3 octobre 1990

France. Opposition à la contribution sociale généralisée

Le 3, le Conseil des ministres adopte le projet de contribution sociale généralisée (C.S.G.), présenté par Claude Evin, ministre de la Santé. Cette contribution, destinée à rééquilibrer les finances de la Sécurité sociale, doit alléger les prélèvements sur les salaires en sollicitant les revenus du capital, ainsi que les retraites ou indemnités de chômage imposables. D'un taux de 1,1 p. 100, elle devrait rapporter 37,5 milliards de francs. Ce projet d'impôt nouveau suscite une levée de boucliers, tant à droite (R.P.R., U.D.F.) qu'à gauche (P.C.F.), ainsi que de la part des syndicats, à l'exception de la C.F.D.T.

— Universalis

Événements précédents