ce contexte de relative confusion, peu propice à l'émergence d'une personnalité consensuelle et capable, par son charisme, de mettre un terme aux divisions, qu'il faut comprendre le jeu politique de Jacques Chirac. Soucieux d'effacer le souvenir des élections législatives de mai 1997, le président entend profiter… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 1997

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "L'affaiblissement élyséen"  : …  cinq ans, du pouvoir qu'elle exerçait sans partage depuis quatre années. Elle a perdu son chef en même temps que sa majorité. Certes, le président de la République doit exercer son mandat jusqu'en 2002. Mais il apparaît comme le principal instigateur de la déroute de son camp et ses prérogatives tant politiques qu'institutionnelles sont diminuées… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 1996

Écrit par :  Serge SUR

Dans le chapitre "Le gouvernement Juppé continue"  : …  La solidarité affichée du président de la République avec son Premier ministre ne guérit pas la mélancolie parlementaire, qui est surtout celle de la majorité. Quant aux partis, ils s'installent dans une position d'attente, celle de la préparation des futures échéances électorales. Les syndicats s'efforcent, pour leur part, en revenant à leurs… Lire la suite
GAULLISME

Écrit par :  Serge BERSTEIN

Dans le chapitre "Post-gaullisme ou néo-gaullisme ?"  : …  La nomination de Jacques Chirac comme Premier ministre en mai 1974, sa prise d'assaut de l'U.D.R. malgré la résistance des « barons » en décembre, puis la mise à l'écart de ceux-ci, constituent clairement le gaullisme, selon la voie pompidolienne, en composante d'une droite dont elle est le centre de gravité. La rupture entre Valéry Giscard d'… Lire la suite
GISCARD D'ESTAING VALÉRY (1926-    )

Écrit par :  UniversalisGérard PONTHIEU

Dans le chapitre "Un destin présidentiel"  : …  p. 100 à Jacques Chaban-Delmas ; au second tour, il l'emporte avec 50,8 p. 100 des suffrages exprimés contre 49,2 p. 100 à François Mitterrand. Sa présidence s'ouvre avec un gouvernement dirigé par Jacques Chirac (1974-1976) et au sein duquel on retrouve à l'Intérieur Michel Poniatowski, qui fut longtemps secrétaire du groupe des Républicains… Lire la suite
JUILLET PIERRE (1921-1999)

Écrit par :  Bruno DIVE

duo de conseillers, formé par Édouard Balladur et Michel Jobert. Il obtient du chef de l'État, en 1972, le renvoi de Jacques Chaban-Delmas, que Mme Garaud et lui-même vouent aux gémonies, et il veille à la carrière d'un jeune ministre nommé Jacques Chirac… Lire la suite
JUPPÉ ALAIN (1945-    )

Écrit par :  Thomas FERENCZI

Dans le chapitre "Dans les pas de Jacques Chirac"  : …  Alain Juppé sera d'abord l'« économiste de Chirac ». Lorsqu'il est appelé au cabinet du Premier ministre, en 1976, avant de suivre celui-ci, quelques mois plus tard, dans l'appareil dirigeant du R.P.R., c'est en sa qualité de spécialiste des affaires économiques ; et quand, en 1980, il rejoint la haute administration de la Ville de… Lire la suite
NATIONALISATION

Écrit par :  Jean-Claude BONICHOTUniversalis

Dans le chapitre "La gestion du secteur public"  : …  législatives de mars 1986, qui ont conduit au pouvoir le gouvernement dirigé par Jacques Chirac, l'état du secteur nationalisé a été modifié par la loi du 2 juillet 1986, qui a prévu que soit transférée au secteur privé la propriété des participations majoritaires détenues directement ou indirectement par l'État dans… Lire la suite
P.S. (Parti socialiste), France

Écrit par :  UniversalisFrédéric SAWICKI

Dans le chapitre "Le temps des fiefs et des clans (1988-1995)"  : …  en dotant le P.S. d'un chef reconnu. Mais cette phase est à peine entamée lorsque Chirac, à la surprise générale, annonce la dissolution de l'Assemblée nationale un an avant le terme de la législature. Soucieux de corriger les errements du second septennat de Mitterrand, vis-à-vis duquel Jospin réclame un « droit d'inventaire », le P.S. adopte d'… Lire la suite
QUAI BRANLY MUSÉE DU, Paris

Écrit par :  Julien GUILHEMBarthélémy JOBERT

océaniens (M.A.A.O.). L'aspect vieillissant de ces deux institutions ainsi que l'engouement pour les arts dits primitifs poussèrent le chef de l'État, Jacques Chirac, conseillé sur ces questions par son ami le collectionneur Jacques Kerchache (1942-2001), à retenir, en 1996, ce grand projet culturel pour marquer sa présidence : la construction… Lire la suite
RAFFARIN JEAN-PIERRE (1948-    )

Écrit par :  Delphine DULONG

En cela, il manifeste notamment sa fidélité à Jacques Chirac, qu'il soutient envers et contre tous depuis que ce dernier s'est réconcilié avec Valéry Giscard d'Estaing au détriment d'Édouard Balladur lors de l'élection présidentielle de 1995. En 1999, avec Michel Barnier (un condisciple de l'E.S.C.P… Lire la suite
SARKOZY NICOLAS (1955-    )

Écrit par :  Bruno DIVEUniversalis

Président de la République française de 2007 à 2012. Quand il succède au président de la République Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy ne cache pas une certaine admiration pour l'ancien chef du Rassemblement pour la République (RPR), auquel il se compare volontiers. Tous les deux parvenus au sommet de l'État, les deux hommes ont en effet… Lire la suite
SÉGUIN PHILIPPE (1943-2010)

Écrit par :  Bruno DIVEUniversalis

Le maire de Paris, Jacques Chirac, trouvera en lui l'un de ses plus précieux alliés et l'un de ses principaux inspirateurs pour la campagne présidentielle de 1995. Pourtant, les relations entre les deux hommes n'ont jamais été simples. Philippe Séguin souffre depuis toujours de ce qu'il estime être un manque de… Lire la suite
U.M.P. (Union pour un mouvement populaire)

Écrit par :  Pierre BRÉCHONUniversalis

à condition de le contrôler ! C'est à la faveur de l'élection présidentielle de 2002 que Jacques Chirac, en position de force après le premier tour de l'élection présidentielle, imposa à son camp la naissance de cette union de la droite, destinée à être aussi un parti au service du président sortant et de la mise en orbite de son successeur. Avant… Lire la suite
VILLEPIN DOMINIQUE DE (1953-    )

Écrit par :  Josseline ABONNEAUUniversalis

de Villepin doit sa fulgurante carrière politique à sa relation de confiance avec Jacques Chirac dont il a partagé toutes les décisions à partir de 1995. Nommé Premier ministre, le 31 mai 2005, le surlendemain de l'échec du référendum sur le traité constitutionnel, il a été le troisième chef de gouvernement de la V… Lire la suite

Afficher la liste complète (31 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.