ZHOU ENLAI [TCHEOU NGEN-LAI] ou CHOU EN-LAI (1898-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'ombre de Mao

Les retournements fréquents et parfois brutaux de la ligne politique du parti ont souvent occasionné ou accompagné des modifications dans le personnel dirigeant, mais Zhou Enlai a survécu à toutes les crises, disponible pour appliquer une politique opposée à celle qu'il préconisait la veille. En juillet 1930, par exemple, il défendait encore à Moscou la stratégie d'attaque des grandes villes (connue dans l'histoire du parti sous le nom de « ligne Li Lisan ») qui devait conduire à l'échec dans les semaines suivantes. Qu'à cela ne tienne : Zhou Enlai fait son autocritique et se retrouve six mois plus tard dans la direction qui succède à celle de Li Lisan. Il soutient le nouveau bureau politique, truffé de poulains de Staline (les « vingt-huit bolcheviks »), et combat à leur côté l'influence de Mao Zedong dans les soviets du Jiangxi. Il hérite même en 1932 du poste de commissaire politique de la Ire Armée rouge, enlevé à Mao, dont il critique et modifie la stratégie. À Zunyi en janvier 1935, la première pause importante que les fuyards peuvent s'accorder au cours de la Longue Marche fournit à Mao l'occasion de s'imposer à la tête du parti. Zhou Enlai vole au secours de la victoire, soutient derechef Mao quelques mois plus tard contre un autre rival, Zhang Guotao, et émerge de la Longue Marche à peine moins puissant dans le parti maoïste qu'il ne l'avait été dans les directions successives qui avaient sous-estimé l'entreprise paysanne de Mao, puis combattu de l'intérieur son autorité dans la République soviétique qu'il avait fondée.

Ensuite, Zhou Enlai a presque toujours soutenu Mao contre ses adversaires. Le déclenchement de la révolution culturelle a cependant dû lui poser un problème épineux, l'autorité de Mao ayant été fortement ébranlée par ses échecs successifs (les Cent Fleurs, et surtout le Grand Bond). Sur le fond du débat, les responsabilités administratives de Zhou et son pragmatisme auraient dû le rendre solidaire des gestionnaires attaqués par Mao. S'il a néanmoins, après avoir pris son temps, soutenu la faction Mao-Lin Biao, c'est sans doute que son flair et les informations dont il disposait lui ont fait conclure qu'elle allait l'emporter. Comme à Zunyi, il visait à ne pas perdre – ou à perdre le moins possible : franchir une passe difficile en préservant son avenir politique. Zhou Enlai paraît n'avoir jamais intrigué pour supplanter autrui, ni poussé ses intérêts. S'étant trouvé rapidement proche du sommet de la hiérarchie, il semble n'avoir à aucun moment guigné la première place.

On peut donc supposer qu'une bonne dose de sagesse et de connaissance de soi entrait dans la composition de sa légendaire habileté. C'est à la place qui fut la sienne, juste au-dessous du chef charismatique, que Zhou Enlai s'est accompli et qu'il a le mieux servi son parti et son pays. Dépourvu de la vision à long terme d'un Mao, il n'avait pas non plus la même capacité, ni sans doute la même volonté d'imprimer sa marque. Mais il possédait d'autres qualités : adresse, souplesse et charme bien sûr, mais aussi ténacité et énergie de l'animateur et de l'organisateur né, attentif au moindre détail et constamment disponible. Au plus fort de la crise provoquée par la révolution culturelle, ce fut la chance de Mao et de la Chine que la purge ait épargné l'opportuniste Zhou. Ce frêle vieillard, attaqué dans sa personne ou à travers ses ministres, semblait porter à bout de bras l'énorme et chancelant pays. Mainteneur – avec l'armée – de l'unité chinoise en 1967-1968, Zhou Enlai a été dès le lendemain de la révolution culturelle l'artisan de la rentrée spectaculaire de son pays sur la scène internationale. Sans doute les succès diplomatiques en cascade (la visite de Nixon à Pékin en février 1972 suivant de près l'admission trop longtemps différée à l'O.N.U.) s'expliquent-ils partiellement par le retour du balancier, après l'ostracisme de la révolution. Mais l'adresse et l'ardeur de Zhou Enlai ont conféré au mouvement du pendule amplitude et élégance, une élégance qui l'a fait accepter comme allant de soi.

Richard Nixon à Pékin, 1972

Photographie : Richard Nixon à Pékin, 1972

Arrivée à Pékin de Richard Nixon, le 21 février 1972, reçu par le Premier ministre Zhou Enlai. La visite du président des États-Unis représente un événement majeur dans les relations entre les deux pays. Elle marque l'achèvement d'une longue période d'antagonismes et inaugure un... 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Zhou Enlai

Zhou Enlai
Crédits : Three Lions/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Richard Nixon à Pékin, 1972

Richard Nixon à Pékin, 1972
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  ZHOU ENLAI [ TCHEOU NGEN-LAI ] ou CHOU EN-LAI (1898-1976)  » est également traité dans :

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 794 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La transition postmaoïste »  : […] La période qui commence en 1978 s'inscrit sous le double sceau des « réformes et de l'ouverture » et elle est annoncée dès 1975 par la politique des quatre modernisations – agriculture, industrie, sciences et techniques, et armée – de Zhou Enlai, avec l'aide de Deng Xiaoping. Ce dernier défend sa politique de réformes pour sortir la Chine de la misère et du désenchantement qu'a entraînés l'ère […] Lire la suite

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La chute des activistes »  : […] Après l'épreuve de force de l'été de 1967, l'établissement des « comités révolutionnaires » provinciaux à la place du cadre administratif d'avant 1966 s'accélère. Tandis que le centre lance des appels à l'unité, les gardes rouges sont dissous et envoyés à la campagne . Les heurts locaux, la rhétorique révolutionnaire, le culte exacerbé du président Mao et les institutions punitives mises en place […] Lire la suite

XI'AN INCIDENT DE (1936)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 914 mots

Mutinerie d'un caractère original, la capture de Tchiang Kai-chek par Zhang Xueliang, connue comme « l'incident de Xi'an », constitue une péripétie diplomatique dont les implications politiques et psychologiques ont marqué le destin de la Chine et, en particulier, le développement de son sentiment national. Jeune puissance économique et militaire qui a déjà soumis la Chine impériale (1895) et la R […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien BIANCO, « ZHOU ENLAI [TCHEOU NGEN-LAI] ou CHOU EN-LAI (1898-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhou-chou-en-lai/