Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ZHOU ENLAI[TCHEOU NGEN-LAI]ou CHOU EN-LAI (1898-1976)

L'ambassadeur du communisme chinois

Ce qui confère d'emblée une importance décisive à ses activités nouvelles d'ambassadeur et de porte-parole, c'est le changement de conjoncture. L'aggravation de la menace que le militarisme japonais fait peser sur l'indépendance chinoise et l'adoption d'une stratégie unitaire par le Komintern offrent à un mouvement communiste très affaibli la chance d'un nouveau départ. Avant même que l'année 1936 s'achève, cette chance est saisie : arrêté à Xi'an le 12 décembre par l'un de ses généraux, Tchiang Kai-chek se voit contraint de faire passer la résistance antijaponaise avant la liquidation de la dissidence communiste. Venu en décembre 1936 à Xi'an, Zhou Enlai joue un rôle de premier plan dans les négociations qui aboutissent à la libération de Tchiang Kai-chek et à l'intégration des communistes dans le front national qui assurera leur victoire. Durant l'interminable guerre, dont l'éclatement quelques mois plus tard surprend Chou en pleine conférence avec Tchiang Kai-chek et ses collaborateurs, le communisme chinois acquiert progressivement une image de marque beaucoup plus attrayante que celle du gouvernement nationaliste légitime. Le contraste qui s'impose peu à peu à une grande partie de l'opinion trouve, certes, mainte justification dans les vertus de Yan'an, capitale communiste, et surtout dans les vices manifestes du régime nationaliste. Mais il est orchestré avec une éloquence très persuasive par l'agent publicitaire distingué que le P.C.C. entretient en la personne de Zhou Enlai. Sa mission est si importante aux yeux du parti qu'il développe à Chongqing, où le gouvernement national s'est replié, une antenne communiste.

Zhou Enlai est encore le principal négociateur communiste une fois que la défaite japonaise laisse les deux camps chinois face à face. La médiation américaine retarde sans l'empêcher l'affrontement inéluctable et Zhou se prête avec complaisance à ce qu'on attend de lui en signant la trêve éphémère de janvier 1946. Trois ans plus tard, il peut se permettre de faire échouer les ultimes pourparlers entre nationalistes et communistes : c'est sur la scène internationale qu'il exercera dorénavant ses talents de négociateur, talents qui éclateront au grand jour lors des conférences de Genève (1954) et de Bandung (1955). Ministre des Affaires étrangères de 1949 à 1958 seulement, Zhou Enlai est en fait demeuré jusqu'à ses derniers jours le principal porte-parole de la Chine populaire et son négociateur pour les grandes occasions, de la guerre sino-indienne (1962) au rapprochement avec les États-Unis.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

Classification

Pour citer cet article

Lucien BIANCO et Universalis. ZHOU ENLAI [TCHEOU NGEN-LAI] ou CHOU EN-LAI (1898-1976) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Richard Nixon à Pékin, 1972 - crédits : Keystone/ Getty Images

Richard Nixon à Pékin, 1972

Autres références

  • CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

    • Écrit par Thierry SANJUAN
    • 9 801 mots
    • 5 médias
    ...l'ouverture » et elle est annoncée dès 1975 par la politique des quatre modernisations – agriculture, industrie, sciences et techniques, et armée – de Zhou Enlai, avec l'aide de Deng Xiaoping. Ce dernier défend sa politique de réformes pour sortir la Chine de la misère et du désenchantement qu'a entraînés...
  • CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

    • Écrit par Jean-Philippe BÉJA, Universalis, François GODEMENT
    • 19 198 mots
    • 15 médias
    ...radicalisent en vain : à Pékin, le ministère des Affaires étrangères est pris d'assaut ; en province, des mouvements plus autonomes apparaissent contre le pouvoir. Mais le groupe de la révolution culturelle a déjà plié : Jiang Qing fait l'éloge deZhou Enlai dans un meeting célèbre, et Chen Boda s'efface.
  • XI'AN INCIDENT DE (1936)

    • Écrit par Michel HOANG
    • 917 mots

    Mutinerie d'un caractère original, la capture de Tchiang Kai-chek par Zhang Xueliang, connue comme « l'incident de Xi'an », constitue une péripétie diplomatique dont les implications politiques et psychologiques ont marqué le destin de la Chine et, en particulier, le développement de son sentiment...

Voir aussi