Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ZHOU ENLAI[TCHEOU NGEN-LAI]ou CHOU EN-LAI (1898-1976)

Zhou Enlai - crédits : Three Lions/ Hulton Archive/ Getty Images

Zhou Enlai

La personnalité de Zhou Enlai rassurait les Occidentaux. Comme ils avaient le sentiment d'être mieux connus et compris de lui que d'aucun autre dirigeant de la Chine populaire, ils croyaient le connaître lui-même assez bien et l'estimaient proche d'eux. À l'exception du secrétaire d'État John Foster Dulles qui refusa de lui serrer la main à Genève en 1954, il a séduit la plupart de ses interlocuteurs. Encore Dulles lui-même en avait-il moins à la personne de Zhou qu'au représentant du communisme chinois. Zhou Enlai n'a pas seulement conféré avec les grands du monde entier, il a en outre reçu de très nombreuses personnalités et délégations étrangères de tout niveau et de toute nature. Ces bavardages affables prodigués pendant quarante ans ont beaucoup servi la cause du communisme chinois. Si Zhou Enlai demeure mal connu, ce n'est certes pas faute d'avoir occupé le devant de la scène. En Chine comme à l'étranger, avant comme après 1949, sa carrière a été plus publique que celle d'aucun autre dirigeant chinois.

Aux origines du Parti communiste chinois

Né à Huaian dans le Jiangsu en 1898 dans une famille aisée de lettrés, Zhou Enlai, avant même que le Parti communiste soit fondé, milite dans le Mouvement du 4 Mai (1919), la grande révolution patriotique et culturelle qui soulève les étudiants chinois contre la tradition confucéenne et les empiétements de l'étranger. Il passe même une centaine de jours en prison, à Tianjin, au début de l'année 1920. Il est encore de ceux qui établissent à Paris en 1922 la branche européenne du Parti communiste chinois (P.C.C.), fondé l'année précédente à Shanghai. Apprécié dès cette époque pour son savoir-faire et son dynamisme, Zhou sillonne l'Europe pour le compte du mouvement : c'est en Allemagne qu'il recueille l'adhésion au communisme du futur maréchal Zhu De, le légendaire commandant de l'Armée rouge. Dès son retour en Chine (été 1924), Zhou Enlai devient, à vingt-six ans, directeur adjoint du département politique de l'académie militaire de Whampoa, pépinière d'officiers nationalistes et communistes. En cette période d'union entre les deux partis (Guomindang [Kouo-min-tang] et P.C.C.), c'est Tchiang Kai-chek qui commande l'académie. Tchiang arrête son adjoint Zhou Enlai au moment (mars 1926) de déclencher contre ses alliés communistes une attaque surprise qui préfigure sa volte-face d'avril 1927 à Shanghai. Très vite relâché, Zhou Enlai se retrouve précisément à Shanghai au premier rang de ceux qui organisent l'insurrection victorieuse de mars 1927 et tombent en avril dans le piège tendu par Tchiang Kai-chek. Zhou Enlai échappe à l'exécution et participe quelques mois plus tard à la préparation de l'insurrection avortée de Nanchang le 1er août 1927, célébrée en Chine populaire comme la date de naissance de l'Armée rouge. Au cours des années suivantes, Zhou devient en fait le second personnage du parti derrière Li Lisan, dont il ne partage pas la disgrâce, survenue à la fin de 1930. Zhou rejoint bientôt les soviets du Jiangxi et en organise l'évacuation à la veille de la Longue Marche. Il participe à cette dernière (oct. 1934-oct. 1935), puis inaugure dès 1936 le rôle capital qu'il ne cessera désormais de jouer à la tête des relations extérieures du mouvement communiste.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Richard Nixon à Pékin, 1972 - crédits : Keystone/ Getty Images

Richard Nixon à Pékin, 1972

Autres références

  • CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

    • Écrit par Thierry SANJUAN
    • 9 801 mots
    • 5 médias
    ...l'ouverture » et elle est annoncée dès 1975 par la politique des quatre modernisations – agriculture, industrie, sciences et techniques, et armée – de Zhou Enlai, avec l'aide de Deng Xiaoping. Ce dernier défend sa politique de réformes pour sortir la Chine de la misère et du désenchantement qu'a entraînés...
  • CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

    • Écrit par Jean-Philippe BÉJA, Universalis, François GODEMENT
    • 19 198 mots
    • 15 médias
    ...radicalisent en vain : à Pékin, le ministère des Affaires étrangères est pris d'assaut ; en province, des mouvements plus autonomes apparaissent contre le pouvoir. Mais le groupe de la révolution culturelle a déjà plié : Jiang Qing fait l'éloge deZhou Enlai dans un meeting célèbre, et Chen Boda s'efface.
  • XI'AN INCIDENT DE (1936)

    • Écrit par Michel HOANG
    • 917 mots

    Mutinerie d'un caractère original, la capture de Tchiang Kai-chek par Zhang Xueliang, connue comme « l'incident de Xi'an », constitue une péripétie diplomatique dont les implications politiques et psychologiques ont marqué le destin de la Chine et, en particulier, le développement de son sentiment...

Voir aussi