BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ALPHABET

Tout alphabet est une collection de signes graphiques qui correspondent à autant de sons vocaux dans une langue ou dans un groupe de langues donné ; la lettre, ou caractère, représente l'unité ultime dont se composent les phonèmes. Encore que l'histoire constate la transformation ou la disparition progressive de certaines lettres ainsi que la captation et l'adaptation entre alphabets, on peut considérer chaque collection comme close. Compte tenu des articulations (mots et phonèmes), c'est donc la combinatoire des quelques dizaines de lettres d'un alphabet qui permet l'expression écrite et parlée et la prolifération illimitée de cette expression dans le tissu quotidien des échanges sociaux comme dans la création et la conservation de la culture.

Entre les langues qui usent d'un même alphabet, on relève des variantes souvent considérables dans la prononciation d'une même lettre (en français, en anglais, en italien et en espagnol) ou d'un groupe de lettres (ch en français, en italien, en espagnol, en allemand).

Des variantes existent aussi bien au sein d'une langue (ch en allemand, dans Ich et Buch) ; à quoi s'ajoutent les accentuations et les particularités des prononciations régionales. Et l'on sait que, selon la formule populaire qui, en fait, entérine en la déplorant l'existence de l'orthographe, les mots ne s'écrivent pas tous comme ils se prononcent. Cela parce que chaque langue est conditionnée par ses sources, son passé et ses règles ou habitudes scripturales, mais aussi parce que l'équipement alphabétique dont elle dispose se limite précisément à une collection close.

Peu nombreux sont les alphabets en regard du nombre de langues mortes et vivantes qui les mettent en œuvre ; et, par l'expansion de quelques-uns d'entre eux, on peut définir de vastes aires et de longues périodes de civilisation (le grec et le romain, le sanskrit, l'arabe, par exemple).

C'est par la lente élaboration, dans laquelle les faits économiques ont sans doute joué un rôle capital, que l'humanité s'est orientée vers l'ab […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  5 pages…

 

Pour citer cet article

Gilbert LAFFORGUE, Universalis, « ALPHABET  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphabet/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« ALPHABET » est également traité dans :

AŚOKA ou AÇOKA (~IIIe s.)

Écrit par :  Marie-Simone RENOU

Dans le chapitre "La découverte des Inscriptions"  : …  quand un fonctionnaire de l'administration civile de Bénarès, James Prinsep, découvrira la clé d'un *alphabet jusque-là mystérieux. Car ce texte n'était rédigé ni en pāli ni en sanskrit, mais en māgadhī, langue prakrite de type oriental, sans doute apparentée à l'idiome de la chancellerie impériale de Pātaliputra et qui devait d'ailleurs être… Lire la suite
BRAILLE

Écrit par :  Françoise MAGNA

Dans le chapitre "Création du système braille"  : …  se retrouve dans le système qu'il conçoit ultérieurement et dont s'inspirera Louis Braille. *Charles Barbier dispose les 25 lettres de l'alphabet français (la lettre w n'existait alors pas en français) en cinq colonnes de cinq lignes chacune, et fait de même avec les 36 sons, répartis en six colonnes de six lignes chacune. Chaque son peut… Lire la suite
BRULY BOUABRÉ FRÉDÉRIC (vers 1923-2014)

Écrit par :  André MAGNIN

…  au Sénégal et en Côte-d'Ivoire avant de devenir fonctionnaire de l'administration coloniale. *Ayant fait la connaissance du savant et naturaliste français Théodore Monod, Bruly Bouabré lui présente l'alphabet ivoirien dont il est le « découvreur » par une lecture personnelle des petits cailloux de Békora. Dans ce village situé près de… Lire la suite
CORÉE - Littérature

Écrit par :  Ogg LIMarc ORANGEMartine PROST

Dans le chapitre "L'invention de l'alphabet coréen et la poésie"  : …  continuaient d'être imprimées selon l'ancienne méthode xylographique. En revanche, l'invention de *l'alphabet coréen, en 1443, que l'on attribue au roi Sejong (règne : 1418-1450), marqua le début d'un renouveau de la littérature coréenne. Le premier essai en han'gŭl, nom donné à ce nouveau système d'écriture phonétique, fut tenté, sur l'… Lire la suite
DYSLEXIES DÉVELOPPEMENTALES : LES DIMENSIONS VISUELLES ET ATTENTIONNELLES

Écrit par :  Sylviane VALDOIS

…  des troubles était alors clairement visuelle, mais reposait essentiellement sur l’observation de *confusions entre lettres proches (b/d, u/n) et d’inversion de lettres dans les mots (calque/claque) sans identification des mécanismes visuels impliqués. L’hypothèse visuelle a connu un regain d’intérêt… Lire la suite
ÉCRITURE

Écrit par :  Jean-Pierre BALPEAnne-Marie CHRISTIN

… à ses sources idéographiques, que nous offre l'ordinateur ? Plus que l'écrit, à la vérité, c'est l'*alphabet et ses contraintes, auxquelles nous nous sommes habitués comme si elles étaient inévitables, que l'ordinateur met en question – et cela, au profit de l'écriture même.  Le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens, que Champollion… Lire la suite
ÉCRITURE (notions de base)

Écrit par :  Universalis

Dans le chapitre "Les grands systèmes d’écritures alphabétiques"  : …  L’*invention de l’alphabet se fonde sur la décomposition d’une langue en « phonèmes » (la plus petite unité isolable du langage) représentés par un nombre limité de signes graphiques. Cette invention se produit au Proche-Orient, à partir du IIe millénaire avant J.-C., dans la région de Syrie-Palestine. L’efficacité du nouveau système en… Lire la suite
LA GALAXIE GUTENBERG, livre de Marshall McLuhan

