ZONE DE LIBRE-ÉCHANGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Différentes formes d'association entre États ont été tentées pour favoriser les échanges internationaux en réalisant, selon l'ambition des objectifs, soit une simple zone de libre-échange, soit une union douanière, soit une union économique. La zone de libre-échange, la moins contraignante des trois formules, consiste seulement à supprimer les droits de douane, c'est-à-dire toute restriction quantitative et tout obstacle tarifaire aux mouvements de marchandises entre les pays membres, ceux-ci conservant une entière liberté d'initiative dans la réglementation de leurs échanges avec les pays tiers et dans la fixation de leur propre politique économique et sociale.

Le meilleur exemple en a été fourni par le Royaume-Uni et ses principaux partenaires commerciaux européens, avec l'Association européenne de libre-échange (A.E.L.E. ou European Free Trade Association). Créée en 1959 à Stockholm, elle rassemblait des pays de l'O.E.C.E. qui ne voulaient pas accepter de participer à la Communauté économique européenne, alors en cours de création, sans pour autant rester confinés dans un isolement total. Trois de ses membres fondateurs devaient cependant la quitter pour rejoindre la C.E.E. (le Royaume-Uni et le Danemark en 1973, le Portugal en 1986), rejoints au sein de l'Union européenne en 1995 par l'Autriche, la Finande et la Suède.

Le fonctionnement de telles associations ne va pas sans difficultés. Par exemple, loin de simplifier les tâches des services de douane, la disparition de tous les droits de douane à l'intérieur de la zone oblige à renforcer les contrôles, l'absence d'un tarif extérieur commun pouvant entraîner des détournements de trafics et permettre de contourner la protection maintenue par chaque pays membre à l'égard des pays tiers. D'ailleurs, l'expérience a montré qu'il était illusoire d'attendre de telles associations les avantages de l'intégration économique — condition nécessaire d'un fonctionnement satisfaisant du libre-échange — sans en accepter les règles et les contraintes. Elles n'ont pas révélé non plus un caractère très mobilisateur tel que le voudrait la solidarité ressentie et désirée entre États voisins, ce que soulignent la désintégration de l'A.E.L.E. ou l'échec du grand dessein de zone atlantique imaginé par le président Kennedy en 1963, et qui n'a conduit qu'à des réductions tarifaires dans le cadre du G.A.T.T. L'exemple de l'A.E.L.E. montre que, en réalité, cette formule, dont les implications strictement politiques sont quasi nulles, convenait surtout à des pays désireux de protéger leur neutralité, tels l'Autriche ou la Suisse, ou bien à des pays cherchant à réaliser dans un second temps une union douanière ou économique plus complète.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ZONE DE LIBRE-ÉCHANGE  » est également traité dans :

ACEUM (Accord Canada - États-Unis - Mexique), anc. ALENA (Accord de libre-échange nord-américain)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 378 mots
  •  • 2 médias

Dénommé USMCA aux États-Unis (United States–Mexico–Canada Agreement), CUSMA au Canada (Canada–United States–Mexico Agreement) et T-MEC (Tratado entre México, Estados Unidos y Canadá), l'ACEUM remplace l'ALENA (Accord de libre-échange nord-américain), appelé NAFTA en anglais (North American Free Trade Agreement) et TLCAN en espagnol (Tratado de libre comercio de América del Norte). Cet accord a é […] Lire la suite

A.E.L.E. (Association européenne de libre-échange)

  • Écrit par 
  • Jacqueline DEMALDENT
  •  • 620 mots
  •  • 2 médias

C'est avec une certaine appréhension que la Grande-Bretagne assiste à l'élaboration (1955-1956) et à la signature (1957) des traités de Rome . Comme vis-à-vis de la Communauté européenne du charbon et de l'acier, elle observe au départ une attitude réservée. Les « pères » de la Communauté économique européenne ne font pas mystère du but final : une union politique. Une fois les dangers politiques […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Naissance de diplomaties autonomes »  : […] En 1982, la dictature militaire au pouvoir en Argentine cherche à reconquérir une légitimité contestée en envahissant les îles Malouines dont l'Argentine revendiquait la souveraineté depuis toujours. On connaît la réaction de Margaret Thatcher, qui envoya une véritable armada pour reconquérir ces îles inhospitalières. La plupart des pays européens et les États-Unis soutinrent la Grande-Bretagne […] Lire la suite

A.P.E.C. (Asia Pacific Economic Cooperation)

  • Écrit par 
  • Bertrand NEZEYS
  •  • 446 mots
  •  • 2 médias

La Coopération économique des pays d'Asie-Pacifique (CEAP, ou APEC, selon les initiales anglaises) a été fondée en 1989 et regroupait initialement quinze pays bordant l'océan Pacifique  : États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Japon, Corée du Sud, les pays de l'Association des nations du Sud-Est asiatique (ASEAN), Taiwan, Hong Kong et la Chine. Son objectif est de faire de la zone « un p […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une intégration régionale économique, mais pas politique  »  : […] Le schéma de « développement en vol d'oies sauvages » trouve un cadre diplomatique dans les relations internationales est-asiatiques. Après la reconduction en 1960 du traité de sécurité nippo-américain malgré les protestations de masse, le nouveau gouvernement japonais lance son « plan de doublement du revenu national » ainsi qu'une nouvelle politique envers les pays asiatiques, visant à amoindrir […] Lire la suite

CARICOM (Caribbean Community ou Communauté des Caraïbes) ou MARCHÉ COMMUN DES CARAÏBES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 109 mots
  •  • 1 média

