Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

4-23 novembre 1990

France. Déblocage de crédits pour les lycéens

  • Article mis en ligne le

Le 4, François Mitterrand adresse à la conférence nationale du Mouvement des jeunes socialistes, réunie à Istres (Bouches-du-Rhône), un message invitant « quiconque exerce des responsabilités » à être attentif aux attentes des jeunes « qui doivent être entendus ». Cette demande intervient à la veille d'une semaine où va reprendre l'agitation lycéenne entamée en octobre, puis interrompue par les vacances de la Toussaint. Ce mouvement lycéen exprime surtout l'exaspération d'une jeunesse essentiellement banlieusarde et provinciale devant l'insécurité et l'insuffisance de moyens dont souffre l'éducation nationale, voire l'angoisse de déboucher désarmé sur le marché du travail.

Le 5, le jour même où les députés discutent au Palais-Bourbon le budget 1991 de l'éducation nationale, environ cent mille lycéens manifestent dans les grandes villes, à Paris et en Province. Dans la capitale, ils sont environ vingt mille à défiler, mais les consignes de modération données aux forces de l'ordre sont mises à profit par des « casseurs » qui brisent quelques vitrines et brûlent un kiosque à journaux.

Du 6 au 9, les manifestations se renouvellent quotidiennement en s'amplifiant dans les villes moyennes. Les deux coordinations qui se partagent la direction du mouvement, la Fédération indépendante et démocratique lycéenne, proche de S.O.S.-Racisme, et celle qui regroupe les Jeunesses communistes, les trotskistes et le courant Socialisme et République du P.S., s'accordent pour organiser une grande démonstration de masse, le 12, à laquelle acceptent de se joindre la F.E.N. et la plupart des organisations d'enseignants et de parents d'élèves.

Le 12, cent mille lycéens participent à Paris à une « marche nationale pour l'éducation », tandis que deux cent mille autres manifestent dans les villes de province. Mais, à Paris, des magasins sont pillés, et des heurts violents se produisent avec les forces de l'ordre barrant les ponts sur la Seine. Une centaine de policiers sont blessés, une centaine de voitures détruites ou endommagées, quatre-vingt-onze interpellations opérées. Le président de la République reçoit à l'Élysée une délégation de lycéens, tandis que Lionel Jospin, qui assure l'intérim du Premier ministre parti pour le Japon, annonce un « plan d'urgence » en faveur des lycées.

Le 14, le gouvernement décide que 4,5 milliards de francs seront débloqués pour financer le plan d'urgence pour les lycées, tandis que, le 15 et le 16, des négociations s'engagent entre le ministre de l'Éducation nationale et les coordinations lycéennes sur la répartition de ces crédits ainsi que sur les moyens d'accélérer l'aménagement des locaux et d'élargir les droits des élèves dans leurs établissements. Les jours suivants, les propositions concrètes du gouvernement, les craintes de nouvelles violences et la méfiance vis-à-vis d'une politisation croissante du mouvement ont raison de l'agitation spontanée : les tentatives pour organiser de nouvelles manifestations sont des échecs.

Le 23, le Conseil national des programmes remet ses propositions à Lionel Jospin pour la réforme des lycées qui doit être décidée avant six mois. Son rapport propose d'importants changements dans l'organisation pédagogique et le contenu des programmes des classes de seconde, première et terminale. Lionel Jospin engage la concertation autour de ces propositions.

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

Événements précédents

  • 2-9 novembre 1990 France - Maroc. Crise dans les relations franco-marocaines

    Le 2, Michel Rocard adresse à Azzedine Laraki, Premier ministre marocain, un message où il réaffirme la volonté du gouvernement français de maintenir une étroite coopération avec Rabat. Il cherche ainsi à apaiser les inquiétudes marocaines causées par la publication en France d'un livre de Gilles Perrault,...

  • 31 octobre 1990 France. Projet de loi réformant le statut de la Corse

    Le Conseil des ministres approuve un projet de loi, présenté par Pierre Joxe, « portant statut de la collectivité territoriale de Corse ». Prévoyant une assemblée élue de cinquante et un membres désignant elle-même un exécutif de sept personnes, ce projet instaure donc des institutions spécifiques, inspirées...

  • 30 octobre 1990 France. Retour de Framatome dans le secteur public

    Les pouvoirs publics et la Compagnie générale d'électricité (C.G.E.) finissent par s'entendre à propos de Framatome : la C.G.E., qui, en reprenant à la fin de mars les 12 p. 100 détenus par Dumez dans le capital de Framatome, était devenue majoritaire (52 p. 100), cède 7 p. 100 de ses actions au Commissariat...

  • 26-29 octobre 1990 U.R.S.S. - Espagne - France. Tournée européenne de Mikhaïl Gorbatchev

    Le 26, Mikhaïl Gorbatchev entame, à Madrid, une visite de trois jours en Espagne. Il s'entretient à plusieurs reprises avec le Premier ministre Felipe González. Le président soviétique obtient 1,5 milliard de dollars (7,5 milliards de francs) de crédit pour acheter à l'Espagne les produits de première...

  • 22-23 octobre 1990 France. Prise de contrôle de La Cinq par Hachette

    Le 22, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (C.S.A.) auditionne Jean-Luc Lagardère, P.-D.G. du groupe Hachette, qui propose de devenir, avec 25 p. 100 du capital, l'opérateur de La Cinq. La restructuration de cette chaîne de télévision privée a été rendue nécessaire par le désengagement de Robert Hersant,...

  • 15-26 octobre 1990 France. Manifestations de lycéens

    Le 15, un millier de lycéens venus de plusieurs établissements de la banlieue parisienne manifestent devant le ministère de l'Éducation nationale afin de dénoncer les actes de violence (racket, agressions, même viols) qui tendent à se banaliser en milieu scolaire. Les jours suivants, le mécontentement...

  • 12-30 octobre 1990 France. Le climat politique alourdi par des « affaires »

    Le 12, l'inspecteur Antoine Gaudino, en poste à la police judiciaire de Marseille, est suspendu de ses fonctions pour « manquements graves à l'obligation de réserve » et « violation du secret de l'instruction ». Dans un livre intitulé Enquête impossible, le policier relance l'affaire...

  • 6-14 octobre 1990 France. Scènes d'émeutes à Vaulx-en-Velin

    Le 6, la mort d'un jeune passager handicapé, circulant à motocyclette, tué après un choc avec une voiture de police, provoque de violents incidents entre les forces de l'ordre et des centaines de jeunes du grand ensemble de la cité du Mas-du-Taureau à Vaulx-en-Velin (dans la banlieue de Lyon). Les scènes...

  • 3 octobre 1990 France. Opposition à la contribution sociale généralisée

    Le 3, le Conseil des ministres adopte le projet de contribution sociale généralisée (C.S.G.), présenté par Claude Evin, ministre de la Santé. Cette contribution, destinée à rééquilibrer les finances de la Sécurité sociale, doit alléger les prélèvements sur les salaires en sollicitant les revenus du capital,...

  • 3-30 octobre 1990 France - Irak. Libération des otages, mais fermeté à Paris

    Le 3, François Mitterrand s'envole pour une visite de trente-six heures dans la région du Golfe. Au cours de sa première étape, à Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, le président de la République s'entretient avec le cheikh Zayed, avec qui il réaffirme sa complète identité de vues....