Écrit par :  Éric LETONTURIER

Dans le chapitre "La « loi des trois états » du médium"  : …  et à traduire les opérations des autres facultés selon les schèmes propres à cette dernière. *L'adoption de l'alphabet phonétique marque une première rupture avec la fonction monopolistique que ce sens prend chez l'homo loquens, en invitant, par la transformation des sons en symboles, à une analyse qui privilégie l'espace et la… Lire la suite
INDE (Arts et culture) - Les sciences

Écrit par :  Francis ZIMMERMANN

Dans le chapitre "L'œuvre d'Āryabhaṭa"  : …  astronomiques importants au moyen d'une notation numérique en puissances de cent à l'aide de l'*alphabet sanskrit, très originale, mais restée sans suite en Inde. Les 25 consonnes occlusives dans l'ordre alphabétique traditionnel valent de 1 à 25, soit : ka = 1, kha = 2, ga = 3, gha = 4, ṅa = 5, etc… Lire la suite
INDEXATION

Écrit par :  Douglas J. FOSKETTJacques MANIEZ

Dans le chapitre "L'indexation alphabétique matières"  : …  correspondant à chaque terme, de même qu'un dictionnaire donne une définition pour chaque mot. *L'alphabet ne constitue pas un système permettant d'organiser les concepts en une structure logique, il permet seulement de ranger les mots et les lettres selon un ordre de succession, une série. Les lettres de l'alphabet sont des signes et non des… Lire la suite
MÉSOPOTAMIE - L'écriture cunéiforme

Écrit par :  Daniel ARNAUD

Dans le chapitre "La fin de l'écriture cunéiforme"  : …  L'*alphabet consonantique, inventé au milieu du IIe millénaire, fut utilisé en Canaan et à Ugarit, mais il resta cantonné dans des travaux d'intérêt local. Il ne devint pas un véritable rival de la prestigieuse écriture cunéiforme ; rien n'indique une évolution, même lente, en ce sens. Le reflux vint d'ailleurs. Vers − 1190, toute la… Lire la suite
MESROP saint (360 env.-440)

Écrit par :  Universalis

… Moine, théologien et *linguiste inventeur de l'alphabet arménien, Mesrop Machtots (ou Mesrob Machtotz) est né vers 360 à Hatsik (ou Hatsekats), près de Taron, en Arménie (auj. Mus en Turquie), et mort le 17 février 440 à Vagharshapat (auj. Etchmiadzine). Après des études dans les lettres et langues classiques sous la direction du patriarche Nersès I… Lire la suite
MORPHOLOGIE (psycholinguistique)

Écrit par :  Séverine CASALISPascale COLÉ

Dans le chapitre "Le rôle des informations morphologiques en écriture"  : …  l’importance de la morphologie dans l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe. Au-delà du *principe alphabétique, les morphèmes représentent en effet des « îlots de régularité » associant forme et signification. Ces unités, dont le format est plus petit que le mot mais plus grand que la lettre, jouent un rôle important lorsque l’enfant a… Lire la suite
PALÉOGRAPHIE

Écrit par :  Robert MARICHAL

Dans le chapitre "En Grèce antique"  : …  l'usage de l'écriture. À la fin du xe siècle, ils ont adapté à leur langue l'*alphabet consonantique phénicien. L'écriture n'est pas unifiée : on distingue, d'après la présence ou l'absence des signes complémentaires Φ, X et Ψ ajoutés aux 22 lettres phéniciennes, trois grands groupes : les alphabets archaïques (Théra… Lire la suite
SIGLE & ACRONYME

Écrit par :  Louis-Jean CALVET

… *On appelle sigle la forme d'abrègement qui consiste à prendre la première lettre de chacun (ou de certains) des mots d'un groupe : ainsi P.M.U. à partir de Pari mutuel urbain, S.N.C.F. à partir de Société nationale des chemins de fer français, ou F.B.I. à partir de Federal Bureau of Investigation. On distingue le sigle au sens propre de l'acronyme… Lire la suite
TRANSCRIPTIONS ET TRANSLITTÉRATIONS

Écrit par :  Denis AUTESSERREFrance AUTESSERRE

… la translittération, d'extension plus limitée, est l'opération par laquelle on passe d'un *alphabet utilisé pour l'écriture d'une langue à un autre alphabet (par exemple, pour le russe, la translittération des caractères cyrilliques en caractères latins).  Pour transcrire des réalisations phoniques, diverses tentatives ont été faites… Lire la suite
TURCO-MONGOLES LANGUES ET LITTÉRATURES

Écrit par :  Louis HAMBIS

Dans le chapitre "Le turc et le mongol, langues écrites"  : …  du Talas et des régions avoisinantes (Türk occidentaux). Ces textes sont écrits à l'aide d'un *alphabet de 37 caractères, sans compter quelques-uns employés pour transcrire les syllabes ök = ükop = upot = otutič = iǰ, soit un total de 41 caractères qui… Lire la suite
WARBURTON WILLIAM (1698-1779)

Écrit par :  Bernard VALADE

… *Ordonné prêtre de l'Église anglicane en 1727, vicaire pendant dix-huit ans de la paroisse de Brant-Broughton (Lincolnshire) près de Newark, où il naquit, Warburton s'est d'abord trouvé impliqué dans la controverse qui suivit la publication de La Dunciade, commencée en 1728, en raison des relations qu'il entretint avec M. Concaven et L.… Lire la suite

Afficher la liste complète (18 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.