La Communauté des Caraïbes (ou Marché commun des Caraïbes) est créée le 4 juillet 1973 à Chaguaramas (Trinité-et-Tobago), par un traité signé par la Barbade, le Guyana, la Jamaïque, Trinité-et-Tobago. Ce texte institue un marché commun entre les États membres, définit les instruments de l'intégration économique de la région, précise les bases des relations avec les autres États et les organisatio […] Lire la suite

CARIFTA (Caribbean Free Trade Association ou Association de libre-échange des Caraïbes)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 183 mots

Association commerciale formée entre douze pays du Commonwealth situés dans la zone des Caraïbes, nommée également Carifta (Caribbean Free Trade Association), créée en 1968 par les États d'Antigua, de la Barbade, de la Guyane et de Trinidad et Tobago, auxquels se sont joints, en 1971, la Dominique, Grenade, Belize, la Jamaïque, Montserrat, Saint Kitts-et-Nevis, Anguilla, Sainte-Lucie et Saint-Vinc […] Lire la suite

DOMINICAINE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  •  • 6 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'ouverture sur la Caraïbe »  : […] Haïti est désormais le troisième destinataire des exportations dominicaines (148 millions de dollars en 2006), juste après les États-Unis et Porto Rico. La présence en république Dominicaine de plus de 500 000 personnes d'origine haïtienne a créé un courant d'échanges grandissant entre les deux territoires. Il n'y a pas moins de deux liaisons quotidiennes par air et par terre entre les deux capita […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1994 : l'assainissement à mi-parcours

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 5 984 mots

Dans le chapitre « L'Amérique latine et l'intégration »  : […] L'ensemble des pays latino-américains a poursuivi en 1994 les progrès enregistrés dans les années précédentes grâce à l'assainissement financier chez les principaux d'entre eux, à de nouvelles avancées pour la restructuration de la dette et au retour des capitaux privés. La croissance — 3,7 p. 100, contre 3,2 p. 100 en 1993 — a été la plus élevée depuis huit ans. Le P.I.B. par habitant, après une […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1992 : vers un nouveau modèle de croissance?

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 238 mots

Dans le chapitre « Les suites de Maastricht »  : […] La tourmente monétaire a inspiré, au sein du parti conservateur britannique, de vives oppositions à la politique européenne de John Major. Celui-ci n'a échappé à la censure parlementaire qu'en prenant ses distances à l'égard du traité de Maastricht : la ratification par le Royaume-Uni n'interviendra qu'après le nouveau référendum danois, prévu pour mai 1993. L'engagement en faveur de ce texte n'en […] Lire la suite

Les derniers événements

1er janvier 2022 Chine – Japon – Corée du Sud. Entrée en vigueur du Partenariat régional économique global.

Cet accord qui crée la plus vaste zone de libre-échange au monde réunit quinze États de l’Asie-Pacifique, représentant le tiers du PIB et de la population de la planète. Il s’agit notamment du premier accord de libre-échange liant la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Négocié depuis 2011, il prévoit l’abaissement progressif des droits de douane sur une période de vingt ans, principalement sur les produits de l’industrie manufacturière. […] Lire la suite

15 novembre 2020 Asie. Signature d'un accord de libre-échange entre quinze États d'Asie et du Pacifique.

En janvier 2017, le président américain Donald Trump avait retiré son pays du projet de Partenariat transpacifique (TPP) initié par son prédécesseur Barack Obama, qui visait à établir une zone de libre-échange entre les régions Asie, Pacifique et Amérique. Le Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP, ou CPTPP pour Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership), finalement signé en mars 2018 par onze pays, est entré en vigueur en décembre de la même année pour ceux qui l’ont ratifié, l’Australie, le Canada, le Japon, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, Singapour et le Vietnam (en janvier 2019). […] Lire la suite

21 mars 2018 Afrique. Signature d'un accord de libre-échange continental.

Lors d’un sommet extraordinaire des chefs d’État africains à Kigali, quarante-quatre pays sur les cinquante-cinq membres de l’Union africaine signent l’accord créant une zone de libre-échange continentale (ZLEC) en Afrique. Le Nigeria, deuxième économie du continent, ne le signe pas. Le texte prévoit la suppression des droits de douane sur 90 p. 100 des produits dans un délai de cinq à dix ans, dans le but de doper le commerce interafricain qui ne représente que 20 p. […] Lire la suite

3 août - 13 septembre 2017 Liban. Évacuation des combattants de l'organisation État islamique.

Le 3, une centaine de combattants de l’ex-Front al-Nosra – à présent membre de la coalition Hayat Tahrir al-Cham – et quelques milliers de réfugiés syriens sont évacués de la région d’Ersal en direction de la province syrienne d’Idlib en échange de la libération de cinq miliciens du Hezbollah capturés en Syrie, en application de l’accord conclu en juillet entre la milice chiite libanaise et le groupe djihadiste. […] Lire la suite

6-31 janvier 2017 États-Unis. Investiture à la présidence de Donald Trump.

Le 22, Donald Trump réaffirme son intention de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) entré en vigueur en janvier 1994, qui institue une zone de libre-échange entre les États-Unis, le Canada et le Mexique. Le 23, le président Trump officialise le retrait de son pays de l’Accord de partenariat transpacifique, le traité de libre-échange signé en février 2016 avec onze autres pays de la zone Pacifique, mais non ratifié par le Congrès. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul HUET, « ZONE DE LIBRE-ÉCHANGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zone-de-libre-echange/