ZHAO MENGFU [TCHAO MONG-FOU] (1254-1322)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une idée centrale : l'esprit de l'antiquité

Exerçant sur ses contemporains une influence profonde, Zhao Mengfu joua un rôle prépondérant dans le renouvellement de la peinture Yuan. Apôtre du « revival », il n'a pourtant pas laissé un important corpus de textes théoriques. Ses écrits se composent seulement de quelques poèmes, réunis en un Recueil littéraire du pin et de la neige, et de quelques colophons de peintures (Shigutang shuhua huikao/II, compilé en 1682). Dans ces textes, qui proclament sans cesse son allégeance aux anciens, il est malaisé de saisir l'originalité de l'art de Zhao. Chez un artiste moins inspiré que lui, ce retour aux sources aurait pu rester peu créatif, mais Zhao, génie polyvalent, exprime à travers sa peinture et sa calligraphie le sens et les limites de son recours à la tradition. Zhao est le plus grand calligraphe de son temps, son style influençant jusqu'à l'impression xylographique. Des exemples de cette calligraphie sont conservés sur des peintures du maître. Mouton et chèvre (Freer Gallery, Washington) porte deux inscriptions : l'une de Zhao Mengfu, commentaire esthétique conventionnel transcrit en une écriture d'une grande puissance expressive ; la seconde inscription, en revanche, de la main de l'empereur Qianlong, n'est qu'une imitation sans vigueur du style calligraphique du maître et souffre mal la comparaison directe avec son modèle. De l'interprétation créatrice à la copie servile, nous avons ici, illustrés, les deux pôles de la « recherche de l'antiquité ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, directrice du programme Religion et société en Chine au Groupe de sociologie des religions et de la laïcité

Classification

Autres références

«  ZHAO MENGFU [ TCHAO MONG-FOU ] (1254-1322)  » est également traité dans :

GAO KEGONG [KAO K'O-KONG] (1248-?)

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 393 mots

En Chine, la peinture de paysage dans le style des lettrés connaît son épanouissement pendant la dynastie des Yuan (1280-1368). Les quatre grands maîtres (Huang Gongwang, Wu Zhen, Ni Zan, Wang Meng), considérés à partir de l'époque Ming comme les novateurs du xiv e  siècle, respectaient Gao Kegong et Zhao Mengfu comme des maîtres. Ceux-ci leur apparaissaient en effet à la fois comme les héritiers […] Lire la suite

QIAN XUAN [TS'IEN SIUAN] (1235 env.-1301)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 378 mots

Dans le chapitre « Un peintre à la charnière de deux époques »  : […] Qian Xuan (env. 1235 - après 1301), souvent mentionné sous son prénom officiel Shunju, est originaire du Zhejiang. Il reçut une formation classique couronnée dans les années 1260 par sa réussite au concours de jinshi , sorte de doctorat. Vivant à Wuxing (Jiangsu) après la chute de la dynastie Song du Sud (1127-1279), il devint, avec son ami Zhao Mengfu, membre d'un groupe de lettrés distingués dè […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Caroline GYSS, « ZHAO MENGFU [TCHAO MONG-FOU] (1254-1322) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhao-mengfu-tchao-mong-fou/